La création de la Scuderia Corsa, une écurie automobile, est relativement récente puisqu’elle remonte à 2011, aux Etats-Unis. LEGO décide de rendre hommage à celle-ci avec cette nouveauté de la gamme LEGO Speed Champions, que je vous propose de découvrir aujourd’hui : le set 75886 – Ferrari 488 GT3 « Scuderia Corsa ». Dans la vraie vie, ce bolide est une voiture de course, conçue par Ferrari pour courir dans la catégorie GT3. Voyons donc si LEGO rend hommage à ce monstre de 3,9L de cylindrée et de 550 chevaux.

Informations principales :

  • numéro de set : 75886
  • année de sortie : 2018
  • nombre de pièces : 179
  • prix sur le [email protected] : 14,99 €
  • nombre d’étapes de construction : 66
  • temps de construction : 30 minutes
  • difficulté : facile (sauf pour les autocollants…)

Comparateur de prix Amazon

EUR 14,99 Consulter sur Amazon.fr Hier auf Amazon.de EUR 14,15 EUR 14,00 Check on Amazon

 

La boîte et son contenu

Sur l’avant de la boîte, nous retrouvons le logo Speed Champions de couleur grise, caractéristique des sets sortis cette année. Notre voiture y est présentée sur la grille de départ, avec sa pilote à côté, tenant son trophée et son casque à la main. On devine en arrière plan la piste, et les gradins de spectateurs avec des flashs crépitants. Un léger halo jaune semble émaner des phares et éclaire le sol. Sur l’une des tranches, on trouve le logo Ferrari entouré d’un filigrane, et la mention « Official Product » suivie d’un numéro de série, preuve que la boîte est bien sous licence de la marque au cheval cabré. Enfin, comme d’habitude, on trouve sur l’arrière trois autres vues du modèle dont une seule en course, et une photo du bolide original.

A l’intérieur, on trouve 4 sachets de pièces dont un contenant les jantes, et le châssis de la voiture. Une notice d’instructions de 56 pages pliée en deux, et une planche de 25 stickers complètent l’ensemble.

L’inventaire

Quelques pièces intéressantes à noter dans cette boîte :

  • 1 Minifig Gold Bar (Ingot) en flat silver, présent dans deux sets
  • 2 Plates 3×3 en rouge, exclusives
  • Et les deux jeux de jantes, apparaissant respectivement dans deux et trois sets

La minifig

Une fois n’est pas coutume, il est donc bon de le mentionner, nous avons ici UNE pilote / mécano pour notre Ferrari. Le torse de celle-ci est exclusif, et finement tampographié d’une veste de pilote rouge avec quelques touches de blanc et de bleu dans les coins. On y retrouve quelques uns des sponsors, et le nom de l’écurie « Scuderia Corsa » au milieu. Les bras sont blancs, et elle semble porter des gants noirs. Le visage arbore un large sourire et des yeux maquillés, sous une chevelure blonde avec une queue de cheval. Les jambes sont rouge monochrome, et elle porte une clé plate et un casque qui nécessitera d’enlever ses cheveux en guise d’accessoire. Une réalisation plutôt jolie et soignée, sans être exceptionnelle.

La construction

On commence par assembler, sur le châssis de la voiture, les divers éléments qui permettront d’habiller cette dernière, avant de s’attaquer plus particulièrement à l’arrière de celle-ci. Là, on ajoute les deux énormes passages de roues habituels de la gamme, avant d’assembler la partie basse et l’échappement, puis la partie haute avec les feux et ce qui servira de support pour l’aileron. Il est bon de noter que les deux feux arrières sont réalisés à l’aide de round plates en trans red.

On passe ensuite sur les deux côtés, présentant sur leur partie basse un panel 1×4 noir orné d’un autocollant pas forcément facile à appliquer. Au dessus de ce panel, les portières sont habillées de diverses slopes rouges elles aussi décorées d’un sticker.

Les deux côtés terminés, vous l’aurez compris, on s’attaque à l’avant de la voiture. On notera ici l’utilisation ingénieuse de deux plates round 1×1 with horizontal shaft permettant de prolonger la partie inclinée de la voiture et de renforcer sa forme aérodynamique. Le capot est bardé de stickers, et les phares avant sont de la partie également, dommage. On trouve à l’intérieur du cockpit une slope tampographiée de 2 compteurs, l’effort est notable.

On repasse ensuite sur l’arrière, où c’est un festival d’autocollants sur les diverses slopes qui le composent… L’énorme moteur qu’on a l’habitude d’apercevoir au travers de la lunette arrière des Ferrari en est un, et pas forcément ultra réussi à mon goût. On ajoute ensuite l’aileron, où l’on trouve le nom de l’écurie, sur un autocollant également. Il est fixé à l’aide de deux robotic arms sur la voiture.

On termine avec le cockpit, qui m’a littéralement achevé : il faut y appliquer, sur cette forme courbe, un autocollant avec deux « cornes » qui se prolongent ensuite sur l’arrière du véhicule. Vous l’aurez compris, faites attention lors de l’application de cet autocollant (je vous invite à consulter mon guide d’application, à cette adresse), au risque de vous retrouver avec un logo Ferrari de travers…

On termine en ajoutant les 4 roues, fixées par un pin Technic sur le châssis.

Verdict

Je vais commencer par le point qui m’embête le plus. Habituellement, toutes les voitures de cette gamme sont fournies avec un petit accessoire supplémentaire, comme quelques cônes, un vibreur, ou même un capot de rechange. Rien de tout cela ici, juste un trophée à donner à la pilote. Dommage.

Deuxième point qui m’embête, mais vous devez vous en douter à la lecture du reste de l’article : les stickers. Même s’ils sont présents dans tous les modèles de la gamme, ils sont avec cette voiture trop omniprésents, et pas forcément faciles à appliquer. Quitte à perdre un peu de réalisme, il était aisé de remplacer les phares avant, par exemple, par des cheese slopes transparentes qui auraient très bien fait l’affaire. Et le sticker de la verrière est juste une plaie à appliquer…

Pour le reste, le design général est présent et on retrouve le look « racé » caractéristique des Ferrari. La forme oblongue et l’aspect surbaissé sont bien reproduits pour une voiture à cette échelle, et les couleurs fidèles à la voiture originale, avec le centre du capot blanc et les rétroviseurs verts, par exemple. La construction reste assez « basique » mais le résultat est là. On notera également la présence d’une pilote (pour une fois !), également bien réalisée dans l’ensemble.

Bilan en demi-teinte donc, mais si vous souhaitez l’exposer vous pourrez le faire sans problème : comme je le disais juste au-dessus, la voiture est belle, certainement l’une des plus réussies jusqu’ici dans cette gamme. Vous la retrouverez sur le [email protected], à cette adresse.

Voilà, j’espère que vous aurez trouvé dans cet article de quoi vous faire une opinion sur ce modèle. N’hésitez pas à donner votre point de vue dans les commentaires !

Afin de pouvoir continuer à vous proposer ce genre de reviews, n’hésitez pas lors de votre prochain achat sur le [email protected], sur Amazon ou à la Fnac (même pour autre chose que des LEGO) à passer par les liens proposés sur le site. Ca ne coûte pas plus cher, et ça permet de soutenir mon « travail ». Merci à vous !

1 COMMENTAIRE

  1. Merci mephisto pour cette review.

    Bravo pour la mise en place du nouveau fond blanc uni et lisse sur les photos !

    Très subtil l’histoire des mains noires ou gants noirs de la pilote 😉

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.