LEGO m’a récemment fait parvenir les deux nouveautés sorties à l’occasion des 90 ans de la marque, et j’avais hâte de les recevoir pour pouvoir vous en parler. Avec le set que je vais tester pour vous aujourd’hui, LEGO rend un hommage appuyé à l’une des boîtes les plus iconiques de la marque sortie en Europe en 1979 sous la référence 928 (497 aux USA – d’où le petit clin d’oeil dans le numéro de ce nouveau set).

Pour être tout à fait honnête avec vous, je partais avec un à-priori : je n’ai pas eu la chance de posséder cette boîte à l’époque et j’étais sceptique avant de démarrer la construction malgré les visuels aguicheurs. Plus de 40 ans après sa sortie originale, LEGO arriverait-il à me faire apprécier cette boîte destinée aux collectionneurs nostalgiques ? La réponse dans mon test du set LEGO Icons 10497 Galaxy Explorer !

Informations principales :

Boîte et inventaire

La boîte joue la nostalgie à fond en reprenant les « codes » de l’époque : une mise en scène de notre vaisseau à l’approche d’une planète inhabitée, deux spacemen ayant commencé leur exploration. Si le set de 1979 proposait 2 plaques de base avec une petite tour de contrôle, ce n’est pas le cas ici et le radar de cette dernière est remplacé par une lune dans le lointain. On retrouve même le bandeau jaune qui contient ici le nom du set et la mention Space System – ou encore la limite d’âge dans un petit rectangle blanc.

La boîte du set originel proposait plusieurs constructions alternatives à l’arrière. Ici, ce sont des photos d’ensemble et de détail du set que nous trouvons – leur « organisation » faisant néanmoins référence au design de la boîte de l’époque.

À l’intérieur de la boîte, nous trouvons 9 sachets numérotés et 1 grande tile de 8×16 tenons « en vrac ». La notice d’instructions compte 164 pages pour 232 étapes de construction. Pas l’ombre d’une planche d’autocollants ici, tout est tampographié. La notice démarre par quelques pages sur l’histoire de la marque et du modèle originel, ainsi que quelques mots du designer Mike Psiaki. Il nous apprend notamment avoir travaillé sur ce design depuis son arrivée chez LEGO à l’hiver 2013 !

Une version française de la notice est téléchargeable sur la rubrique du site dédiée, ainsi que les instructions pour 2 modèles alternatifs (924 Space Transporter et 918 Space Transport).

L’inventaire du set est plutôt riche, avec 1254 pièces pour 99,99 €. On y retrouve également un certain nombre d’éléments spécifiques ou rares, que je vous ai résumés dans le tableau ci-dessous.

nombre image nom couleur nombre de sets
1 FLAT TILE 2X4, NO. 281 Bright Blue 1
2 BRICK 1X6, NO. 13 Bright Blue 1
2 RAMP 6X8 Bright Blue 1
6 ROOF TILE 1X3/25° INV. Bright Blue 1
2 MINI HELMET, NO. 243 Bright Red 1
2 MINI UPPER PART, NO. 6067 Bright Red 1
8 RUDDER 1X4X3 Medium Stone Grey 1
4 PARABOLIC RING Medium Stone Grey 1
2 NOSE CONE 2X2X2 Medium Stone Grey 1
2 TILE 1X2, W/ 1/2 CIRCLE Medium Stone Grey 1
2 COCKPIT 6X12X2 W. COMBI HINGE Transparent Yellow 1
1 PLATE 1X8 WITH RAIL White 1
2 MINI HELMET, NO. 243 White 1
2 MINI UPPER PART, NO. 6068 White 1
3 FLAT TILE 2X2, NO. 661 White 1
1 FLAT TILE 2X2, NO. 662 White 1
1 FLAT TILE 2X2, NO. 663 White 1
1 FLAT TILE 2X2, NO. 665 White 1
2 FLAT TILE 2X2, NO. 666 White 1
1 FLAT TILE 2X2, NO. 664 White 1
2 MINI OXYGEN BOTTLES Bright Red 2
1 ROOF TILE 2X2, 45 DEG., NO. 26 Medium Stone Grey 2
2 PLATE 2X6X2/3 W 4 HOR. KNOB Medium Stone Grey 2
1 MINI OXYGEN BOTTLES Black 3
3 TILE 4X4X2/3, CIRCLE, W/O KNOBS Medium Stone Grey 3
4 DESIGN ELEMENT 5X5X2, W/ 4.85 HOLE Medium Stone Grey 3
4 PARABOLIC REFLECTOR Ø24X6,4 Transparent Red 3
2 BRICK 2X2 CIRCLE W/ CROSS Transparent Red 3

