Après mon test du set LEGO Icons 10497 Galaxy Explorer – dont j’ai pu vous dire tout le bien que je pensais dans cet article – place au gros morceau des deux sets sortis à l’occasion du 90ème anniversaire de la marque. Il s’agit cette fois d’un hommage à l’autre gamme emblématique du fabricant : l’univers médiéval du fameux Castle System, ses châteaux et les personnages qui les accompagnent. LEGO nous indique s’être inspiré du set 6080 King’s Castle, sorti en 1984. Mais si le Galaxy Explorer rappelle de façon évidente son illustre ancêtre, on en est ici clairement plus éloignés. C’est parti pour un (gros) test du (gros) set LEGO Icons 10305 Lion Knights’ Castle, ou le Château des Chevaliers du Lion en bon français.

Informations principales :

Boîte et inventaire

La boîte est au format de ce qu’elle contient : imposante. Elle reprend là encore le code couleur de l’époque, avec le set posé sur un sol de couleur sable, auréolé d’un joli coucher de soleil en arrière-plan qui ne laisse deviner que les reliefs alentour. Le nom du set est repris dans le bandeau jaune où on pouvait lire LEGOLAND à l’époque, et on retrouve la mention Castle System dans ce même bandeau. Même la mention d’âge reprend le petit rectangle noir – sauf que de 8 à 12 ans nous sommes passés à 18 years & up.

Sur sa face avant, le château nous est présenté en position ouverte, les différentes minifigs vaquant à leurs occupations sur les tours, derrière les créneaux ou devant le bâtiment. La boîte est suffisamment épaisse pour nous présenter, sur le dessus, les nombreuses minifigs. Au dos, on trouve d’autres visuels nous présentant le château en position fermée sous plusieurs angles, et quelques images de détail des fonctionnalités ou de l’intérieur. On y découvre également l’intérieur au complet, avec une autre image de l’ensemble en position ouverte.

Après avoir découpé les scotchs, on découvre sur le rabat intérieur un petit récapitulatif des différentes factions et leurs couleurs. À l’intérieur, on trouve 19 sachets en vrac numérotés de 15 à 26, ainsi qu’une grande boîte blanche contenant 16 sachets portant les numéros 1 à 14, un dernier n’étant pas numéroté.

Une pochette en carton contient deux notices à la couverture identique (dommage) proposant de construire chacune des deux moitiés du château – on pourra donc partager la construction si on le souhaite. Elles comptent 228 et 288 pages, pour un total de 621 étapes de construction. Les deux notices sont également disponibles au format numérique, et traduites en français pour l’occasion. Pour les retrouver, direction le site officiel.

Mince… j’ai oublié la photo des notices 😅

La première  notice commence par quelques pages sur l’histoire des châteaux chez LEGO, et quelques mots de l’équipe de design. Et devinez qui est aux commandes ? Monsieur Mike Psiaki – déjà auteur du très réussi LEGO Icons 10497 Galaxy Explorer (et de plein d’autres choses). Il endosse le rôle de LEGO Design Master et est épaulé par Milan Madge (LEGO Designer) et Ashwin Visser (LEGO Graphic Designer).

L’inventaire compte 4514 pièces, réparties en 753 références et 22 minifigs. Cet inventaire compte évidemment un grand nombre d’éléments spécifiques ou rares, que je vous ai résumés dans le tableau ci-dessous. Le tableau étant particulièrement long, je vous invite à cliquer sur la ligne ci-dessous pour le déployer.

