C’est parti pour un nouveau test d’un set LEGO Harry Potter attendu pour le 1er juin 2024, avec une boîte qui nous permet d’agrandir le Chemin de Traverse après la référence 76422 Diagon Alley: Weasley’s Wizard Wheezes (834 pièces – 94,99 €) sortie l’an dernier. Je vous propose donc de découvrir aujourd’hui le set 76439 Ollivanders & Madam Malkin’s Robes (ou Ollivander et Madame Guipure, prêt-à-porter pour mages et sorciers en français).

Informations principales :

  • numéro de set : 76439
  • année de sortie : 2024
  • nombre de pièces : 744
  • prix sur le Shop@Home : 89,99 €
  • nombre détapes de construction :
    • Madame Guipure, prêt-à-porter pour mages et sorciers : 67
    • Ollivander : 113
  • temps de construction : 2 heures
  • difficulté : moyenne (autocollants)

Boîte et inventaire

Sur la face avant de la boîte, on découvre les façades des deux bâtiments et les minifigs vaquant à leurs occupations. Au dos, On en découvre l’intérieur ainsi que 2 photos de détail. Un panorama nous montre la possibilité de combiner le set avec la référence 76422 Diagon Alley: Weasley’s Wizard Wheezes pour former une plus grande portion du chemin de Traverse.

À l’intérieur, on trouve 8 sachets de pièces en papier numérotés, et une pochette en carton contenant 2 notices (une par bâtiment) et une grande planche de 14 autocollants, dont certains plutôt grands à appliquer à l’intérieur des panels

L’inventaire n’est pas spécialement « riche » avec 744 pièces pour un prix public de 89,99 €, et une lecture rapide ne m’a pas permis de déceler d’éléments particulièrement intéressants. À une exception près : les 24 baguettes qui décorent la boutique d’Ollivander, en 6 variantes et deux couleurs différentes.

Les minifigs

6 minifigs sont proposées dans cette boîte, et on retrouve en premier lieu Harry Potter dans une tenue à la chemise boueuse déjà vue dans 4 autres références. On regrettera ici le mauvais raccord des teintes entre le torse tampographié, le pantalon et la tête – classique. Ce n’est que la deuxième apparition de Padma Patil dans un set LEGO après le calendrier de l’Avent de 2020, et elle porte pour l’occasion une tenue inédite avec une veste verte au-dessus d’un pull beige.

2 sorciers « génériques » et non nommés sont également proposés – simplement présentés comme « Witch » et « Wizard » sur la boîte. Si la tenue du sorcier a déjà été vue (dans un seul autre set, 10316 The Lord of the Rings Rivendell, pour Pippin), celle de la sorcière est inédite. Elles sont bien réalisées, on regrettera simplement les jambes, et surtout la robe, tristement monochromes. Le chapeau bicolore intégrant les cheveux de la sorcière est également inédit. Notez que le sorcier se déplace en fauteuil roulant – vous le verrez sur les autres photos de cet article – un bon point pour la représentativité.

Enfin, on trouve les deux tenanciers des boutiques avec Madame Guipure et Ollivander. C’est la première fois que Madame Guipure est proposée chez LEGO, et pour l’occasion c’est elle qui porte également la plus belle tenue du set – j’aime beaucoup le mètre-ruban qui pend autour de son cou. Ollivander reste un personnage plutôt rare, il est proposé également dans une tenue inédite.

Pas de jaloux, tous les personnages ont le droit à un double visage et 4 sur les 6 sont inédits. Je regrette surtout dans cette sélection de personnages le peu de travail accordé au bas du corps, avec une seule minifig avec une robe tampographiée.

Petit aparté pour terminer ce chapitre : la boutique de Madame Guipure contient deux mannequins, et l’un des deux propose un torse jusqu’ici inédit.

La construction

Vous retrouverez toutes les photos de cet article, ainsi que quelques autres, à cette adresse.

Madame Guipure, prêt-à-porter pour mages et sorciers

Après avoir assemblé un panneau directionnel et un chariot de fleurs, on passe au vif du sujet avec la construction du premier bâtiment. Le premier sachet de pièces est dédié à la construction du rez-de-chaussée, sur une base de 8×14 tenons – c’est assez petit. Et il faudra s’armer de patience pour coller correctement les grands stickers à l’intérieur des panels. On notera surtout ici la manière de réaliser la partie centrale, avec des vitres courbes fixées sur un seul tenon pour prendre un angle à 45°, coincées entre les deux portes.

La réalisation du niveau supérieur est similaire, avec toutefois quelques briques texturées ou SNOT pour apporter un peu de « matière » au mur extérieur. On aménage également l’intérieur avec une machine à coudre, du tissu et des présentoirs pour les capes et chapeaux.

On continue l’aménagement intérieur avec les deux mannequins (dont un au torse inédit), les capes accrochées au mur et deux têtes de minifig blanches coiffées d’un chapeau. On s’occupe enfin de l’extérieur avec une petite enseigne, une lanterne, les avancées courbes au-dessus des portes fixées en SNOT et un petit sous-assemblage pour la tranche du toit.

Ollivander

On passe ensuite à la construction de la boutique de baguettes magiques Ollivander, plus grande : elle fait 16 tenons de large pour 8 tenons de profondeur. On retrouve les mêmes éléments courbes pour les fenêtres, si ce n’est que cette fois-ci ils sont fixés par deux pour former un demi-cercle. Côté intérieur, on installe les premières étagères avec une réservation prévue pour accueillir une boîte de baguette.