Les minifigs

Le set de 1979 comptait 4 spacemen – 2 en combinaison rouge et 2 en combinaison blanche. On retrouve ici cette même sélection de personnages, quasiment identiques aux originaux si ce n’est la technique d’impression moderne des torses et les casques à la jugulaire renforcée – les anciennes versions avaient tendance à se briser à cet endroit. Les 4 personnages arborent le visage classique des minifigs de l’époque et disposent de bouteilles d’oxygène sur leur dos. Je ne vais pas m’appesantir sur ces personnages – ils sont très classiques mais tout à fait adaptés.

Construction et design

Nous commençons la construction comme tous les véhicules d’une taille imposante : avec une structure Technic. On remarquera ici quelques pièces mobiles : les futurs trains d’atterrissage et la partie qui protège la rampe d’accès arrière. On peut déjà se rendre compte de la taille plutôt imposante de l’engin.

On s’occupe ensuite de « paver » cette structure, ainsi que d’ajouter les « supports » de trains d’atterrissage, qui prennent ici la forme des éléments vus dans la gamme LEGO Super Mario. Tout s’ajuste parfaitement. On ajoute également les sièges et les deux volants (le set de 1979 n’en comptait qu’un) et quelques aménagements intérieurs à la cabine. Sur les côtés, deux sous-ensembles sont fixés sur des pins permettant de trouver l’angle souhaité, c’est très bien pensé.

On élargit les flancs de la machine, en y ajoutant deux sous-ensembles par côté. On atteint presque l’envergure définitive. Côté arrière, deux autres sous-ensembles sont fixés sur des charnières et raccordés à la structure. Là encore, c’est très intelligemment pensé. La forme de la machine est désormais définitive à cet endroit.

On passe sur l’avant du vaisseau, où on ajoute deux autres sous-ensembles par côté. Le premier est fixé sur une pièce d’angle, et le second sur une charnière comme on a déjà pu le faire à l’arrière. On décore le tout avec des tiles grises.

L’étape suivante consiste à paver l’ensemble d’éléments gris. Si cette étape pourrait paraître ennuyeuse au premier abord, il n’en est rien : tous les angles s’ajustent parfaitement, et c’est vraiment satisfaisant. À l’extrémité des ailes, ce sont des slopes inversées qui sont fixées sur les éléments SNOT pour combler l’angle – c’est tout simplement génial.

Retour à l’arrière ensuite, où nous venons glisser la grande tile noire dans son emplacement – il sera ensuite possible de la déployer pour former la rampe. Le système d’ouverture est très bien pensé. On la maintient dans son logement avec quelques pièces bleues. On aménage ensuite la cabine arrière avec les lits (qui prévoient même un renfoncement destiné à recevoir les bouteilles sur le dos de nos astronautes !) et on ajoute les supports des réacteurs latéraux.

L’intérieur est encore un peu vide, nous y remédions dans l’étape suivante où nous allons ajouter le tableau de bord et les écrans de contrôle à l’arrière. On utilise ici une jolie sélection d’éléments tampographiés. On complète également les côtés de la carlingue, et on ajoute une porte coulissante entre la cabine arrière et la soute. Sur le dessus de la cabine, on ajoute une rangée de tiles et deux charnières, qui viennent soutenir les grandes verrières jaunes translucides. Qui ont malheureusement mal supporté d’être ballotées dans les sachets de pièces et souffrent de quelques rayures.

Nous construisons alors deux sous-ensembles (presque) identiques à la symétrie près. Fixés sur des charnières, ils composent les deux moitiés de la soute. L’ensemble est maintenu fermé grâce à des petits clips judicieusement disposés. Côté intérieur, on retrouve deux accessoires : une clef plate et un talkie-walkie. Si la flèche blanche était tampographiée sur le modèle de 1979, elle est ici très astucieusement reproduite à l’aide d’un bouclier Nexo Knights masqué par deux panels.