Liste des pièces spécifiques ou rares
nombre image nom couleur nombre de sets
1 FEATHER Black 1
2 MINI KNIGHTS HELMET Black 1
6 FLAG W/ 2 HOLDERS Bright Blue 1
1 MINI SKIRT, NO. 3 Bright Blue 1
1 MAGIC HAT Bright Blue 1
1 BARDING 2, NO. 4 Bright Blue 1
1 FLAG, NO. 9 Bright Blue 1
1 BARDING 2, NO. 3 Bright Red 1
9 MINI LOWER PART, NO. 2371 Bright Red 1
1 MINI UPPER PART, NO. 6227 Bright Red 1
9 MINI UPPER PART, NO. 6230 Bright Red 1
1 MINI HEAD, NO. 3584 Bright Yellow 1
1 FLAG, NO. 8 Bright Yellow 1
1 CAPE, NO. 64 Bright Yellow 1
5 CORNER PLATE 6X6X45° Dark Azur 1
1 MINI FIGURE TROPHY Dark Brown 1
3 MINI UPPER PART, NO. 6191 Dark Green 1
4 CIRCLE 90G 6X6 ROOF TILE Dark Green 1
9 BRICK W/ BOW 1X4X3 Dark Stone Grey 1
2 DESIGN BRICK 1X1X2 Dark Stone Grey 1
1 MINI SKIRT, NO. 3 Earth Green 1
5 SPRUCE TREE, SMALL Earth Green 1
1 MINI UPPER PART, NO. 6228 Earth Green 1
2 STREAMER Flame Yellowish Orange 1
1 GUITAR, NO. 11 Medium Nougat 1
3 MINI CRASH HELMET Medium Stone Grey 1
24 PLATE 2X2X2/3, OUTSIDE BOW Medium Stone Grey 1
16 BRICK W/ BOW 1X4X3 Medium Stone Grey 1
3 MINI SHIELD, NO. 24 Medium Stone Grey 1
3 MINI SHIELD, NO. 22 Medium Stone Grey 1
1 MINI SHIELD, NO. 25 Medium Stone Grey 1
1 MINI SHIELD, NO. 27 Medium Stone Grey 1
1 MINI SHIELD, NO. 28 Medium Stone Grey 1
1 MINI SHIELD, NO. 29 Medium Stone Grey 1
1 MINI SHIELD, NO. 30 Medium Stone Grey 1
1 RAMP 6X8 Medium Stone Grey 1
1 MINI SHIELD, NO. 15 Reddish Brown 1
4 BRICK 2X2X1 INV. BOW, W/ CUT OUT Reddish Brown 1
1 PLATE 8X8, CIRCLE Reddish Brown 1
1 MINI UPPER PART, NO. 6229 Sand Green 1
1 LUKE SKYWALKER WIG Sand Yellow 1
2 VISIR Silver Metallic 1
1 VISIR Warm Gold 1
1 MINI LOWER PART, NO. 2370 White 1
1 MINI HAT NO. 28 White 1
5 MINI LANCE Black 2
1 MINI KNIGHT`S HELMET CLOSED Black 2
1 HUNTER’S HAT Bright Blue 2
1 FEATHER Bright Red 2
1 MINI HEAD, NO. 3671 Bright Yellow 2
1 FLAT TILE 2X2, ROUND Dark Azur 2
2 PLATE 1X10 Dark Brown 2
4 PLATE 3X3, 1/4 CIRCLE Dark Green 2
1 LEFT PLATE, 2X6, DEG. 9 Dark Green 2
1 RIGHT PLATE, 2X6, DEG. 9 Dark Green 2
2 HUNTER’S HAT Dark Green 2
3 1X2 PLATE WITH 3 TEETH Dark Green 2
1 ANIMAL NO.11 Dark Orange 2
54 FLAT TILE 1X1, 1/2 CIRCLE Dark Stone Grey 2
1 PLATE 1X1 ROUND W/ HORIZONTAL 3.2 SHAFT Earth Green 2
5 PLANT, W/ PLATE 1X1, NO. 1 Earth Green 2
1 COW, NO. 6 Medium Nougat 2
2 MINI PRETZEL W. 3.2 SHAFT Medium Nougat 2
59 DESIGN, PLATE 2X3, ROCK, NO. 1 Medium Nougat 2
1 HANDLE, NO. 1 Medium Nougat 2
12 BRICK W. BOW 1X3 Medium Stone Grey 2
1 WALL 1X2X2 W. BOWED SLIT Medium Stone Grey 2
8 BRICK 1X2, OUTSIDE HALF ARCH, NO. 1 Medium Stone Grey 2
18 PLATE 1X4X2/3, OUTSIDE BOW Medium Stone Grey 2
2 PLATE 1X1, W/ 1.5 PLATE 1X1, DOWNWARDS New Dark Red 2
2 CARROT White 2
1 SHEEP, NO. 7 White 2
1 MINI SACK W. 3.2 SHAFT White 2
1 MINI FEATHER White 2
2 TIP OF THE TAIL Ø6,47 Black 3
1 ELEPHANT TRUNK Black 3
1 MINI COLLAR NO 3 Brick Yellow 3
2 PLATE 3X3 Bright Blue 3
2 MINI FEATHER Bright Red 3
1 MINI HEAD, NO. 3560 Bright Yellow 3
1 MINI HEAD, NO. 3739 Bright Yellow 3
1 MINI WIG NO. 39 Dark Brown 3
1 CORNER BRICK 3X3/22.5° INSIDE Dark Stone Grey 3
83 PLATE 1X1X2/3 Medium Stone Grey 3
3 STEEL HELMET Silver Metallic 3
4 FLAT TILE 1X1, ROUND, NO. 178 Warm Gold 3

