Prenez une personne au hasard et demandez-lui de vous citer un paquebot célèbre : il y a de fortes chances qu’il vous réponde « Le Titanic ». Lorsque LEGO m’a proposé de tester le set, il n’existait qu’à l’état de rumeurs qui l’annonçaient alors comme le plus gros set LEGO jamais produit – autant vous dire que j’étais très impatient de recevoir la bête !

Ce ne sera finalement pas le cas : il ne prend « que » la deuxième place, mais derrière une référence très particulière : le set LEGO Art 31203 World Map et ses 11 695 pièces, dont plus de 11 000 éléments de 1 tenon. Une deuxième place d’une courte tête, devant le set 10276 Colosseum et ses 9036 pièces.

Notre set LEGO compte 9090 pièces, pour reproduire l’un des paquebots les plus mythiques de l’histoire maritime – tristement célèbre pour la tragédie survenue lors de son voyage inaugural vers New York. C’était le paquebot le plus luxueux qui soit, lors de ce premier et unique voyage en 1912. Espérons que le modèle LEGO soit à la hauteur du mythe – et c’est ce que je vous propose de découvrir aujourd’hui avec mon test du set 10294 Titanic.

Ce test est comme le set qui le concerne : imposant 😉. Vous trouverez ci-dessous quelques liens permettant de naviguer vers les principales sections de l’article. Vous pouvez également utiliser le sommaire (en bas de la colonne de droite sur ordinateur).

Informations principales :

  • numéro de set : 10294
  • année de sortie : 2021
  • nombre de pièces : 9 090
  • prix sur le [email protected] : 629,99 €
  • nombre d’étapes de construction : 1 085
    • tiers avant : 349
    • tiers médian : 286
    • tiers arrière : 450
  • temps de construction : environ 14 heures
  • difficulté : difficile

Boîte et inventaire

Le moins que l’on puisse dire, c’est que c’est un gros bébé. La taille de la boîte (58 x 46 x 39 cm) est comparable à celle pratiquée pour les autres gros sets de ce genre – le seul exemple dont je dispose étant le magnifique UCS 75192 Millennium Falcon. Et un passage sur la balance nous indique pas moins de 12,8 kg !

La face avant de la boîte est semblable à ce que LEGO nous propose désormais avec les produits dédiés aux adultes : le modèle, ici vu de 3/4 avant, sur fond noir avec une jolie police d’écriture pour le nom du set en lettres d’or. Un bandeau coloré en partie inférieure nous précise quelques informations : la référence (10294) et le nombre de pièces (9090), ainsi que la mention « 18+ ». Dans le coin supérieur droit, on en apprend plus sur les dimensions finales – et il faudra une grande étagère : 1,35m de long pour 44cm de haut, support inclus.

Au dos, le set nous est présenté de trois-quarts arrière, et est accompagné d’une plaque avec son nom écrit sur des tiles rondes. Une vignette nous montre qu’il est possible de décomposer le bateau en 3 sous-éléments – et on le construira d’ailleurs de cette manière. 5 autres vignettes insistent sur quelques uns des nombreux détails : les moteurs à insérer dans la cale, une vue en coupe nous montrant l’intérieur aménagé, ou encore un zoom sur la proue et la passerelle. Une dernière photo montre le modèle exposé dans un salon – ce qui permet de se rendre compte de la taille de la bête.

La boîte étant particulièrement imposante, LEGO avait de la place pour décorer les autres faces – je vous laisse les découvrir sur les photos ci-dessous.

Après avoir découpé quelques scotchs et ouvert les 4 rabats supérieurs, on découvre 3 nouvelles boîtes, de couleur noire et numérotées, à l’intérieur de la grande. En les mettant côte à côte, on reconstitue deux images de notre modèle LEGO : une vue depuis l’avant, et l’autre depuis l’arrière. Je reviendrai sur le contenu de ces différentes boîtes dans le chapitre dédié à la construction.

L’inventaire du set n’est pas publié à l’heure où j’écris ces lignes – difficile donc de vous dresser un inventaire complet des éléments spécifiques et/ou rares. L’inventaire est particulièrement conséquent avec ses 9090 pièces et c’est donc assez logiquement qu’on y retrouve de nombreux éléments intéressants. À titre d’information, ce sont pas moins de 691 références de pièces différentes, dans 29 couleurs.

La construction et le design

Boîte 1 : contenu

La première des trois « sous-boîtes » contenues dans le set nous propose la construction du tiers avant du navire. On retrouve d’ailleurs une représentation de ce premier tiers sur les deux faces de la boîte. À l’intérieur, on trouve 22 sachets numérotés de 1 à 12, ainsi que 3 tiges blanches. Dans une pochette cartonnée se trouve la première notice (260 pages pour 349 étapes de construction) ainsi qu’une petite planche en plastique souple avec 3 pavillons. On ne retrouve pas celui de la White Star Line.

 

La notice commence, comme on pouvait s’y attendre, par quelques éléments d’histoire au sujet du célèbre bateau. Et quelques anecdotes / informations sont également disséminées au fil des étapes de construction. Étrangement, le designer LEGO n’est mentionné nulle part – peut-être que cela viendra plus tard !

Boîte 1 : construction et design

Section 1 : la proue, le gaillard avant et le pont supérieur avant

Sachets n°1 – 23 étapes / 18 min

Pour cette première étape de construction, nous commençons par assembler une base de forme (presque) triangulaire à l’aide de grandes wedges couleur dark red. Au-dessus, la forme est obtenue par un assemblage ingénieux à base de charnières permettant d’obtenir les angles désirés. À la proue, ce sont des brackets qui soutiennent les portions de coque, tandis que des briques disposées longitudinalement assurent une certaine rigidité de l’ensemble.