Après un peu plus de 3 heures, c’est (déjà !) le dernier sachet de pièces. Il nous sert à construire un total de 4 réacteurs. Deux petits sont fixés sur les éléments Technic à l’arrière de la soute, et les deux plus grands sur les supports des ailes. Ils sont détachables pour se transformer en petits véhicules d’exploration. On termine avec le buggy qui prend place dans la soute.

Verdict

Par où commencer ?… Vous l’aurez deviné à la lecture du chapitre précédent, je suis littéralement conquis par ce set. Une petite merveille comme LEGO nous en propose une poignée par an. Ça tombe bien, pour un set célébrant l’histoire de la marque avec un hommage à l’un de ses ensembles les plus iconiques !

Un bel hommage

Car si le Galaxy Explorer a subi une cure de jouvence pour le mettre au goût du jour, l’hommage est bien là. Tout, ou presque, rappelle le vaisseau de 1979 : sa forme (même s’il a bien grandi – il est 1,5 fois plus grand que son ancêtre), ses couleurs (à l’exception du light gray qui n’existe plus, remplacé par le medium stone grey, très proche), ses éléments tampographiés (dont le fameux logo Classic Space) qui reprennent les designs de l’époque aux côtés d’éléments plus modernes, ses personnages ou ses éléments de jouabilité.

Certains regretteront sans doute l’absence des deux plaques de base et de la petite tour de contrôle qu’on trouvait à l’époque. Mais il y a belle lurette que ces plaques ont disparu du catalogue du fabricant.

Pour rester sur le design, comment ne pas mentionner l’intérieur très riche, depuis les nombreux panneaux de commande, les lits, les boîtes avec des accessoires divers et variés… difficile d’en mettre beaucoup plus.

Une construction épique

La construction de l’ensemble était une véritable partie de plaisir. Et pour tout vous dire je n’en attendais pas moins d’un set créé par Mike Psiaki. Les techniques de construction, les « détournements » d’éléments, les angles improbables, les pièces qui s’ajustent parfaitement presque par miracle… Tout y est.

Des fonctionnalités et une jouabilité au rendez-vous

Si les fonctionnalités du set d’origine étaient assez limitées, ici c’est un véritable festival. Évidemment, les deux verrières s’ouvrent, mais il y a beaucoup d’autres choses : des trains d’atterrissage escamotables, une porte coulissante entre la soute et la cabine, soute qui abrite un petit buggy qu’on peut faire sortir à l’arrière.

C’est la fonctionnalité « phare » de l’ensemble : en séparant les deux moitiés arrières (articulées sur des charnières), on ouvre la soute. En abaissant la partie basse, on peut alors libérer la grande tile noire en la faisant coulisser. Les roues du buggy peuvent alors passer sous les pins gris, et le faire descendre le long de la rampe. C’est extrêmement ingénieux et ça fonctionne à merveille.

Et ces fonctionnalités ne sont pas les seuls éléments de jouabilité. On appréciera ainsi la quantité impressionnante d’accessoires fournis, la possibilité d’installer les 4 minifigs dans l’habitacle ou de les mettre au travail (ou au lit !) dans la partie arrière de la cabine, et même les deux réacteurs détachables qui peuvent alors se transformer en mini vaisseaux d’exploration.

Un prix « raisonnable »

Pour finir avec le prix, LEGO nous propose ici une boîte de 1254 pièces (dont de nombreux éléments tampographiés ou rares – je vous invite à retrouver le tableau récapitulatif un peu plus haut) pour un prix de 99,99 €. En ces temps d’inflation sur une grande partie du catalogue du fabricant, ce tarif me paraît plutôt honnête. Surtout pour ce qu’offre ce set.

En bref

Vous l’aurez peut-être remarqué au petit macaron sur l’image en haut de l’article : j’ai choisi d’attribuer à ce set le « Label Qualité Brickonaute » : une distinction très personnelle pour des sets pour lesquels j’ai eu un véritable coup de coeur. Car LEGO nous propose ici un set qui démontre une nouvelle fois son savoir-faire sur tous les aspects : design, plaisir de construction, jouabilité… en somme un très bel hommage à son illustre ancêtre !

Bonus

Suite à sa proposition dans les commentaires, Julien a eu la gentillesse de me faire parvenir quelques photos de ce joli set aux côtés de celui qui l’a inspiré, la référence 928 Galaxy Explorer sortie en 1979. Ils sont visibles au LEGO Certified Store de Blagnac, à côté de Toulouse. Merci à lui !