(cliquer sur le titre pour le déployer)

Les minifigs et les animaux

S’agissant du Château des Chevaliers du Lion, on retrouve évidemment une jolie collection de ces derniers. Il y en a 9 au total, pour lesquels les jambes et les torses sont tous identiques. On regrettera comme d’habitude la tampographie bien trop terne – ici sur les éléments rouges du pantalon tampographiés sur fond bleu, ça manque d’uniformité. Malgré cela, les motifs sont franchement bien réalisés. Ils disposent de nombreux accessoires – arcs, carquois, armures, boucliers, épées… et une jolie variété de casques et de visages parmi lesquels de nombreux visages féminins.

Ces vaillants chevaliers sont au service de leur reine, qui bénéficie d’une tampographie spéciale et très jolie du torse et des jambes. Son casque est également unique avec une jolie visière dorée, tout comme son bouclier arborant les couleurs des Chevaliers du Lion sur un fond rouge et bleu. On notera également la très jolie cape imprimée. Enfin, LEGO a pensé à tout puisqu’il est également possible de lui enlever son casque pour le remplacer par une coiffure surmontée d’un diadème doré.

Du côté des autres factions représentées, on notera 3 membres des Black Falcons. Tous les trois portent la même tenue, le chevalier disposant d’un casque qui lui est propre. Là encore, la tampographie est très propre et joliment détaillée. Parmi les accessoires, on remarquera surtout l’énorme sac à dos porté par l’un des deux soldats – qui n’a pas le choix que de s’aider d’un bâton !

Une autre faction dispose de 3 personnages également, dont un enfant : les Forestmen. Leur tenue est identique à celle qu’ils portent dans le petit set 40567 Forest Hideoutun gilet vert au-dessus d’un haut rouge, avec une ceinture disposant d’une petit poche, et leur fameux couvre-chef. La encore, le rouge du col est un peu terne… On notera un bel accessoire avec le luth.

Enfin, 5 autres personnages sont de la partie. Pour le magicien Majisto, LEGO ne s’est pas foulé et nous propose un personnage complètement vierge, c’est un peu dommage pour son grand retour… On trouve également plusieurs villageois dont un fermier armé de sa fouche, probablement le boulanger / cuisinier du château avec son tablier, une villageoise en robe et un jeune garçon.

Parmi les animaux, on remarquera tout d’abord les deux jolis chevaux, harnachés de jolis caparaçons aux couleurs de leurs factions respectives. La tampographie est franchement magnifique, un très bon point. Le fermier est accompagné de deux animaux de la ferme, ici une vache et un mignon petit agneau.

Construction et design

1er livret

Le premier sachet de pièces est, comme souvent dans ce style de set, dédié aux construction « annexes ». On assemble ici une charrette tirée par une vache, un petit étal de marché, quelques ballots de paille et un étal avec un tonneau contenant, d’après le manuel, une boisson si puissante qu’elle ferait blanchir la barbe.

Nous attaquons donc ensuite le château lui-même. Après avoir assemblé une base constituée de quelques plates vertes et dark tan, on élève les premiers murs. Remarquez ici le bel angle trouvé pour la base d’une tour, avec deux charnières et des wedges dont les angles se raccordent parfaitement. Côté intérieur, on trouve notamment un petit comptoir et une table avec quelques vivres, qui fait usage pour ses pieds d’éléments servant souvent d’arches dans les bâtiments.