Sachets n°2 – 40 étapes / 25 min

Nous continuons notre construction avec la base du pont avant. Et nous assemblons pour cela un sous-ensemble de forme triangulaire, là encore obtenu à l’aide de charnières. On le fixe sur la structure, puis on complète cette partie du pont pour lui faire prendre un peu de hauteur. De nombreux renforts sont disposés à l’intérieur, toujours afin d’assurer la solidité de la construction. Remarquez ici les nombreux éléments SNOT qu’on habillera ensuite, et la petite amorce du mat, légèrement inclinée grâce à des pins.

Sachet n°3 – 29 étapes / 20 min

Nous assemblons alors 4 sous-ensembles, symétriques 2 à 2. Les premiers, incurvés, sont fixés sur les briques SNOT de la proue. Les seconds, plats, revêtent deux rangées de hublots et sont fixés derrière les premiers. Hublots qui sont ingénieusement reproduits à l’aide de plates 1×2 rounded, surmontées de minifig backplate w/ knob. Une grande plate blanche disposée à l’arrière reste visible au travers des trous. Précision inutile si vous avez lu le paragraphe concerné : les tiles portant le nom du navire sont tampographiées.

Sachets n°4 – 37 étapes / 30 min

Les sachets portant le numéro 4 concluront la construction de la première section du navire. On commence par « paver » le gaillard avant et le pont supérieur de tiles couleur tan, rappelant le bois utilisé sur le véritable paquebot. On complète avec de nombreux accessoires : une rambarde formée par deux tiges souples clipsées, les escaliers d’accès entre les différents niveaux, les cabestans, des crochets fixés sur les pins Technic laissés en attente sur le pont (très astucieux) et retenant d’autres rambardes, les deux grues électriques du pont supérieur et 3 écoutilles blanches.

Sans oublier les 3 ancres, dont la partie courbée (bascule) est représentée par une saucisse (!) noire : une centrale, et une de chaque côté fixée sur une chaîne. Le système de fixation de cette dernière au bateau est également très bien pensé. Malgré sa taille, on ne peut pas dire que notre Titanic manque de détails, du moins à ce stade.

Section 2 : pont et cheminée

Sachets n°5 – 34 étapes / 17 min

On laisse de côté le sous-ensemble précédent pour attaquer une nouvelle section. On assemble une base de forme trapézoïdale, sur laquelle on monte plusieurs rangées de briques pour gagner en hauteur. À l’arrière, on construit les 4 premières chaudières. À l’intérieur de ces dernières, l’utilisation de cheese slopes en trans orange suggère le charbon ardent. À tribord, en partie supérieure, quelques pièces trans blue représentent la piscine située sur le pont F, ou pont milieu. À l’avant, ce ne sont pas des charnières comme précédemment mais des ball joints qui permettent d’obtenir l’angle de raccordement désiré avec la proue.

Sachets n°6 – 14 étapes / 20 min

Nous continuons cette deuxième section en ajoutant, côté arrière (au-dessus des chaudières) 3 ponts complémentaires : le pont E (pont principal), le pont D (pont salon) et le pont C (pont supérieur). Les ponts sont séparés en deux morceaux : au milieu se dresse la cage d’escalier qu’on vient assembler avec de petits éléments reddish brown. La surface du pont F, du pont E et du pont D sont couverts de tiles colorées : dark green, dark red ou dark blue selon les niveaux. Côté avant, on élève encore la structure. Une structure qui, au niveau du pont supérieur, atteint la largeur complète du navire (14 tenons à l’intérieur de la coque).

Sachets n°7 – 29 étapes / 25 min

On commence l’étape suivante par la construction de 4 sous-ensembles, symétriques deux à deux. Le premier est fixé sur les briques SNOT de la structure, tandis que le second est clipsé juste devant. Nous assemblons alors 2 grands rectangles revêtant chacun 20 hublots, réalisés de la même manière qu’auparavant : des plates 1×2 rounded, surmontées de minifig backplate w/ knob, laissant apparaître une pièce blanche située en dessous. On fixe ces deux sous-ensembles sur les côtés du navire, juste en dessous du pont supérieur.

Sachets n°8 – 17 étapes / 20 min

On ajoute une rangée de plates couleur flame yellowish orange, prolongeant le liseré vu à l’avant, puis on continue d’élever les ponts avec le pont C (pont supérieur), le pont B (pont promenade) et le pont A (pont promenade supérieur). Ce dernier est légèrement décalé vers l’intérieur pour laisser place à une coursive, qu’on assemblera plus tard. Comme précédemment, l’intérieur est aménagé au niveau de la « coupe » avec la section suivante. Les hublots du pont C sont simplement représentés par des briques Technic trouées. Au niveau du pont B, les vitres sont ingénieusement reproduites grâce à des brackets abritant des sous-ensembles réalisés avec des éléments LEGO disposés verticalement.

Sachets n°9 – 34 étapes / 24 min

Nous commençons cette étape par une rangée de pièces côté extérieur, au niveau du pont A. Elles constituent la coursive de promenade des premières classe. Un grand sous-assemblage prend place à l’avant de ce même pont – prolongeant ladite promenade. On construit encore un sous-ensemble, cette fois-ci pour la timonerie. C’est très joliment réalisé : des éléments verticaux constituent les vitres situées à l’avant, et deux espaces sont ménagés sur les côtés pour l’accès du personnel. La partie supérieure est couverte de tiles de couleur tan, et deux pieds disposés en dessous rejoignent le pont A pour soutenir l’ensemble. Un assemblage ingénieux de panels prolonge cette passerelle de part et d’autre, jusqu’au niveau de la coque. Où on retrouve les éclairages, rouge à bâbord, et vert à tribord.