On poursuit avec le niveau suivant selon le même principe, la porte étant surmontée d’une petite fenêtre grillagée.

Le dernier niveau reprend la « technique » vue pour la boutique de Madame Guipure, avec la vitre courbe fixée sur un seul tenon pour s’orienter à 45°. On élève également les murs latéraux avec des clips pour y attacher le stock de baguettes. Là encore, il n’y a pas vraiment de toit mais seulement la tranche de celui-ci, on ajoute malgré tout une cheminée réalisée avec plusieurs charnières superposées. On termine la façade extérieure avec la grande enseigne circulaire… et ses deux autocollants ronds.

Les deux derniers sachets de pièces servent à construire l’échelle permettant à Ollivander de grimper pour aller chercher les baguettes (cette échelle est amovible et déplaçable) et les deux supports d’exposition à clipser sur les côtés. On attache sur ces supports les nouveaux modèles de baguettes fournis dans cette boîte avec 6 designs différents, dans deux couleurs, avec deux exemplaires de chaque baguette – soit 24 baguettes au total.

Verdict

Je le disais un peu plus haut, les deux bâtiments n’ont pas de toit – juste une « tranche » visible de l’extérieur pour en reproduire la forme. Si cela m’a un peu surpris au premier abord, c’est finalement raccord avec ce que proposait la boutique des frères Weasley l’an passé dans la référence 76422 Diagon Alley: Weasley’s Wizard Wheezes (834 pièces – 94,99 €) et ce n’est pas une mauvaise idée pour faciliter l’accès et la jouabilité sans pour autant (trop) sacrifier le design général.

Sur ce point, c’est d’ailleurs plutôt réussi. Même si les boutiques ont été grandement simplifiées, playset oblige, on reconnaît aisément les deux bâtiments du Chemin de Traverse. Notez cependant que les deux bâtiments sont plutôt petits : Ollivander, cheminée incluse, culmine à un peu plus de 18cm.

On pourra d’ailleurs les associer avec ceux de la référence 76422 et créer un ensemble cohérent – et je suppose (j’espère) que LEGO a d’autres projets dans les cartons. On pourrait ainsi imaginer la banque de Gringotts, la librairie Fleury et Bott, le Chaudron Baveur ou encore le magasin d’accessoires de Quidditch à la même échelle, ce serait franchement sympa. Tous les bâtiments sont pourvus de pins au pied, permettant de les connecter les uns aux autres.

La jouabilité est très correcte, et c’est essentiellement dû au grand nombre d’accessoires proposés. Avec la jolie collection de baguettes chez Ollivander, évidemment, mais surtout avec les chapeaux, capes ou l’écharpe qu’on peut trouver chez madame Guipure. On n’oubliera pas non plus le petit chariot de fleurs, c’est toujours ça de pris. Par contre, rien à signaler ou presque au niveau des fonctionnalités, si ce n’est l’échelle chez Ollivander et la possibilité « d’ouvrir » la boutique en déployant les deux présentoirs latéraux.

La construction est globalement sympathique avec quelques « techniques » sympa dans la réalisation des fenêtres ou des étagères chez Ollivander – il faudra par contre s’accommoder de grands autocollants, pas spécialement faciles à appliquer surtout dans les grands panels de la boutique de vêtements. Et si la boîte est dédiée à un jeune public (8+), il faudra peut-être leur prêter main forte.

La dotation en minifigs est suffisante, avec 6 personnages dont un grand nombre sont inédits – je vous invite à les découvrir en détail au chapitre situé un peu plus haut. La réalisation est correcte, même si j’aurais aimé un peu plus de travail sur les jambes. On remarquera surtout la présence de Madame Guipure pour la première fois chez LEGO, et la deuxième apparition de Padma Patil.

Pour en terminer sur le volet financier, cette boîte est vendue 89,99 € pour un inventaire de 744 pièces sur la boutique officielle LEGO. Et même si elle contient quelques éléments inédits, rien ne justifie ici un tel positionnement tarifaire – on attendra, comme souvent, une remise inévitable chez les revendeurs tiers dans les mois qui suivront sa sortie !

Voilà, j’espère que vous aurez trouvé dans cet article de quoi vous faire une opinion sur ce set. Vous le trouverez sur le Shop@Home, à cette adresseMerci à LEGO pour la fourniture du set pour cette review.

RÉSULTATS
Design
Expérience de construction
Minifigs
Jouabilité
Bonne affaire
review-lego-harry-potter-76439-ollivanders-madam-malkins-robesDeux nouvelles boutiques du Chemin de Traverse au design plutôt réussi et peuplées de jolies minifigs - on regrettera comme souvent dans cette gamme un prix public un peu élevé.
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

5 Commentaires
plus récent
plus ancien Le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Le Tonyz

De jolis façades de bâtiments, surtout celui d’Ollivander. Pas mal de minifigs et d’accessoires pour la jouabilité. Un bon playset un peu cher dans cette gamme.
Je ne serai pas étonné de voir d’autres bâtiments aussi pour reproduire Diagon Alley.

Elvis

Les façades sont vraiment sympas
Pour ce qui est de l’arrière compte tenu du caractère playset prioritaire, ce n’est pas fait pour l’exposition
Dans cette gamme c’est surtout le prix qui interpelle quasi à chaque fois… qu’est-ce qu’elle est chère cette licence… 😒

Kiltoli (Derrick de la Brick)

Ca fait quand même un peu vide l’intérieur

Mais je dois pas être la cible, plutôt enfant, qui pourra jouer avec