LEGO propose, depuis le mois d’Août, une toute nouvelle gamme baptisée LEGO Hidden Side basée sur l’interactivité du modèle avec une application pour smartphone permettant de lui donner vie en réalité augmentée. Le tout permettant de se lancer dans une chasse aux fantômes dans la ville de Newbury. J’étais très curieux de pouvoir tester cette gamme, je vous propose donc de découvrir aujourd’hui le set 70423 – Paranormal Intercept Bus 3000 (Le bus scolaire paranormal en VF).

Informations principales :

  • numéro de set : 70423
  • année de sortie : 2019
  • nombre de pièces : 689
  • prix sur le [email protected] : 64,99 €
  • nombre d’étapes de construction : 145
  • temps de construction : 2 heures
  • difficulté : facile

Boîte et inventaire

À gamme originale, boîte originale. Sa face avant est en effet découpée en deux morceaux Côté gauche, une troupe de fantômes attaque le bus scolaire, sur un fond aux couleurs verdâtres. Côté droite, les chasseurs de fantômes (armés de leur téléphone) apparaissent sur un fond coloré où le bus retrouve sa couleur normale. La mention “See your set come alive”, avec la photo d’un téléphone, nous rappelle le principe de la gamme. Sur le dessus de la boîte, on nous présente les cinq minifigs, et le chien fantôme Spencer. Les deux travailleurs, Bill et Nanna, sont présentés aux côtés de leurs versions hantées avec leurs accessoires respectifs, j’y reviendrai plus tard. Enfin, au dos, LEGO présente rapidement l’application Hidden Side, aux côtés de 5 nouvelles images du set nous présentant quelques unes de ses fonctionnalités.

À l’intérieur, nous trouvons 5 sachets de pièces numérotés, une notice d’instructions de 136 pages pour 145 étapes de construction, et une planche de 13 autocollants.

Les MOCeurs seront heureux de retrouver quelques pièces rares, parmi les 689 éléments contenus dans la boîte (entre parenthèses le nombre de sets où la pièce est présente dans cette couleur) :

  • 4 1/4 Arch Brick 5X5, W/ Cutout en flame yellowish orange (1)
  • 1 Mini Pickaxe en spring yellowish green (1)
  • 1 Brick 2X2 Round With Hole Ø4,85 en noir (2)
  • 1 Flat Tile 2X2 Inv. en rouge (2)
  • 3 Plate 2X2 Round en dark azur (2)
  • 1 Gold Ingot en flame yellowish orange (2)
  • 1 Weapon, No. 20 en light purple (2)
  • 3 Mini Hat, No. 46 en light bluish gray (2)
  • 2 Pl.Round 1X1 W. Throughg. Hole en spring yellowish green (2)
  • 4 Rim Wide 18X14 W. Hole Ø4.8 en rouge (3)
  • 1 Rim Narrow Ø14,6X9,9 Hole Ø 3,2 en flat silver (3)

Et quelques pièces tampographiées :

  • 2 Flat Tile 2X2, Round, No. 1112 en light bluish gray (2)
  • 2 Flat Tile 1X1, Round, No. 122 en spring yellowish green (2)

Les minifigs

Les chasseurs de fantômes

Ils sont au nombre de 3, et on peut les retrouver (dans des tenues différentes) dans d’autres sets de la gamme. Jack Davids et Parker L. Jackson sont ainsi “inédits” dans la tenue qu’ils portent ici, mais toutes les pièces qui les composent apparaissent également dans d’autres sets. Professor J.B. est en revanche présent dans deux autres sets, avec exactement la même tenue : les références 70418 – Le laboratoire détecteur de fantômes (174 pièces – 19,99 €) et 70424 – Le train-fantôme (698 pièces – 84,99 €).

Les 3 minifigs sont joliment détaillées, avec une tampographie très fine du pantalon et du torse. La capuche couvrant la casquette que porte Jack est une seule et même pièce. Elle semble assez étrange ici, puisque la capuche est blanche au-dessus d’une veste rouge. Pour le reste, on note le défaut habituel des tampographies clair sur fond foncé : le blanc du t-shirt est un peu terne. Pour Parker et J.B., c’est du tout bon. On retrouve jusqu’aux déchirures sur le pantalon pour Parker, et au badge pour le professeur. C’est vraiment très joli.