Sachets n°10 – 33 étapes / 24 min

On commence par couvrir le pont des embarcations d’éléments de couleur tan. Puis on attaque un grand sous-ensemble avec la première cheminée. De couleur blanche et recouvert de tan, la cheminée y est fixée grâce à des pins Technic pour obtenir l’angle désiré. On ajoute également quelques éléments de décoration et notamment les divers instruments de navigation. Deux câbles, divisés en deux au niveau de la cheminée, sont fixés sur le pont et soutiennent cette dernière. On termine cette étape en attachant cette section à la précédente, formant ainsi le 1er tiers du navire. Attention à ce stade : la fixation n’est faite que sur 3 points – l’ensemble put s’avérer plutôt fragile.

Sachets n°11 – 34 étapes / 15 min

L’étape qui suit est assez rapide. On construit deux grands sous-ensembles, couverts côté extérieur de tiles et slopes noires et dark red. Remarquez ici les grandes tiles 2×6 en dark red. Côté intérieur, on fixe pour chacun de ces sous-ensembles 3 éléments pourvus de barres, qui permettent ensuite de clipser ces sous-ensembles à la structure. Et c’est toujours aussi appréciable de voir ce genre d’assemblage s’adapter parfaitement à l’emplacement qui leur est réservé !

Sachets n°12 – 14 étapes / 20 min

On continue notre construction en complétant la coque aux deux endroits laissés libres à l’étape précédente. En haut, un sous-assemblage abrite un câble retenant le mât. En bas, une grande slope rouge complète la coque. Sur le pont des embarcations, on ajoute les potences puis on assemble 4 canots identiques. On termine notre premier tiers / première boîte de pièces avec deux supports d’exposition couleur reddish brown, dont l’axe vient s’insérer à l’emplacement prévu sous le Titanic.

Boîte 2 : contenu

Avec la deuxième « sous-boîte » du set, nous nous attaquerons au tiers médian du navire. Chacune des faces de cette deuxième boîte reprend la coupe du navire, aux deux extrémités du tiers que nous allons assembler. On y trouve 18 sachets de pièces numérotés de 13 à 28, et une notice d’instructions de 216 pages dans une pochette cartonnée. La numérotation des étapes démarre de nouveau à 1, pour s’étaler jusqu’à 286.

Boîte 2 : construction et design

Section 3 : cheminée et cabines principales

Sachets n°13 -36 étapes / 14 min

Cette première étape de la deuxième section vise essentiellement à construire la structure de la partie inférieure du bateau : une grande base rectangulaire, des cadres et des grandes briques en représentent la majeure partie. Du côté de la « coupe », on assemble tout de même les échelles d’accès au pont Orlop et deux passerelles métalliques. Les portes des fourneaux sont représentés par la partie inférieure de 4 angular bricks.

Et j’ai oublié de faire les photos de cette étape… toutes mes excuses !

Sachet n°14 – 14 étapes / 15 min

On continue ici d’assembler la structure, à base de cadres et d’autres grands éléments. On aménage également les ponts au niveau de la « coupe » : l’autre moitié de la piscine est à retrouver au pont F ou pont milieu, au-dessus duquel on ajoute trois autres ponts (E, D et C). Tous ces ponts sont pavés de tiles de couleurs différentes. Vous noterez qu’il n’y a pas d’escalier de ce côté : nous l’avons déjà construit sur le tiers avant du bateau.

Sachet n°15 – 19 étapes / 13 min

Nous construisons ici un grand sous-ensemble pour la coque. En partie inférieure, on retrouve les grandes tiles et slopes couleur dark red. En haut, on ne change pas de méthode pour réaliser les hublots : des plates 1×2 rounded, surmontées de minifig backplate w/ knob, laissant apparaître une pièce blanche située en dessous. On fixe ce sous-ensembles sur les briques SNOT de la structure, puis on ajoute le liseré flame yellowish orange en partie supérieure.

Sachet n°16 – 19 étapes / 13 min

Cette étape est identique à la précédente, à la symétrie près. Une fois cette étape terminée, notre bateau est prêt à accueillir les ponts supérieurs.

Sachet n°17 – 9 étapes / 19 min

On ajoute la rangée de hublots du pont C : il s’agit ici simplement de briques Technic trouées. Nous construisons le plancher du pont B, qu’on décore au niveau de la « coupe », comme d’habitude. Côté extérieur, une rangée de brackets abrite des petits sous-ensembles formant les fenêtres du pont B, avec des petites plates disposées verticalement.

Sachet n°18 – 7 étapes / 13 min

Nous ajoutons le plancher du pont A (pont promenade supérieur), et nous aménageons l’intérieur au niveau de la coupe. On ajoute quelques briques de structure côté intérieur, puis deux rangées de pièces séparées par un tenon et formant la promenade des 1ère classe. On termine cette étape avec quelques panels et tiles en partie supérieure.

Sachet n°19 – 9 étapes / 20 min

Nous continuons d’élever cette section du bateau en ajoutant le pont des embarcations, que l’on « pave » d’éléments couleur tan. Deux parties sont légèrement surélevés. Côté avant, il s’agit du puits de lumière au-dessus du grand escalier, se prolongeant sur tribord par le gymnase. Côté arrière, il s’agit du toit du salon des 1ère classe. Sur ces éléments, de petites barres blanches sont clipsées et représentent les différentes rambardes présentes à ce niveau.

