Il y a un peu plus de 3 mois, j’ai eu l’occasion de participer à une table ronde avec l’équipe en charge du design du set LEGO 71395 Super Mario 64 ? Block. Mais je n’avais pas pris le temps, jusqu’ici, de transcrire cet entretien pour vous en parler. Je me rattrape donc aujourd’hui 😉

Autour de la table, nous étions 5 fan medias, 3 designers, et une membre de l’AFOL Engagement Team en guise de chef d’orchestre. Nous avons pu poser, à tour de rôles, nos questions pour cet entretien qui a duré une petite heure.

Je ne vais pas transcrire mot pour mot cette table ronde, cela n’aurait que peu d’intérêt et ce serait un peu indigeste. J’en ai extrait les principales idées, et j’ai essayé de les organiser en différents thèmes.

Pour retrouver mon test de ce (super) set, ça se passe à cette adresse.

La collaboration avec Nintendo

  • Les designers ont étroitement travaillé avec Nintendo, que ce soit pour le set 71374 Nintendo Entertainment System ou ce second projet. Les échanges avaient lieu plusieurs fois par semaine. Plusieurs projets ont été étudiés (sans en dire plus) pour finalement aboutir sur cette idée de set qui semblait la plus pertinente pour fêter les 25 ans de Super Mario 64

  • Le travail en collaboration avec Nintendo a été une vraie partie de plaisir pour les designers. D’après leurs dires, ils aiment quasiment autant LEGO que leur propre licence et étaient très enthousiastes lors des échanges. Plutôt qu’une équipe LEGO et une équipe Nintendo, c’était en fait plutôt une seule équipe travaillant sur un projet commun, mais implantée dans deux pays différents.
  • Le partenariat entre LEGO et Nintendo s’est construit sur le fait que les deux entreprises voulaient proposer une manière innovante de jouer. C’est ainsi qu’est née la gamme Super Mario, qui manquait cependant de produits pour ceux qui avaient pu jouer dans leur enfance aux jeux vidéo mais qui ont depuis grandi. D’où l’idée de développer des produits clairement dédiés aux adultes dans cette gamme.

La conception du modèle

  • Le bloc ? n’apparaît pas dans Super Mario 64, mais le set se voulait être également un hommage à la licence Super Mario de manière plus globale. On le retrouve dans de nombreux titres. Le bloc ? renferme, dans les jeux de la licence, des surprises et étant donné les surprises que le bloc LEGO offre en se déployant, le choix de celui-ci paraissait tout indiqué.

  • La phase de définition du « concept » du set en lui-même a duré entre 2 et 3 mois. Puis environ 9 mois de plus pour que les premières boîtes sortent de l’usine, après de nombreux allers-retours entre toutes les équipes LEGO : les designers, l’équipe qualité ou encore celle chargée de produire les instructions de construction. Il faut alors compter environ 3 mois de plus pour que les boîtes arrivent en magasin, le temps de produire suffisamment de produits.
  • La conception d’un set aussi particulier s’est basée sur le principe essai-erreur. De très nombreuses versions du mécanisme, mais également des formes des plateformes supportant les niveaux ou des types d’élastiques employés ont été essayées avant d’aboutir à la version finale.
  • Le plus gros challenge dans la conception du cube a été de créer le mécanisme de « déploiement », et de maximiser le nombre de choses qui allaient pouvoir être mises à l’intérieur. Beaucoup de solutions ont été envisagées, mais la solution retenue est celle qui permettait de conserver le maximum de place disponible. Une fois empilés, les prototypes de cubes allaient jusqu’au plafond !

  • Le set, et en particulier le mécanisme de déploiement, a été testé à maintes reprises à l’aide de robots pour s’assurer d’une solidité et d’une fiabilité exemplaire. Le set a même été mis dans une pièce particulière pour simuler sa manipulation dans des conditions de température et d’humidité différentes.
  • La conception des différents niveaux était interdépendante : il fallait que tout se combine comme il faut lorsque les niveaux seraient repliés les uns sur les autres. Par exemple, le château de Peach était un peu plus « travaillé » dans une version préliminaire. Mais la nécessité de replier les deux autres niveaux sur celui-ci a imposé de le retravailler. Tout a été conçu de manière à optimiser le contenu proposé.

  • Le covid n’a finalement eu que peu d’impact sur le design du set. Toutes les phases de « brainstorming » ont eu lieu en visio, et l’ensemble de l’équipe s’est rapidement adaptée aux nouvelles contraintes.
  • Une version du cube se déployant en tapant en dessous, comme dans les jeux vidéo, a été envisagée. Mais l’équipe n’a pas poussé très loin cette idée, jugeant que « taper » sur un modèle LEGO ne serait pas spécialement fun.

Les easter eggs

  • Les designers se sont aperçus de l’importance des easter eggs alors que le set 71374 Nintendo Entertainment System était déjà sorti, et que les commentaires étaient très enthousiastes au vu du petit niveau que renfermait la machine. Et c’est d’ailleurs pour cela qu’on ne voit ni sur la boîte, ni sur les visuels officiels ce que contient cette petite trappe à l’arrière du cube.