Les 3 minifigs disposent d’expressions du visage alternatives, ainsi que d’un smartphone pour chasser les fantômes (absent des photos).

Les ouvriers / fantômes

Les deux autres minifigs sont en revanche, du moins pour le moment, exclusives à ce set. Leur pantalon est identique, on y trouve quelques tâches de terre, les poches et la ceinture. Leur torse diffère : sous leur gilet haute-visibilité, Nanna porte un tee-shirt décoré du logo Blacktron, celui de Bill arborant un crocodile. Le dos diffère également : Nanna porte une ceinture pleine d’outils. Nanna dispose d’une expression de visage alternative, ce n’est pas le cas de Bill (à cause de son casque). C’est très finement réalisé.

LEGO nous livre de quoi tranformer ces deux personnages en fantômes, et c’est également très bien réalisé. La barbe rousse de Bill prend une couleur yellowish green, comme les cheveux de sa collègue où cette couleur est mixée avec du trans neon green. Les têtes des personnages sont également de cette couleur et revêtent des expressions menaçantes. Un bon point pour cette transformation des deux innocents ouvriers en démons possédés, ça fonctionne bien.

La construction et le design

La construction commence avec l’assemblage des toilettes de chantier. On y ajoute de quoi en faire un monstre : une paire d’yeux, et quelques dents à déployer dans la partie supérieure. En y fixant le panneau de chantier et les cônes en guise de jambes, nous avons un monstre tout à fait convenable. Il est possible d’en éjecter des disques marrons. C’est plutôt basique, mais c’est réussi. Le designer a même pris le soin d’intégrer le rouleau de papier toilette.

On passe alors au bus, et plus précisément au centre de commande qui se situe à l’intérieur. Sur une grande base grise, on ajoute un ordinateur avec ses deux écrans, sa souris, son clavier et un siège. On construit également un bureau avec un microscope, et un lit pour les missions prolongées. C’est sympa, et facilement accessible une fois le modèle construit : il suffit de tirer le tout depuis l’arrière du bus.

On passe alors au bus proprement dit, qui commence par une structure à base de pièces Technic apportant une rigidité suffisante pour le manipuler. On ajoute une partie du pare-chocs avant, les bas de caisse, puis les éléments constituant le plancher. Des tiles sont installées à l’arrière afin de pouvoir y insérer le centre de commande préalablement construit. On superpose quelques briques pour constituer les côtés.

Le troisième sachet de pièces démarre avec l’ajout de quelques éléments sur le capot, et la construction du poste de conduite plutôt rudimentaire. On construit alors 2 rangées de fenêtres à l’arrière. La partie intermédiaire, entre le poste de conduite et le centre de commande est vide, à l’exception d’une brique passant au travers dont on ne sait pas trop bien ce qu’elle fait là. On rigidifie l’ensemble avec quelques plates, puis on ajoute le pare-brise et la porte d’accès au poste de conduite.

Pas de vitre côté gauche : ce sont des barreaux. On termine de décorer le capot avant de construire une partie du toit, qui dispose d’une turntable afin d’y fixer les équipements de chasse aux fantômes. Un second élément de toit est construit sur le même principe. On termine ce sachet de pièces avec l’ajout de stud shooters à l’avant du bus, des rétroviseurs et de quelques tiles sur le côté.

Le quatrième sachet commence avec la construction des essieux, puis de l’échappement. À en voir la taille, on se dit que le petit moteur construit précédemment doit être particulièrement puissant. On ajoute les passages de roues à l’arrière, constitués chacun de deux 1/4 Arch Brick 5X5, W/ Cutout décorés de stickers courbes, pas forcément faciles à appliquer. On veillera par ailleurs à bien aligner les motifs.

Puis on construit le dernier élément de toit, fixé au-dessus du poste de conduite par deux tenons : il est facile de le démonter pour accéder à l’intérieur. Sur l’autocollant “SCHOOL BUS”, le S et le H sont barrés : il s’agit donc d’un “COOL BUS”. Même s’il s’agit d’un autocollant, ce petit détail symapthique méritait d’être souligné. On décore un peu le toit, avant d’ajouter le pare-buffle et sa plaque GG 4940, référence au set 4940 – The Granite Grinder de 1999. On termine avec les feux.