On continue l’aménagement intérieur de cette première pièce, qui s’avère être la cuisine du château. On y ajoute un four à pain, un point d’eau et quantité de provisions et d’ustensiles de cuisine. On continue d’élever les murs en ajoutant notamment de nouvelles charnières et on termine cette étape avec le plancher du niveau supérieur. Au fond de la salle, on remarquera l’escalier entre les deux niveaux. Premier constat à ce stade de la construction : la pièce est suffisamment profonde pour y imaginer une grande variété de mises en scène. Revers de la médaille, il est un peu difficile d’accéder au fond, du moins avec des mains d’adulte, pour y récupérer les différents accessoires par exemple.

Nous construisons ensuite une nouvelle salle, où on retrouve à l’intérieur des armes et une cible au mur qui peuvent faire penser à une armurerie. Ou à un repaire caché – puisque le seul accès se fait par une trappe au plafond. On y trouve également une carte au trésor… La salle est fixée par deux ball joints et une charnière à la pièce précédente, quelques wedges parfaitement ajustées viennent compléter le plancher du niveau supérieur.

Nous continuons d’élever les murs et nous ajoutons les deux premières meurtrières. Elles sont composées d’éléments SNOT et de deux tiles en vis-à-vis disposées à la verticale. Côté intérieur, on commence par paver le sol et ajouter la trappe d’accès à l’armurerie au-dessous. On s’occupe ensuite du mobilier avec un clavecin, une cheminée et un bel accès constitué de deux demi-colonnes. On construit également deux escaliers d’accès aux créneaux.

Dans l’étape suivante, on complète le mur d’enceinte avec les créneaux, représentés par de jolies pièces courbes. Côté intérieur, on décore la salle avec le clavecin sur sa partie haute avec quelques tiles colorées. On termine avec le plancher du niveau supérieur.

On attaque ensuite un nouveau « module », avec le rez-de-chaussée qui donne sur un petit cours d’eau. Côté intérieur, on trouve une meule et un tonneau qui contient une baguette de pain. Remarquez ici la manière de réaliser la petite fenêtre à base de jumpers. Côté extérieur, l’ensemble s’adosse sur des éléments rocheux.

On construit ensuite la roue à aubes, qui vient se loger dans les pièces en forme d’arche inversée situées de part et d’autre du ruisseau. Un engrenage, côté intérieur, permet de mettre en mouvement la meule. On ajoute aussi quelques aménagements intérieurs, et on termine en ajoutant le plancher supérieur.

On s’occupe des murs du niveau supérieur, où on remarquera une fois encore les très jolies fenêtres à base de demi-colonnes et de chapiteaux ouvragés. Sur le sol carrelé, on installe ensuite le mobilier : deux grandes chaises en bois et une immense table à la nappe blanche avec son centre de table verdoyant. On ferme la partie supérieure, on décore l’extérieur avec quelques fleurs, puis on attache ce module au reste de la construction grâce à plusieurs charnières. Les deux moitiés peuvent se refermer, pour ne former qu’un seul bâtiment.

On passe ensuite au troisième niveau du premier module (j’espère que vous suivez 😅) pour y assembler de jolis murs noirs et blancs rappelant les grandes pièces tampographiées qu’on pouvait trouver dans les premiers châteaux LEGO. Ici, c’est fait à base d’éléments SNOT et de pièces à la verticale, et le rendu est super sympa. On construit un sous-ensemble qui vient fermer le mur au niveau de la trappe secrète, puis on termine d’élever les murs avec notamment quelques fenêtres. On termine avec l’aménagement intérieur : une porte articulée sur des clips, et une reproduction miniature du célèbre « château jaune » (réf. 375 Castle) sorti en 1978.

Rebelote sur l’autre moitié du château, où l’on construit le reste de la chambre des enfants. Les murs sont constitués de la même manière, avec une grande rangée de fenêtres grillagées. Côté intérieur, on trouve une cheminée, un petit bureau et un lit – remarquez ici l’usage de chapeaux de fête dorés. Côté charnière, on ajoute une grenouille dorée et un sous-ensemble coulissant qui vient la masquer lorsque le château est ouvert. C’est très bien pensé et fonctionnel.

Nous nous occupons ensuite de la construction du toit en paille – mettant ici à profit des slopes tronquées et des éléments de griffes. Deux grands sous-ensembles sont ainsi fixés au-dessus de la chambre.