Sachet n°20 – 27 étapes / 22 min

On commence cette étape par la deuxième cheminée. Elle est assemblée sur le même principe que la première : des pins Technic en partie basse permettent d’obtenir l’angle désiré. On enfiche ce sous-ensemble dans la structure, puis on fixe les câbles au pont. 2 petits sous-ensembles sont construits ensuite. Chacun d’entre eux comporte un banc microscale et vient se clipser sur la structure. On termine cette étape, et cette 3ème section, avec l’assemblage de 4 canots de sauvetage complémentaires.

Section 4 : cheminée et compas

Vous le verrez sur les photos de ce chapitre : cette 4ème section est très similaire à la précédente, les différences principales résidant au niveau des ponts supérieurs. Je ne rentrerai donc pas trop dans les détails pour les premières étapes.

Sachets n°21 – 24 étapes / 16 min

On commence logiquement cette nouvelle section par la structure intérieure de la partie inférieure du bateau.

Sachet n°22 – 18 étapes / 10 min

Comme pour la section précédente, nous assemblons ici un grand sous-ensemble pour la coque. La méthode employée est rigoureusement identique à celle vue lors de la construction des sachets 15 et 16. Ce sous-ensemble est ensuite fixé aux briques SNOT de la structure. On termine avec un liseré flame yellowish orange.

Sachet n°23 – 18 étapes / 10 min

On réalise ici un second sous-ensemble, identique au précédent à la symétrie près, qu’on fixe de l’autre côté de la structure.

Sachet n°24 – 10 étapes / 15 min

La rangée de hublots du pont C est constituée de briques Technic trouées. Au niveau du plan de coupe, on retrouve les planchers jusqu’au pont B. En partie inférieure, on devine qu’il s’agit de cabines. Plus haut, cela semble être les salons. On retrouve un grand escalier au niveau des ponts B et C.

Sachet n°25 – 8 étapes / 15 min

On continue d’élever notre structure comme d’habitude, des brackets abritant les fenêtres du pont B. On complète la structure et on ajoute le plancher du pont A au niveau du plan de coupe. Une rangée de fenêtres constitue la partie arrière de la promenade.

Sachet n°26 – 10 étapes / 16 min

La partie extérieure de la promenade est refermée différemment de la précédente sur le côté extérieur. Ici, ce sont de petits robinets (tap 1×1) qui servent à reproduire de petites colonnes, séparées d’un tenon par une tile 1×1. On ajoute le plancher du pont des embarcations, que l’on « pave » de tiles couleur tan. Quelques barres forment les rambardes, on observe également la plateforme du compas, légèrement surélevée pour être protégée des perturbations électromagnétiques. Sur les côtés de la future cheminée, deux petites structures surélevées représentent d’un côté le mess des officiers, de l’autre le stockage des chaises pour le pont.

Sachet n°27 – 35 étapes / 19 min

Le sous-ensemble de la troisième cheminée est assemblé de la même manière que les deux précédents, des pins servant à obtenir l’angle désiré. Des câbles la relient au pont. On ajoute ici de nouveaux petits sous-ensembles avec des bancs, clipsés dans la structure. En partie arrière, on retrouve le dôme situé devant l’entrée des 1ère classe – il s’agit d’un grand sous-ensemble, construit à part, puis fixé ensuite sur la structure. On termine cette étape en joignant ensemble la 3ème et la 4ème section.

Sachet n°28 – 23 étapes / 12 min

On commence cette dernière étape de la deuxième section en complétant la coque et le pont au niveau de la jonction entre les deux sections. Comme pour la section de proue, deux sous-ensembles de couleur reddish brown sont insérés dans la coque et servent de support d’exposition. On construit enfin un grand sous-ensemble comportant une partie de pont en partie supérieure, et un axe Technic en dessous. Une fois les deux premiers tiers du bateau attachés entre eux, on vient insérer ce sous-ensemble pour les solidariser.

Boîte 3 : contenu

La troisième et dernière boîte se présente comme les deux précédentes : sur une des deux faces, on trouve une vue en coupe du bateau à sa jonction avec la section précédente. Sur l’autre, une vue de la poupe. La boîte contient 26 sachets numérotés de 29 à 46, ainsi qu’une grande tige blanche. La troisième notice d’instructions est présentée dans une pochette cartonnée, et compte 320 pages pour 450 étapes de construction.

Section 5 : cheminée et salle des machines

Sachets n°29 – 24 étapes / 16 min

La section du bateau – du moins de sa coque – commence à se réduire sur cette section. On assemble ici une base de forme trapézoïdale sur sa partie arrière. En partie basse, un cylindre contient des engrenages et deux axes qui seront d’un côté connectés aux moteurs, de l’autre aux hélices. Il s’agit de la turbine basse pression entraînant l’hélice centrale. On élève la structure dans laquelle on intègre un assemblage à base de ball joints et de clips, permettant d’obtenir l’angle de coque désiré. Vers l’avant, ce sont des briques SNOT qui recevront la coque.

Sachets n°30 – 18 étapes / 17 min

On s’occupe dans cette étape de la partie haute de la coque, avec la partie noire comportant les habituels hublots. Au-dessus, on retrouve le liseré flame yellowish orange qui court le long de la coque. On aménage également deux ponts au niveau de la « coupe », ici les cabines de seconde classe des ponts D et E.

Sachet n°31 – 47 étapes / 17 min

3 sous-assemblages sont construits pour chacun des côtés de la coque. Le premier est fixé aux briques SNOT de la structure, tandis que les deux suivants sont clipsés à cette dernière. On termine cette étape en comblant les vides résiduels.

Sachet n°32 – 11 étapes / 18 min

On continue d’élever les ponts avec des cabines de 1ère classe au pont C, et ce qui doit être un restaurant au pont B. On rehausse la structure, et côté extérieur on retrouve les deux rangées de hublots habituelles : des briques trouées pour le pont C, et des brackets abritant des petits sous assemblages d’éléments verticaux au pont B.