On passe alors au cinquième et dernier sachet de pièces, qui se concentre sur l’ajout d’éléments de jouabilité. On commence par un radar, dont le socle coloré sert de sélecteur dans l’application pour smartphone. On continue avec un canon, dont une partie rotative permet également d’interagir avec l’appli. On termine le bus avec les deux portes venant de chaque côté de la partie centrale du bus, toutes deux armées de canons et de slopes colorées pour, vous l’aurez deviné, jouer avec l’appli. Comme tout véhicule qui se respecte, on achève le modèle en lui fixant ses 4 roues aux moyeux rouges.

Verdict

Comme je vous le disais en introduction, j’étais très curieux de découvrir cette gamme et sa nouvelle façon d’interagir avec le modèle offerte par l’application. La première chose que j’ai faite, une fois le modèle construit, a donc été de tester celle-ci. Et c’est plutôt pas mal : une fois le modèle “scanné”, vous devez d’abord trouver le “gloom” qui hante le modèle. Parfois, cela fait apparaître un fantôme, que vous devez alors combattre. Le but étant de “dégloomer” tout le modèle. Le tout fonctionne plutôt bien, mais (à moins que je ne sois très nul) j’ai trouvé le jeu un peu difficile, du moins au démarrage. Une fois quelques améliorations débloquées, ça se passe nettement mieux. Un point positif pour la jouabilité globale du modèle.

Mais, même sans cette application, le modèle regorge de fonctionnalités intéressantes. On peut sortir les canons des portes, tirer avec les stud shooters sur le capot, tourner le canon situé sur le toit, sortir le poste de commander et y installer les minifigs, transformer les toilettes de chantier en monstre bref, il y a de quoi faire. Sans compter les minifigs, qu’il est possible (pour deux d’entre elles) de transformer en fantômes. Elles disposent alors d’armes adéquates pour s’attaquer à la troupe de chasseurs de fantômes.

La transition est toute trouvée pour vous parler des minifigs. Vous avez pu voir, un peu plus haut, un certain nombre de photos. Je vais être honnête : elles sont superbes. Le seul personnage ayant quelques défauts à mon goût est Jack, avec sa capuche pas forcément adaptée à sa veste, et son tee-shirt blanc un peu terne. Pour le reste, il n’y a rien à jeter : c’est très finement réalisé, et toutes les minifigs regorgent de détails, jusqu’à la tête du montre de Frankenstein sur le tee-shirt du professeur. Il est possible de transformer les deux ouvriers en fantômes : on les “équipe” alors d’une nouvelle tête / chevelure / barbe et de nouvelles armes.

Le design est original et, à vrai dire, plutôt réussi. Le “mix” entre le bus scolaire américain jaune et son équipement de chasse aux fantômes est convaincant. L’aspect “je te rajoute un canon puis un autre puis un poste de commande puis une échelle” sur la base d’un bus standard nous plonge dans une ambiance post-apocalyptique : le monde est désormais contrôlé par les fantômes, et il faut faire avec les moyens du bord pour les combattre. Le modèle regorge de petits détails, jusqu’à intégrer des easter eggs en référence à d’autres sets. Le choix des couleurs est sans doute intimement lié aux fonctionnalités offertes par l’appli. J’aurais aimé retrouver quelques couleurs plus sombres, notamment au niveau des portes latérales, un peu trop flashy à mon goût.

Avec son jeu de couleurs flashy, il est assez logique de trouver de nombreux éléments intéressants dans l’inventaire de cette boîte. Pour un set sous licence “maison”, on pourra par contre regretter un prix que je trouve un poil trop élevé : 64,99 € pour 689 pièces. À l’heure où j’écris ces lignes, il est proposé pour 10 € de moins chez Amazon.

Une jouabilité au top, un design réussi, de belles minifigs et une nouvelle forme d’interactivité par l’appli : ce premier contact avec la gamme LEGO Hidden Side est une franche réussite.

Voilà, j’espère que vous aurez trouvé dans cet article de quoi vous faire une opinion sur ce modèle. Vous le trouverez sur le [email protected], à cette adresse, chez Amazon ou encore à la Fnac. N’hésitez pas à partager votre point de vue, en intervenant dans les commentaires un peu plus bas !

Merci à LEGO pour la fourniture du set pour cette review. La fourniture d’un set ne garantit en rien une review positive, et tout ce que vous avez pu lire dans cet article est l’expression de ma propre opinion.

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
Notifier de