On attaque alors les finitions de cette première moitié du château, à commencer par la partie supérieure des deux tours. Une échelle mène au sommet de la plus petite et masque la grenouille dorée. La plus grande des deux tours abrite une cloche derrière des ouvertures joliment ouvragées déjà vues plus tôt dans la construction. Les créneaux sont élégamment finis avec des éléments courbes. Les mâchicoulis sont soulignés d’éléments plus sombres (dark bluish gray) – une couleur qu’on retrouve notamment au niveau des meurtrières. On termine avec quelques drapeaux et un peu de végétation.

2ème livret

Avec la seconde notice, nous attaquons la 2ème moitié du château. Et comme pour la première, cette 2ème moitié est composée de deux parties. Vous suivez ? Avec le sachet de pièces portant le numéro 14, nous construisons la première « base » de cette 2ème moitié du château.

Nous continuons sur ce même module en élevant les parois pour constituer notamment plusieurs arches, futurs chemins d’accès au repaire caché des Forestmen. Côté extérieur, ce sont quelques rochers posés dans l’eau. Côté intérieur, on assemble deux cavernes peuplées de chauves-souris et un repaire caché contenant l’insigne des Forestmen ainsi que quelques armes.

On attaque alors l’autre moitié de la 2ème moitié du château 😅. On commence par une petite salle au trésor, cachée sous l’escalier d’accès à la porte arrière du château. Escalier qu’on construit ensuite de manière plutôt inventive : ce sont les flancs des pièces qui constituent les marches, donnant un aspect studless à l’ensemble. On complète un peu les murs avant d’ajouter une partie du plancher, puis de relier ce nouveau module à la partie précédemment construite avec une charnière. Sur le petit morceau d’espace vert, la grenouille arbore une étrange couleur…

On retourne précisément sur cette partie pour y ajouter deux cellules. L’un des occupants y a manifestement été oublié… Dommage qu’il ne se soit pas trouvé dans l’autre cellule, pas très « étanche » : un rocher bascule pour dévoiler l’entrée du repaire des Forestmen, qui permet ensuite de faire coulisser un autre morceau et de s’évader. C’est très bien conçu et franchement fun. On complète aussi les murs (avec notamment un assemblage à base de ball joints pour trouver l’angle désiré), puis on ajoute le plancher du niveau suivant. Côté extérieur, on commence la construction d’un grand arbre qu’on élèvera au fur et à mesure des étapes suivantes.

L’étape suivante vise essentiellement à élever les murs. On ajoute également une meurtrière et on construit un petit enclos pour le cheval de la reine. Au-dessus de l’eau, on assemble les premiers éléments qui permettront la fixation du pont-levis et de la herse.

Idem pour l’étape suivante : on continue la construction des murs et on ajoute des meurtrières. Côté intérieur, on trouve un râtelier avec deux casques, deux boucliers et une lance.

Devinez quoi : on continue la construction des murs – jusqu’à construire une première partie du plancher du niveau supérieur. Nous construisons alors le pont-levis, constitué pour l’essentiel de deux grandes tiles marron, et de deux chaînes menant au mécanisme qui permettra de le soulever en tournant un axe. On ne fixera ce mécanisme que bien plus tard. La partie arrière du pont-levis est constituée d’un contrepoids, qui permettra de le relever sous son propre poids à mesure que les chaînes se détendront. Un grand panel vient masquer ce contrepoids en partie basse. On complète un peu le plancher et on ajoute de la végétation avant de passer à la suite.

Nous revenons sur l’autre partie de la construction, avec une construction plutôt fun : les latrines. Voilà qui explique la couleur de la grenouille en contrebas ! Un petit interstice permet de faire passer une grande grille, disposant de charnières sur le côté et condamnant l’accès arrière du château. Un axe Technic et une brique ronde sur le côté permettent de la manoeuvrer. À côté de ces latrines, on construit un morceau de rempart disposant de trous au sol donnant sur l’extérieur du château grâce à des slopes – LEGO a même prévu quelques munitions à faire tomber par ces mâchicoulis. On élève encore un peu la tour côté latrines, puis on passe à l’étape suivante.

Sur la première moitié de la construction, on élève les murs et on ajoute un râtelier, des clips et une jolie collection d’armes diverses et variées.