Sachet n°33 – 10 étapes / 10 min

Nous ajoutons un nouveau pont (le pont A) avec le fumoir des 1ère classe. La promenade extérieure est bordée de petits robinets, reconvertis pour l’occasion en colonnettes et surmontés de tiles.

Sachet n°34 – 9 étapes / 16 min

Nous nous occupons alors du pont des embarcations, couvert comme d’habitude d’éléments de couleur tan. Deux petits bancs sont disposés de part et d’autre du puits de lumière du deuxième escalier principal, qu’on retrouve sur la section précédente. Autour de la future cheminée, la toiture est légèrement surélevée pour abriter le fumoir des 1ère classe. Deux escaliers d’accès y mènent, et des petites rambardes la bordent.

Sachet n°35 – 26 étapes / 17 min

La construction continue avec un sous-assemblage pour la 4ème et dernière cheminée, réalisée de la même manière que les 3 autres. Petite chose intéressante à savoir : cette 4ème cheminée était factice sur le Titanic, et servait seulement de décoration ! Quatre haubans sont fixés au pont pour la maintenir. On termine cette 5ème section du navire en ajoutant les potences et 4 canots de sauvetage.

Section 6 : poupe et gaillard arrière

Sachets n°36 – 31 étapes / 20 min

Nous attaquons alors la sixième et dernière section du paquebot. On assemble de nouveau une base de forme trapézoïdale, prolongée vers l’arrière sur une largeur de deux tenons. Ici, ce sont des charnières qui permettent de donner à la structure la forme désirée. Trois axes traversent complètement cette structure, pour être reliés à l’arrière aux hélices.

Sachets n°37 – 36 étapes / 21 min

Nous élevons la structure intérieure de la poupe, toujours à l’aide de charnières et de pièces disposant de clips pour recevoir ensuite la coque. À l’arrière, on ajoute la 3ème hélice dans son logement de forme particulière. Hélice qui devrait être plus petite que les deux autres, et comporter 4 pales. Le safran est simplement articulé sur des clips au niveau de l’étambot. Ce dernier n’est pas fixé en partie basse, si ce n’est par l’hélice. On remarque ici quelques différences de teinte entre les éléments dark red.

En haut, il est retenu à la structure par deux charnières et des briques basées sur celle-ci. À l’intérieur de la structure, on trouve une plaque tampographiée TC – malgré mes recherches je n’ai pas réussi à déterminer de quoi il s’agissait. Si l’un d’entre vous connait la réponse, n’hésitez pas à la partager en commentaire !

EDIT : après quelques recherches complémentaires, le TC en question est une référence à Tiago Catarino, ex-designer LEGO à l’origine des sets 21313 Ship in a Bottle (réédité sous la référence 92177) et 10267 Gingerbread House, notamment. Il serait à l’origine de l’idée du set, avant son départ de chez LEGO en 2019.

Sachets n°38 – 27 étapes / 13 min

L’étape suivante voit la construction d’un énorme sous-ensemble, destiné à couvrir la coque à bâbord. Dans la zone couleur dark red, un « sillon » d’une largeur d’un tenon est laissé libre : il sert au passage de l’axe de l’hélice. En partie haute, on retrouve notamment quelques éléments de carrosserie, donnant à la poupe sa forme particulière. On clipse ce sous-ensemble à la structure – et tout s’insère parfaitement.

Sachets n°39 – 27 étapes / 13 min

Vous l’aurez deviné : nous assemblons ensuite un autre sous-ensemble identique au précédent à la symétrie près. On le clipse à tribord.

Sachets n°40 – 38 étapes / 25 min

On s’occupe ensuite de la partie arrière, avec pour commencer un complément de structure interne. Un petit sous-ensemble avec la slope portant l’inscription TITANIC LIVERPOOL est fixé à l’arrière, grâce à 3 ball joints. On « pave » alors le pont C de quelques éléments tan.

Sachet n°41 – 25 étapes / 15 min

On commence cette section en ajoutant, de part et d’autre, les deux rangées de hublots habituelles des ponts D et E (la partie noire de la coque). Je ne vous refais pas le pitch – vous devez désormais savoir comment ils sont faits ;). La partie « intérieure » du pont C se prolonge également sur cette section, on y retrouve donc les hublots sous forme de briques Technic. On termine avec quelques panels en guise de rambarde et en pavant la partie découverte du pont B supportant la promenade de 2ème classe.

Sachet n°42 – 14 étapes / 20 min

Nous continuons d’élever cette partie du navire avec deux autres niveaux de ponts : le pont A et la promenade de 1ère classe, et le pont des embarcations. Remarquez ici l’amorce du mat, et le soin apporté aux rambardes et au prolongement de la promenade couverte sur les flancs.

Sachet n°43 – 12 étapes / 15 min

Nous ajoutons deux écoutilles sur le pont C, puis nous nous occupons du gaillard arrière. On le couvre d’éléments tan, tout en ménageant deux grandes réservations. On vient y clipser les bancs de la promenade de 3ème classe. On termine avec quelques détails : deux cabestans, quelques rambardes et les manches à air – réalisées comme d’habitude avec des téléphones blancs clipsés.

Sachet n°44 – 23 étapes / 20 min

On commence cette étape avec l’assemblage d’un grand sous-ensemble de forme courbe. Une brique SNOT permet de le fixer à l’extrémité du bateau dans l’encoche ménagée à l’étape précédente. Les deux côtés sont clipsés sur la structure. Au-dessus, une grande barre blanche flexible constitue la rambarde. On construit également dans cette étape 6 grues électriques identiques. On en fixe 2 sur le gaillard arrière, 2 sur le pont C et 2 sur le pont A. On termine cette étape en fixant cette section de poupe à la précédente – l’assemblage n’est pas si évident que cela : il faudra bien veiller à ce que les axes Technic reliés aux hélices s’insèrent correctement.

