S’il y a une voiture américaine qui fait rêver beaucoup de gens, moi le premier, c’est bien la Ford Mustang. Aussi, dès l’apparition des premiers visuels sur internet, j’étais forcément très pressé de découvrir l’interprétation faite par LEGO du mythique modèle des années 60. Lorsque LEGO a fini par dévoiler officiellement la boîte, j’étais conquis : il ne restait plus qu’à attendre sa sortie. Alors vous vous en doutez, mes attentes sont énormes concernant cette voiture. Découvrons ensemble ce que vaut ce set 10265 – Ford Mustang, disponible depuis le 1er mars dans la gamme LEGO Creator Expert.

Informations principales :

  • numéro de set : 10265
  • année de sortie : 2019
  • nombre de pièces : 1471
  • prix sur le [email protected] : 139,99 €
  • nombre d’étapes de construction : 313 pour la voiture, 46 pour les éléments de customisation
  • temps de construction : 5 heures
  • difficulté : difficile

Boîte et inventaire

La boîte est plutôt épaisse, par rapport aux autres véhicules de la gamme. Sur la face avant, notre Mustang nous est présentée sur un quai, et on aperçoit plusieurs ponts dans le fond. Un gros “16+” nous indique clairement qu’il ne s’agit pas d’un jouet réservé aux plus jeunes. Une petite vignette nous indique la possibilité de modifier le moteur pour lui adjoindre une énorme entrée d’air. Une seconde nous précise les dimensions du bolide une fois construit : 14 x 34cm, une belle bête. Alors que l’inventaire complet nous est indiqué sur le haut de la boîte, nous retrouvons au dos notre voiture dans sa version modifiée façon Fast & Furious, dans un garage. Les vignettes situées autour nous montrent les différentes modifications : l’aileron, le bouclier, l’échappement, l’énorme excroissance pour l’entrée d’air… sans oublier la bonbonne de NOS dans le coffre !

A l’intérieur, nous trouvons 11 sachets de pièces, numérotés de 1 à 6 (seul le sachet n°5 est “seul”), une notice d’instructions de 212 pages, et une planche de 18 autocollants. 10 serviront aux diverses plaques d’immatriculation, les 8 autres à décorer différents éléments.

Je ne suis pas en mesure, pour cette boîte, de vous indiquer les pièces rares comme je le fais d’habitude : elle vient de sortir, et l’inventaire complet n’a pas encore été mis en ligne. On notera évidemment une belle variété de pièces en dark blue, et quelques éléments tampographiés sur lesquels je reviendrai dans le paragraphe suivant. Les jantes, à 5 rayons, sont pour leur part totalement nouvelles, ainsi que les grandes slopes 2×8 servant à construire le toit et les portières.

La construction

Passons maintenant aux choses sérieuses, et construisons l’engin. Avec les sachets de pièces portant le n°1, nous allons commencer par le châssis dont la rigidité est assurée par des pièces Technic, comme d’habitude dans cette gamme. Après avoir ajouté le plancher, on construit le train avant et son système de direction fonctionnel (une nouveauté appréciable).

On rallonge ensuite la voiture en lui ajoutant le système qui permettra de surélever l’arrière, basé sur une vis sans fin qui assure l’irréversibilité du mécanisme : même en appuyant sur l’arrière, la voiture ne se rabaissera pas, il faudra se servir de la molette prévue. On termine cette première étape avec quelques briques SNOT et des éléments pour décorer les bas de caisse.

On commence alors les sachets portant le n°2, avec l’assemblage du train arrière relié au système de surélévation construit précédemment. On repasse ensuite à l’avant où l’on construit la partie basse du bouclier, sur laquelle on retrouve les feux anti-brouillard. L’assemblage est constitué de beaucoup de petites pièces, il faut être vigilant. Deux “plots” blancs temporaires maintiennent la structure en place pendant les étapes de constructions suivantes.

On passe alors à l’intérieur, où l’on construit une partie des sièges arrière et la console centrale avec le levier de vitesses. Celui-ci est “fonctionnel” : il est basé sur une pièce à cliquet qui permet de le positionner comme on le souhaite. Nous commençons alors le moteur, où l’on notera que le bouchon est tampographié, ce qui n’est pas le cas des deux tiles bleues qui le décorent, qui ont droit à un autocollant. Le designer a poussé le concept jusqu’à représenter les durites avec une pièce souple. On ajoute alors une partie du tableau de bord, dont l’autoradio (un sticker), puis le volant rattaché au système de direction par un axe Technic.