On construit aussi une très jolie fenêtre au-dessus du pont-levis. Ce n’est qu’à ce moment qu’on vient fixer le mécanisme de ce dernier à la structure du château. Un axe Technic, dépassant sur l’extérieur, permettra de le manoeuvrer.

Autre élément indispensable à la sécurité du château : la herse. On la construit ensuite avant de la faire coulisser dans un interstice spécialement ménagé à cet effet. Le mécanisme est simple : on remonte l’ensemble en tournant un axe Technic, qui se bloque automatiquement grâce à un levier venant buter sur un engrenage. En soulevant ce levier, la herse retombe d’elle-même. On s’intéresse alors de plus près au grand arbre extérieur qui reçoit son feuillage.

L’étape suivante est peut-être la plus pénible de toute la construction. Elle consiste à ajouter les créneaux des deux tours principales, puis à venir décorer leur partie inférieure avec des petites tiles arrondies – il y en a 42 en tout ! On ajoute également un drapeau rigide au-dessus des latrines, et un grand drapeau souple imprimé sur l’une des tours principales.

Au bout d’une petite douzaine d’heures de construction, on attaque le dernier sachet de pièces, qui commence par l’arrivée de l’escadron des Black Falcons. On construit ensuite un dernier module qui constitue la grande rampe d’accès à l’entrée principale du château. Ce module est constitué de deux sous-ensembles, reliés entre eux par des clips. L’ensemble est alors attaché, également par des clips, au reste du château. La construction s’achève par un dernier râtelier d’armes, au dernier niveau du bâtiment principal. Il ne reste alors qu’à assembler les deux moitiés du château pour former l’ensemble complet.

Verdict

Un hommage à l’ensemble des châteaux LEGO

Vous l’aurez constaté vous-mêmes : c’est encore un bel hommage à l’une de ses gammes emblématiques que LEGO nous propose avec ce Château des Chevaliers du Lion. La référence mentionnée par LEGO dans la notice (le set 6080 King’s Castle sorti en 1984) est ici moins évidente que pour l’autre set commémoratif des 90 ans de la marque, la référence LEGO Icons 10497 Galaxy Explorer. Il s’agit plutôt d’un clin d’oeil au set 6080 – puisqu’ici c’est une reine qui règne sur le château.

C’est plutôt un hommage « global » à l’ensemble des châteaux que LEGO a pu proposer à la vente depuis 40 ans, avec le fameux « château jaune » (réf. 375 Castle) sorti en 1978. Château qu’on retrouve d’ailleurs au format miniature dans l’une des pièces du château qu’on imagine être une chambre d’enfant. Au début de la notice, LEGO égrène d’innombrables références de châteaux sorties au fil des années, jusqu’au set LEGO Nexo Knights 70317 The Fortrex sorti en 2016.

Parmi les références plus ou moins évidentes, on notera par exemple le grand arbre noir caractéristique des sets de l’époque, ou la cachette des Forestmen accessible de la même manière que dans le set 6066 Camouflaged Outpost (pour lequel je vous invite à découvrir la mini-critique de MetalSonic à cette adresse) en faisant pivoter un rocher. Les références se trouvent également dans les nombreux blasons, que vous avez peut-être reconnus, et dans les différents personnages proposés associés aux différentes factions.

Un set d’exposition

Difficile de trouver quoi que ce soit à redire concernant le design. J’en parle plus en détails dans le chapitre dédié à la construction, il n’y a pas grand-chose à jeter. Les détails sont extrêmement nombreux, comme on peut l’attendre d’un tel set, aussi bien à l’extérieur qu’à l’intérieur. Les formes sont sublimes, les couleurs intelligemment réparties, et la composition variée.

Côté extérieur, on notera pêle-mêle les petites touches de végétation, l’utilisation de briques texturées, les jolis créneaux aux formes arrondies ou la chambre aux murs en noir et blanc à la toiture de paille. Côté intérieur, toutes les pièces sont richement aménagées, depuis les cuisines jusqu’à la chambre, en passant par l’armurerie et la salle à manger. Tout juste pourra-t-on regretter des finitions inégales, notamment au niveau de la rampe d’accès principale peut-être un peu « légère » sur ce sujet.