Je profite de ce paragraphe pour vous inviter également à découvrir la vidéo de MetalSonic, qui nous a parlé de ce set lors d’une mini-critique 😉 (une vidéo qui m’a d’ailleurs bien servi pour la rédaction, merci !)

Voilà, j’espère que vous aurez trouvé dans cet article de quoi vous faire une opinion sur ce modèle. Vous le trouverez sur le [email protected], à cette adresse. N’hésitez pas à partager votre point de vue, en intervenant dans les commentaires un peu plus bas !

Merci à LEGO pour la fourniture du set pour cette review. La fourniture d’un set ne garantit en rien une review positive, et tout ce que vous avez pu lire dans cet article est l’expression de ma propre opinion.

RÉSULTATS
Design
Expérience de construction
Minifigs
Jouabilité
Bonne affaire
galaxy-explorer-lego-icons-10497-reviewJuste... wow ! Une démonstration du savoir-faire de LEGO, dans une boîte hommage à l'un des sets les plus iconiques de la marque.
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

17 Commentaires
plus récent
plus ancien Le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Thomas Lego

Merci pour cette magnifique revue !
Quel beau set ! Pour tout dire le mien est toujours dans son carton, mais ce qui compte c’est qu’il soit chez-moi. Ta revue me donne l’envie de me dépêcher de le monté. Ce set mérite bien le « Label Qualité Brickonaute », visiblement c’est une réussite. Merci encore Mephisto pour la revue de ce superbe set !

Julien

Superbe review, plaisante à lire pour une réédition d’un set mythique. Je l’ai monté il y a quelques semaines et je me suis replongé dans mon enfance, je jouais en permanence avec ce thème, j’ai eu et j’ai encore tous les sets de la 1ère vague… Cela a d’ailleurs influé sur mon choix professionnel car je travaille dans l’aéronautique depuis 24 ans… 🙂 Sinon les améliorations notables sont les détails à l’intérieur, les pieds rétractables, les techniques de montage bien sûr (merci Mike Psiaki) et le grand tour de force pour moi est le fait de pouvoir construire d’autres modèles… Lire la suite »

Cuzion

Dès son annonce j’étais sous le charme et pourtant que j’ai pas eu de Classic Space mais cette gamme m’a toujours fait rêver.
A la lecture de ton avis tellement enthousiaste, ça me conforte à 100% de me décider à l’acheter. J’attends juste un peu de voir les GWP à venir (j’ai déjà le Jane Goodall).

Barg

Waah tu es rarement aussi dithyrambique pour un set ! C’est peut être être aussi la premiere fois que tu mets une note aussi élevée j’ai l’impression… pas prévu d’acheter initialement mais qui sait;)

Le Tonyz

Même si le vaisseau original 928/497 n’est pas de ma génération et sans nostalgie particulière, ça ne m’a pas empêcher de l’acheter dernièrement (mais pas encore monté). Merci pour cette très belle review qui me conforte que LEGO ne s’est pas contenté d’un hommage rapide, mais a conçu un magnifique set comme on en fait peu (et avec tout le talent de Mike Psiaki). Cette richesse de détails, les techniques de constructions, l’absence d’autocollants!, et même des minifigs aux sourires classiques. Et en plus à un tarif très honnête quand on voit les grosses augmentions sur la gamme Icons notamment.… Lire la suite »

metalsonic

En grand fan de Lego Space – j’ai fait une review de l’original – j’hésite toujours à me le prendre…
L’absence totale de plaque à cratères est hyper décevante!

Elvis

Aïe aïe aïe !
Je ne l’avais pas mis dans ma liste de souhaits…
Mais à la lecture de ton test ça va être dur de ne pas craquer 😅

Vincent

Un classique remis au goût du jour. Il est superbe.
J’étais fan de cette gamme étant petit, quand je vois le cockpit jaune je craque complètement

Last edited 21 jours il y a by Vincent
Argonaute82

Je possède le modèle original, et j’ai déjà acheté celui-ci, mais pas encore monté. Du coup je n’ai pas lu l’article en entier, mais en le survolant j’ai bien aimé la rédaction, le tableau des pièces uniques, les possibilités de jeu, cela donne envie. Je le construirai sans doute prochainement.

tonio_sport

Là tu m’as fait envie 😉 C’étaient mes permiers Lego avec la gamme Castle.
Je vais craquer assurément. Et merci pour ta review. L’essentiel est dit !