Les sachets portant le n°3 nous proposent de passer à l’arrière de la voiture, à commencer par le pare-chocs et l’échappement. On passe alors aux sièges avant, tous deux identiques et fixés sur des clips : il est possible de les replier pour accéder à l’arrière.

On construit ensuite la partie basse des deux portières, où l’on notera l’ingénieux système composé de deux charnières, qui permet de limiter l’ouverture et d’obtenir un rendu final sans aucun espace visible. Sur les autres modèles de la gamme, un petit espace subsiste afin de pouvoir ouvrir et fermer les portières. On notera également l’utilisation de nouvelles slopes de 2×8 tenons, et de pièces tampographiées en partie basse. On regrettera cependant un alignement parfois moyen des bandes blanches, et une teinte un peu fade sur les pièces couleur dark blue.

Passons aux sachets portant le n°4. On s’attelle de nouveau à l’arrière de la voiture, où on commence par ajouter deux panels noirs qui permettront de masquer le mécanisme de surélévation. On construit alors les deux passages de roues, légèrement aplanis sur leur partie haute. On assemble les deux sièges arrières, avant de fixer la lunette sur des pièces SNOT.

On aménage alors les côtés du coffre, puis la partie basse du pare-chocs arrière. On construit alors la partie située juste au dessus, avec son logo GT (dommage qu’il s’agisse d’un autocollant) et ses superbes feux stops. La conception de tout cet espace est inventive, et vraiment intéressante. On construit alors les deux côtés de l’arrière, tout en courbes grâce à deux grandes slopes. On ajoute le tableau de bord, puis le pare-brise et ses montants.

On attaque alors le sachet n°5. Celui-ci commence par le moteur, et plus généralement ce qui se situe sous le capot. C’est un véritable travail de modélisme : on retrouve de nombreux éléments comme les courroies, les filtres, mais également les renforts intérieurs.

Cette étape nous propose également de continuer la construction du bouclier avant où un savant jeu de wedges nous permet d’en reproduire la forme si caractéristique. Alors que le logo GT, à l’arrière, est un autocollant ; le logo situé à l’avant est tampographié. On ajoute également les phares, puis on passe à la partie supérieure des portières. Une charnière supplémentaire permet de rigidifier le système, et deux robotic arms servent de supports pour les rétroviseurs. On termine cette étape avec les passages de roues avants, puis les côtés du capot.

Il est temps d’entamer les deux derniers sachets de pièces, portant le n°6. On commence par assembler le toit (fixé sur deux tenons, de sorte qu’il est très facile de le démonter pour accéder à l’intérieur), puis le coffre, et enfin les deux éléments composant le capot. La bande bleue sur les pièces blanches est également tampographiée. La construction de la Mustang dans sa version “stock” se termine avec l’ajout des 4 roues, où l’on retrouve de superbes jantes à cinq rayons créées pour l’occasion. Petite touche finale : les plaques d’immatriculation. LEGO nous propose cinq choix différents, et autant de tiles pour les autocollants.

Mais la construction n’est pas pour autant terminée : LEGO nous propose de “tuner” notre Mustang, il nous reste donc à construire les différents éléments à ajouter. On commence par le supercharger, cette excroissance qui permet de comprimer l’air injecté au moteur et d’offrir plus de puissance à la voiture. On passe ensuite aux échappements situés juste devant les portières, puis au spoiler avant, et à l’aileron arrière, avant de terminer par la bonbonne de NOS (pour Nitrous Oxyde System, ou oxyde nitreux). Tous ces éléments sont installés en quelques secondes sur la voiture, tout étant prévu pour se (dé)monter facilement.

Verdict

Vous avez pu le constater dans les photos qui précèdent : le design de notre modèle est, dans l’ensemble, très réussi. On appréciera l’utilisation de pièces tampographiées, mais il est dommage que certaines pièces soient tout de même bardées d’un autocollant, d’autant plus qu’elles ne sont pas nombreuses dans ce cas. Le choix des couleurs est sublime, qu’il s’agisse de la carrosserie dark blue et de ses deux bandes blanches, ou de l’intérieur de la voiture tan et dark tan rappelant les tons des cuirs de l’époque.