On pourra choisir plusieurs manières de l’exposer : à la différence de nombreux sets, il est exposable sous tous les angles possibles en configuration fermée. Il est d’ailleurs d’une taille raisonnable et n’encombrera pas trop vos étagères : 45cm par 33cm d’emprise. En position ouverte, c’est une autre paire de manches : comptez plus de 70cm de large. Mais vous avez alors une jolie vue d’ensemble. Sans compter que vous pourrez accéder, par l’arrière, aux différentes pièces.

Un set exposable… et jouable !

Car c’est l’autre point fort de ce set : si son prix le destine à un public adulte, la jouabilité est aussi au rendez-vous. De quoi réveiller des souvenirs nostalgiques, ou partager des moments de complicité avec les plus jeunes.

Je le disais un peu plus haut : l’intérieur est extrêmement détaillé et permettra une très grande variété de mises en scène. On appréciera d’ailleurs que tous les niveaux soient reliés entre eux par des échelles ou des escaliers. Seuls les sommets des plus hautes tours ne disposent pas d’un tel accès. Un seul endroit est presque inaccessible sans séparer les deux éléments du château : la grande cachette des Forestmen – planquée sous une trappe dans la cour principale. Tout juste regrettera-t-on des pièces peu profondes offrant des possibilités restreintes pour disposer les personnages, ou au contraire certaines, trop profondes, ne permettant pas d’accéder facilement aux différents accessoires qu’elles contiennent. Accessoires très nombreux, au demeurant.

Au-delà de cet intérieur détaillé, le château intègre de nombreuses fonctionnalités très bien pensées. Ainsi, la roue à aubes fait tourner la meule de la boulangerie ; un rocher pivote ou une trappe se lève pour donner accès à un repaire secret ; la grille arrière et le pont-levis se soulèvent grâce à des molettes – tout comme la herse qui peut retomber sous son propre poids par un simple appui sur un levier. Toutes les fonctions sont bien intégrées et très robustes dans leur fonctionnement. Grâce par exemple à l’utilisation de chaînes plutôt que de fils dans les mécanismes.

Robuste, la construction globale l’est également. À titre d’exemple, je n’ai eu aucune casse / détachement de petit élément lors de mes nombreuses manipulations pour le prendre en photo. Un autre bon point pour la jouabilité.

Une jolie sélection de minifigs

Autre bon point en termes de jouabilité, la grosse sélection de minifigs. Je vous laisse lire le chapitre détaillé que je leur consacre un peu plus haut pour en savoir plus à leur sujet, mais elles sont globalement très bien réalisées. Si on pourra considérer qu’elles ne sont pas si variées que cela (avec par exemple 9 Chevaliers du Lion sur les 21 personnages), on se ravisera en observant la très grande variété de têtes, de casques, d’armes et d’accessoires aussi divers que variés qu’elles peuvent porter.

Une expérience de construction sympathique

Si vous recherchiez une expérience de construction fidèle aux sets de l’époque, passez votre chemin. Si par contre vous aimez les techniques inventives, vous serez très certainement ravis. Du SNOT, des angles improbables, des joints divers et variés, des mécanismes… difficile de s’ennuyer au fil de la douzaine d’heures nécessaire à l’assemblage. On alterne entre les phases de construction des murs, des créneaux ou des intérieurs : la monotonie n’a pas le temps de s’installer. Petit bémol néanmoins pour l’une des toutes dernières étapes, avec l’assemblage des créneaux des deux plus grandes tours : une étape ultra répétitive et plutôt casse-pieds (pour rester poli !).

À titre de comparaison, j’ai néanmoins préféré la construction du set LEGO Icons 10497 Galaxy Explorer, plus inventive à mon goût. Il faut aussi dire que le sujet traité permettait plus de « fantaisies ».

400 €, ce n’est pas rien

Autant se l’avouer : à 400 € le set, notre château se situe clairement parmi les sets dédié à un public adulte qui dispose de moyens certains. Avec 4514 pièces, 21 minifigs et de nombreux éléments rares ou spécifiques, le prix ne semble pas démesuré – surtout maintenant. Mais c’est un peu dommage « d’exclure » un public avec ce prix très élevé : il était sans doute envisageable de proposer un set plus compact et moins cher pour inviter le plus grand nombre à la fête. Il suffit d’ailleurs de regarder les deux moitiés de château pour s’en convaincre. Elles auraient presque pu se suffire à elles-mêmes.