  • Un autre easter egg a, par la suite, été intégré par les designers. Lors de la construction de la structure, on vient précisément placer 8 petites « pièces » (des round tiles) rouges avant de poser la première power star.
  • Le fait que le set contienne 2064 pièces est un « accident », pas un easter egg. Mais de l’aveu même des designers, c’est un accident plutôt « cool ». Tout comme le fait que la face supérieure du cube compte exactement 64 inverted tiles.

La sélection des niveaux

  • Beaucoup d’autres niveaux que ceux présentés ont été envisagés. Le Bob-omb Battlefield (Bataille de Bob-omb) a toujours fait partie de la sélection : c’est le tout premier niveau, qui se devait de figurer dans le cube. C’est celui qui a été le plus parcouru par les joueurs, et peut-être le plus iconique.

  • Pour les autres niveaux, plusieurs facteurs ont été retenus afin de les sélectionner. Ils devaient d’abord être facilement reconnaissables. Ils devaient également offrir un « contraste » suffisamment important entre eux, avec des dominantes de couleur très différentes. Enfin, les niveaux devaient offrir suffisamment de « texture ». Les « Sables trop mouvants » ont ainsi été envisagés mais finalement, c’était un niveau bien trop « plat » pour être intégré.

  • L’idée d’intégrer un niveau avec Bowser a également toujours été d’actualité. C’est seulement une fois que le mécanisme de déploiement conçu que les designers se sont aperçus qu’il leur restait un petit espace disponible à l’arrière du cube. Et qu’ils ont décidé d’y intégrer le second mécanisme.
  • La conception d’ « extensions » (avec d’autres niveaux) pour le cube n’a pas été envisagée. Les designers ont répondu, en plaisantant, que de toute manière le principe même des LEGO était de pouvoir tout démonter et de construire ce que vous souhaitez avec les pièces.

L’interactivité du modèle

  • Lors de cette table ronde, l’application et la figurine interactive de Mario n’étaient pas encore mises à jour pour permettre de profiter de l’interaction possible. Le designer chargé de la conception de cette interactivité n’a pas voulu en dire de trop – la surprise et la découverte devant rester au cœur du concept. Ces différentes interactions se sont voulues être une référence au jeu vidéo originel, avec une difficulté certaine pour dénicher les dernières power stars. Le designer insistait sur le fait que les joueurs ne trouveraient probablement pas les 10 power stars du premier coup – et j’avoue que cela a été le cas en ce qui me concerne, il a fallu se gratter un peu la tête !

  • Les designers ont pensé à permettre le jeu multijoueur, avec les figurines de Mario et Luigi mais ils ont finalement changé d’avis. Mais l’expérience, telle qu’elle était conçue, ne le permettait pas. Mais bien qu’il s’agisse d’un set en hommage à Super Mario 64, il est bel et bien possible de jouer avec Mario ou Luigi.
  • Si l’expérience voulue l’avait nécessité, les designers auraient intégré plusieurs tiles avec un code-barres. Mais finalement, cela n’a pas été nécessaire et cela a permis d’obtenir un look final plus « propre » : la tile avec le code-barres est cachée dans le château de Peach). C’était d’ailleurs le meilleur endroit pour la mettre : c’est précisément dans ce château que démarrent les aventures de Mario dans le jeu vidéo.

Hors sujet 😉

  • Les designers n’ont pas souhaité commenter le fait que le set n’intégrait pas de minifig de l’univers Super Mario. Ni dire si, oui ou non, nous en aurions un jour ou l’autre.
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

11 Commentaires
plus récent
plus ancien Le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Nico

Merci pour ce retour! J’ai enfin pu me procurer cet objet magnifique et rempli de surprises et de mécanismes. C’est un hommage incroyable à Super Mario 64 je suis bluffé! Penses tu qu’on puisse espérer d’autres très beaux objets hommages tél que celui ci ou celui de la NES? Je ne suis pas friand des sets Mario, plutôt des beaux objets à exposer chez moi… Je rêve d’autres blocks ou consoles

Disneybrick

Je suis moins emballé par ce set que par la TV Nintendo mais je dois avouer qu’il est super bien pensé, merci d’avoir relayer cette interview avec nous !
J’en profite également pour te souhaiter une très bonne année 2022 (oui j’ai un peu de retard ^^)

Le Tonyz

Toujours aussi intéressant ces interviews avec des designers LEGO. Merci pour cette synthèse 😉

Elvis

Merci d’avoir pris le temps de nous synthétiser ces échanges intéressants concernant le processus de création.

Simicro

Très très instructif sur les dessous d’un set avec licence, merci. La table ronde a été dense apparemment et les infos données riches. C’étaient qui les 4 autres fan medias ?

Last edited 5 mois il y a by Simicro
Elvis

Mais tu es bien curieux… 😁

Simicro

Merci bien 🙂