Sachet n°45 – 30 étapes / 20 min

Nous complétons les sections de coque au raccord entre les deux sections et nous ajoutons le mât dans la réservation existante au niveau du pont A. On construit alors un sous-ensemble comprenant l’entrée des 2ème classe qu’on fixe sur la jonction entre les deux sections, au niveau du pont des embarcations. On remarquera ici la petite partie blanche au-dessus – correspondant à la cage de l’ascenseur qui se situait là. On ajoute également quelques rambardes. On termine cette étape avec la passerelle arrière d’accostage située au-dessus du gaillard arrière, sur laquelle on trouve une molette. Reliée à un câble en dessous, elle servira à tendre le câble principal reliant les deux mâts du bateau.

Sachets n°46 – 42 étapes / 25 min

Et c’est déjà la dernière étape. Malgré la longueur de la construction, je n’ai franchement pas trouvé le temps de m’ennuyer. On commence ici par assembler les deux supports d’exposition, qu’on insère sous la coque. Puis on construit les deux moteurs dont la conception est intéressante : les chambres sont réalisés grâce à des tonneaux gris placés à l’envers. On insère ces moteurs dans la section arrière, où ils sont attendus par les axes Technic traversant la structure. Un engrenage côté extérieur permet de les animer à la main, pour faire tourner les hélices.

On construit ensuite une pièce de raccord qui vient s’insérer entre la partie centrale et cette dernière partie du bateau pour les solidariser – elle est similaire à celle réalisée précédemment avec un grand axe Technic traversant. On raccorde toutes les sections, puis on fixe le câble principal reliant les deux mâts. Il ne reste qu’à construire une petite plaque signalétique, où des tiles rondes forment le nom du bateau.

Verdict

Des proportions (presque) bonnes

Lorsqu’on décide de mettre plus de 600 € dans un set LEGO, on est en droit de s’attendre au meilleur. Et en admirant le modèle sous toutes ses coutures, on peut dire que le design est au rendez-vous. À commencer par les proportions – je me suis livré à un petit exercice de superposition pour mieux s’en rendre compte.

Globalement, dans le sens de la longueur, c’est cohérent même si on observe un léger décalage sur le placement des cheminées à mesure qu’on recule dans le bateau, et que les gaillards avant et arrière (les deux parties surélevées) sont un peu trop courtes sur notre modèle LEGO. Au niveau de la proue, la partie inférieure de la coque aurait gagné à être moins plate, même si c’était difficilement réalisable. Toujours en parlant de longueur, il faut être conscient d’une chose : 1,35m de long par 44cm de haut, ça ne rentre pas sur toutes les étagères. Prévoyez donc la place de l’exposer avant de l’acheter !

Dans le sens vertical, le designer a employé la technique habituelle « d’exagération » : le modèle est sensiblement trop haut par rapport à la réalité. Cela a permis au designer d’intégrer quelques détails supplémentaires au détriment de la fidélité – pour recréer par exemple un aménagement intérieur au niveau des « coupes ». La hauteur réelle du Titanic (de la quille aux cheminées) était de 53 m ce qui devrait correspondre à une hauteur de 26,50 cm à l’échelle 1:200 – contre 28 cm environ pour notre modèle. Il est d’ailleurs intéressant de noter qu’il s’agit de la même échelle que le set LEGO Architecture 21042 Statue of Liberty.

Le maître-bau (la largeur maximale) du Titanic est de 28m – ce qui devrait se traduire en 14cm à l’échelle retenue. Dans ce sens également, notre bateau est un peu grand, puisqu’il mesure environ 16cm.

Un niveau de détails impressionnant

C’est réellement ce qui m’a marqué lors de la construction. Malgré sa grande taille, le designer n’a fait aucune concession concernant les détails. Allant même jusqu’à représenter les bancs présents sur les différents ponts. On retrouve également les grues, les écoutilles, les cabestans et les hublots sur tous les ponts – même s’ils sont moins nombreux que sur le vrai bateau. Sur la partie noire de la coque, j’aurais par contre aimé qu’ils soient mieux répartis, et il en manque un peu également sur les parties incurvées – la faute à la technique employée pour les réaliser.

Sur le pont des embarcations (tout en haut), on appréciera également le soin apporté à y représenter toutes les parties proéminentes. En reprenant les plans d’époque, on arrive ainsi plutôt bien à déterminer où se trouvait le mess des officiers, le fumoir de première classe ou encore le gymnase. Concernant les canots de sauvetage, leur nombre est bon (16 canots) mais ils sont ici tous identiques alors que le Titanic comptait 2 canots plus petits que les autres. On ne retrouve pas par contre sur notre modèle les 4 canots pliables au niveau de la timonerie.

Ce qui est également très intéressant, c’est le soin apporté aux sections visibles de l’intérieur du bateau, dès lors qu’on aura choisi de le séparer en 3 morceaux. On retrouve ainsi les chaudières et les moteurs dans les ponts inférieurs, des cabines (et même la piscine !) dans les niveaux intermédiaires, et les salons / restaurants dans les ponts supérieurs. Les cabines des différentes classes sont reconnaissables grâce à un code couleur : dark blue pour la 3ème, dark tan pour la 2ème, et dark red pour la 1ère. Les salons adoptent d’autres couleurs. Remarquez également sur la photo ci-dessous le grand escalier avant de 1ère classe, desservant 6 ponts.