En bref

LEGO nous propose avec cette boîte un très bel hommage à l’ensemble de ses châteaux, depuis le tout premier en 1978. Une jolie sélection de minifigs, une construction intéressante et un design sans faute en font à coup sûr l’un des sets de l’année. Son vrai défaut reste son prix, qui bien que cohérent avec la taille du set, ne le mettra pas à la portée de toutes les bourses…

Voilà, j’espère que vous aurez trouvé dans cet article de quoi vous faire une opinion sur ce modèle. Vous le trouverez sur le [email protected], à cette adresse. N’hésitez pas à partager votre point de vue, en intervenant dans les commentaires un peu plus bas !

Merci à LEGO pour la fourniture du set pour cette review. La fourniture d’un set ne garantit en rien une review positive, et tout ce que vous avez pu lire dans cet article est l’expression de ma propre opinion.

RÉSULTATS
Design
Expérience de construction
Minifigs
Jouabilité
Bonne affaire
lion-knights-castle-lego-icons-10305-reviewUn très bel hommage à l'histoire des châteaux LEGO, que ce soit dans son design, dans l'expérience de construction proposée ou dans la jolie sélection de minifigs. Son prix ne mettra malheureusement pas ce Château des Chevaliers du Lion à la portée de toutes les bourses.
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

13 Commentaires
plus récent
plus ancien Le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Thomas Lego

Quelle belle revue !
Comme d’habitude c’est du beau travail de ta part Mephisto !
Un beau set avec des belles photos, tous ce qu’il faut pur me donner l’envie d’acheté ce set !
Malheureusement, j’ai d’autres achats prioritaires pour le moment, mais revanche ce set est magnifique !
Merci encore pour cette revue.

Last edited 4 jours il y a by Thomas Lego
Weevy

Ce prix quel dommage…
Jusqu’à 200€, j’aurais fait un effort mais là, à mon grand désespoir, ça sera sans moi. Et Dieu sait que l’envie ne manque pas… 😭

Elvis

Oh la la !
Quelle belle pièce !
J’avoue que je n’ai pas tout lu en détail histoire en garder un peu de surprise car celui-là finira forcément dans ma collection, la gamme Castle étant mon entrée chez Lego il y a fort longtemps…

Le Tonyz

Merci pour ta review de ce gros morceau qu’est ce château ! Un bel hommage à la gamme Castle, ce set cumule les bons points entre construction, jouabilité et exposition. Tout comme j’apprécie les petits détails entre le château 375 ou la grenouille marron pour… bref ^^
Son seul défaut, c’est bien le prix. Pas excessif, plutôt cohérent avec le nombre d’éléments et de minifigs. Ce n’est effectivement pas à la portée de toutes les bourses. S’il me donne envie, le prix fait réfléchir.

Cuzion

Merci pour cette review très complète (comme toujours). Je vais commencer par (à mon avis), le seul point noir de ce set, son prix. Il est clairement beaucoup trop haut pour une majorité de personnes mais il me semble justifié par le set proposé. J’espère que cette expérience sera à la portée de tous, plus tard, avec des sets moins conséquents (sans non plus forcément revenir dans une gamme Castle officielle). Après, je suis convaincu par l’intérêt de la bête, il est magnifique et très bien doté. Il est sur ma liste depuis son annonce, reste « plus qu’à » le financer… Lire la suite »

Spike

Très beau set.

J’aurais préféré que LEGO le sorte en 2 sets de 200€. Cela aurait permis d’offrir l’accès à un plus grand public et/ou aurait permis aux grands fans de l’acheter en deux fois car sortir 400€ en une seule et une unique fois peut etre une barriere psychologique, surtout en ce moment pour un jouet quand il y a d’autres priorités.
En 2 sets, j’aurais été capable d’acheter l’un des deux cette année et l’autre l’année prochaine mais 400€ en une fois, ça me freine carrément !

tonio_sport

Hâte hâte de le monter celui-là 🙂
Pour le design, seul la rampe fait un peu cheap je trouve.

Legomaniaque

Merci pour cette excellente review! L’envie est là mais pour le moment le prix reste un facteur important. Il est dans ma wishlist…