Les formes sont là, même si on regrettera quelques “approximations” (il faut bien chipoter un peu) : le capot est ainsi un peu plat et le pare-brise dépasse de ses montants. Et, alors que l’articulation des portières est très discrète, celle du capot et celle du coffre le sont nettement moins et auraient mérité d’être mieux dissimulées. Les slopes utilisées sur les côtés de la lunette arrière laissent également un vide un peu étrange. Pour le reste, il n’y a rien à redire : la lunette arrière s’inscrit parfaitement dans la courbe du toit, tout comme le coffre ; le système ingénieux d’ouverture des portières permet de ne laisser aucun vide sur le côté ; la forme du bouclier et du pare-chocs arrière sont pour ainsi dire parfaites, etc… Je vous laisse juger sur les différentes photos !

Mis à part les autocollants que j’évoquais plus haut, l’expérience de construction fait sans aucun doute partie de ce qui se fait de meilleur chez LEGO. Les phases se suivent, sans se ressembler, depuis la construction du châssis jusqu’à l’assemblage très minutieux des différents éléments situés sous le capot. Et ça regorge de techniques de constructions plus intéressantes les unes que les autres, que même les constructeurs aguerris apprécieront. On ne s’ennuie jamais, et on en redemande. Et comme souvent quand on prend un plaisir tel lors de la construction, la fin arrive bien trop vite !

Si la voiture précédente de la gamme LEGO Creator Expert (10262 – James Bond Aston Martin DB5 – voir ma review ici) disposait de quelques fonctionnalités, notre Mustang n’est pas en reste. Elle propose, pour la première fois dans cette gamme, une direction fonctionnelle aux côtés d’autres fonctions plus “classiques” : l’ouverture des portières (avec, je me répète, un mécanisme qui vaut de détour), du capot ou encore du coffre. Le levier de vitesses est également mobile. On notera aussi la possibilité de surélever le train arrière grâce à une molette soigneusement dissimulée, située sous la voiture.

Outre une sélection de plaques minéralogiques de différents pays, le designer nous propose également de pouvoir customiser la voiture et la faire ressembler à celles que l’on peut voir dans des films comme Fast & Furious. On peut ainsi ajouter divers éléments : un supercharger, un spoiler, un aileron ou encore de nouvelles sorties d’échappement et une bonbonne de NOS. Pourquoi pas, mais pour ma part je l’exposerai dans sa version standard, question de goût.

Les amateurs de pièces rares seront heureux de retrouver dans cette boîte deux nouveaux éléments : les jantes à cinq rayons, et les grandes slopes de 2×8 tenons qui permettent de construire le toit et les portières. On notera également une belle variété de pièces tampographiées qui devraient être assez facilement réutilisables, et une jolie collection de pièces couleur dark blue. 1471 pièces au compteur, pour 139,99 € : cela reste relativement raisonnable pour un set sous licence.

Un design (presque) parfait, une expérience de construction très enrichissante, un inventaire riche, et quelques fonctionnalités bienvenues et bien pensées : il n’en faut pas moins pour faire entrer cette boîte au panthéon des meilleurs sets réalisés par LEGO. J’ai donc décidé de lui offrir une petite récompense très personnelle : le premier “label qualité” Brickonaute de l’année 2019, qui récompense à sa manière une poignée de boîtes par an, les deux dernières étant les sublimes sets 21037 – LEGO House et 71043 – Hogwarts Castle.

Voilà, j’espère que vous aurez trouvé dans cet article de quoi vous faire une opinion sur ce modèle. Vous le trouverez sur le [email protected], à cette adresse. N’hésitez pas à donner votre point de vue dans les commentaires !

Afin de pouvoir continuer à vous proposer ce genre de reviews, n’hésitez pas lors de votre prochain achat sur le [email protected], sur Amazon, à la Fnac, chez Toys R Us ou encore chez Picwic (même pour autre chose que des LEGO) à passer par les liens proposés sur le site. Ca ne coûte pas plus cher, ça permet de soutenir mon « travail », et de payer les frais relatifs au site. Merci à vous !

RÉSULTATS
Design
Expérience de construction
Bonne affaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.