Les deux moteurs peuvent être extraits et sont « fonctionnels » à l’aide d’une molette permettant de les faire tourner – entraînant les hélices dans leur mouvement une fois connectés aux axes de la structure. Petit point particulier sur les hélices néanmoins. En théorie, l’hélice centrale est légèrement plus petite (5,20m contre 7,20m) que les deux hélices bâbord et tribord, et comporte 4 pales et non 3. Chacun des moteurs est relié à une des hélices latérales : les deux machines alternatives à vapeur entraînaient les deux hélices principales. L’hélice centrale est mue par une turbine basse pression. Une turbine qu’on construit bel et bien, mais qui devient malheureusement inaccessible une fois le modèle terminé. Mais elle est bien reliée à l’hélice centrale 😉

Au rang des « fonctionnalités » – même si ce n’est pas le propos d’un tel set – LEGO nous propose également une molette disposée sur le gaillard arrière permettant la mise en tension du câble entre les deux mâts.

Une construction épique

Si vous avez lu le chapitre précédent dédié à la construction, vous avez dû vous rendre compte d’une chose : c’est un sacré morceau sur lequel vous devrez probablement passer une bonne quinzaine d’heures en étant quelque peu habitué à la construction. Il faut en être conscient si vous comptez vous l’offrir – ce n’est peut-être pas le meilleur choix si vous comptez vous remettre à la construction LEGO avec ce modèle.

Mais je le disais un peu plus haut : le jeu en vaut la chandelle. Lorsque vous aurez le résultat sous les yeux, vous serez probablement très fier du « travail » accompli. De par l’imposante construction que vous aurez sous les yeux, mais également tous les détails qu’elle comporte et que vous saurez où trouver, et comment ils sont conçus.

La construction du navire est décomposée en 6 sections, qu’on assemble ensuite 2 à 2 pour former les trois tiers qui correspondent aux 3 éléments qu’on pourra séparer une fois l’assemblage terminé. Cette décomposition permet de réduire l’aspect répétitif de la construction. On repart en effet de la base, pour reconstruire la coque puis les ponts, 6 fois de suite certes mais les « sous-étapes » permettent de varier les plaisirs sans devoir se farcir la décoration d’1,35m de coque ou la réalisation de centaines de hublots en une seule fois. Prise à part, chacune des 6 sections propose une expérience de construction variée, alternant entre la construction des ponts, de la structure, de la coque ou encore des détails extérieurs.

Et chacune de ces « sous-étapes » de construction offre un plaisir qui lui est propre. Pour la coque, on appréciera la manière dont s’imbriquent parfaitement les différents sous-ensembles, qu’ils soient directement fixés à la structure ou clipsés – c’est toujours diablement satisfaisant. Pour les petits détails, c’est la façon de détourner certains éléments de leur fonction initiale qui est très bien pensée et réalisée – avec des téléphones clipsés en guise de manches à air pour ne citer qu’un seul exemple. Bref, l’expérience de construction ne manquera pas de donner des idées à certains d’entre vous.

Cependant, ne nous mentons pas : lorsque vous aurez réalisé les deux premières sections, vous n’aurez parfois pas besoin de lire les instructions et vous saurez à quoi vous attendre à l’étape suivante. Globalement, je ne me suis pourtant pas ennuyé pendant la construction – et c’est bien là l’essentiel.

Dernier petit point intéressant concernant la construction : elle est décomposée en 3 boîtes, chacune disposant de sa propre notice d’instructions, de ses sachets de pièces numérotés… et de son séparateur de briques. Si vous souhaitez construire ce joli bateau à plusieurs, c’est donc tout indiqué et plutôt bienvenu pour un set de cette taille. Dans l’absolu, chaque boîte est décomposée en deux « sous-sections » : à l’aide de la notice numérique, il sera donc également possible de se mettre à deux sur la même.

Un prix « titanesque »

Et oui, la question du prix se posera nécessairement tôt ou tard. 629,99 € pour une reproduction en LEGO d’un énorme bateau difficile à exposer, ce n’est pas rien. Le ratio prix / pièce semble presque « raisonnable » : un peu moins de 0,07 €. Peut-être un peu cher si on le compare au set qui lui succède dans la hiérarchie des gros sets LEGO : la référence 10276 Colosseum et ses 9036 pièces est proposée au prix de 499,99 € – soit 130 € de moins.

La construction proposée ici est cependant plus imposante – le Colisée ne mesurant « que » 59x57x27cm. Il est aussi plus léger : 10,8 kg sur la balance, quand notre Titanic pèse 12,8 kg. Même si ce second ratio reste encore à l’avantage du Colisée (46,30 €/kg contre 49,22 €/kg).

Gros point positif qui devrait ravir les plus inventifs : l’inventaire du Titanic est extrêmement varié – il suffit de regarder quelques photos pour s’en convaincre. Notre Titanic compte pas moins de 629 références de pièces différentes, dans 29 couleurs. Avec 220 références dans 23 couleurs, le Colisée fait pâle figure à côté !

Un set à la hauteur du mythe ?

C’est LA vraie question. Celle que je me suis posée, avant même de démarrer la construction. Un set LEGO réussirait-il à rendre hommage au tristement célèbre Titanic ?

Et bien je crois que oui. Malgré quelques approximations dans les proportions, LEGO nous propose avec ce set une expérience de construction qui frise parfois avec le maquettisme. Et un résultat de haute volée, impressionnant aussi bien par sa taille que par les détails qu’il propose. Encore une fois, le designer Mike Psiaki nous fait une démonstration éclatante de son savoir-faire.

L’autre question à se poser concernera son prix. Si vous disposez de suffisamment de place pour pouvoir l’exposer, que l’histoire qui entoure le navire vous passionne, et que vous pouvez vous le permettre : foncez, vous ne serez pas déçu.

Voilà, j’espère que vous aurez trouvé dans cet article de quoi vous faire une opinion sur ce modèle. Vous le trouverez sur la boutique officielle LEGO, à cette adresse. N’hésitez pas à partager votre point de vue, en intervenant dans les commentaires un peu plus bas !

Un énorme merci à LEGO pour m’avoir offert l’opportunité de tester ce set. La fourniture d’un set ne garantit en rien un test positif, et tout ce que vous avez pu lire dans cet article est l’expression de ma propre opinion.

RÉSULTATS
Design
Expérience de construction
Bonne affaire
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

25 Commentaires
plus récent
plus ancien Le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
gautier078

Merci pour cette (longue comme le Titanic !) review ! J’étais déjà convaincu avant même d’avoir lu la review, alors après…
C’est sûr : j’achète !
Maintenant, reste à savoir à quel moment… dès la sortie, attendre un peu… à Noël… en espérant que les stocks tiennent jusque là !

Le Tonyz

Ce set est aussi impressionnant que ta review ! Bravo pour ton travail… titanesque, on peut le dire 😅 LEGO (et surtout Mike Psiaki) font monter d’un niveau la qualité et surtout le savoir-faire dont ils sont capables dans cette gamme Adults/+18. Très réaliste, il en impose par sa taille et ses détails, c’est vrai qu’on frôle le maquetisme ! Et heureusement, pas d’autocollants… si ça pouvait être le cas au moins dans tous les sets de cette gamme. Ca reste un set assez élitiste, si on est pas passionné par ce bateau pour y mettre le prix et trouver… Lire la suite »

Thomas Lego

Merci pour cette très longue et très bonne revue !
Quel travail ! Bravo !
Ce set est impressionnant, aussi bien par sa dimension que le nombre d’étapes de constructions. Je comprends qu’il faut environ 14 heures pour le monter.
Pour les passionnées de bateau celui-ci sera le bienvenu !
Son prix fait en revanche assez mal ! Mais pour toutes ces pièces et toutes ces étapes de construction c’est compréhensible.
Encore bravo !

Neau titoine

Bonjour,
Je me demandais combien il coûte et ou on peut l’acheter ?
Bonne soirée

Elvis

Tu as toutes les informations disponibles dans l’article, partie Informations principales. Bonne lecture 😉

Julien

Merci et bravo pour cette revue très (trop…) immersive pour moi. En fait j’ai lu en diagonale certains passages pour ne pas spoilier et avoir le plaisir lors du montage car je vais faire l’acquisition day one. Il sera sous ou plutôt à côté du sapin. Dessous ça ne passe pas 😉 Je le prends pour plusieurs raisons : la première est Mike Psiaki, un maître de la brique, il nous sort des sets de ouf à chaque fois. Ensuite les techniques de construction et le plaisir de montage; à propos de ça je pensais que tu mettrais au moins… Lire la suite »

Julien

Avec plaisir c’est ma lecture quotidienne…
J’espère que 2022 permettra aux expositions Lego de revenir et qu’on pourra se rencontrer et se croiser…. 🤞

Weevy

Un grand bravo pour cette revue hors norme à tout point de vue !

Quid du « label qualité » Brickonaute pour ce set ?

Fabske

Merci pour cette review titanesque! Set magnifique, qui donne envie, heureusement que le prix calme les ardeurs! Disneybrick, si ce n’est déjà fait, je ne peux que conseiller la visite du chantier naval de Belfast où a été construite la fratrie du Titanic: loeu chargé d’histoire et où l’on se rend compte du gigantisme du navire! Quant à la polémique… je vois plus ce set comme un témoin de toute une époque que le symbole d’une tragédie. Mine de rien il donne vraiment envie… PS: je comprends mieux pourquoi de nombreux blogs Lego étaient plus calmes ces derniers jours… nos… Lire la suite »

Kiltoli

Bravo pour la review, bien organisé, complète
nickel

Je ne comprends pas la polémique sur le choix du set
Même si c’est tragique, ça reste un icone, et vu que Lego essaye de vendre à des non-afols, il faut bien leur proposer des icones

Pas la place, pas l’argent, pas l’envie de ce beau set, je passe mon tour, mais j’ai un peu vécu l’expérience grâce à cette review

Disneybrick

Ta review est à la hauteur du gigantisme de cette boite 😉 Perso je suis un fan inconditionnel du Titanic, je me suis intéressé au sujet de nombreuses fois de par le film et les documentaires et également par une petite visite au musée de la mer de Southampton (lieu de départ du Titanic) qui propose une large galerie sur le sujet. Je pense (je suis sur) que je ferai l’acquisition de ce set tôt ou tard, l’exécution est tout simplement proche de la perfection, jamais nous n’avions vu de set aussi grand et aussi bien réalisé en même temps… Lire la suite »

tonio_sport

Et bien bravo c’est du rapide. Belle review. J’avoue que j’ai lu certaines parties en diagonale. Il y a une chose qui m’a tout de suite déplu en regardant les images officielles, c’est le pin bleu en bas du mat. Sinon, reproduction bien fidèle. Il a de l’allure 1.35m ! whoah ! Ce qui me fait peur, c’est le côté répétitif de la chose (snot et snot et encore du snot…) mais c’est le modèle qui veut ca. Et encore bravo et merci pour ta review.

Elvis

Quelle méga review ! 😲
Rien que pour le temps de rédaction je t’adresse mes félicitations ! 👍
Ce set ne fera pas partie de ma collection, je n’ai aucune passion pour le navire ou son histoire.
Pour les fans, ça va piquer au portefeuilles et négocier ferme à la maison pour lui trouver une place 😁