Disponible depuis le 17 Juillet en avant-première pour les membres du programme VIP, et depuis le 1er Juillet dans les LEGO Stores londoniens, nous allons parler aujourd’hui du dernier né des véhicules de la gamme Creator Expert : 10258 – London Bus.

Informations principales :

  • numéro de set : 10258
  • année de sortie : 2017
  • nombre de pièces : 1686
  • prix sur le [email protected] : 129,99 €
  • date de disponibilité : depuis le 17 Juillet pour les membres VIP – à partir du 1er Août de manière globale

Le bus que nous allons construire aujourd’hui est plus précisément le modèle AEC Routemaster, développé par Associated Development Company (AEC) et Park Royal Vehicle (PRV), fabriqué de 1958 à 1968. Ce bus a été utilisé jusqu’en 2005, cependant il n’est utilisé aujourd’hui que sur une seule ligne historique desservant le centre de Londres.

La boîte et son contenu

On retrouve sur l’avant de la boîte notre bus londonien, traversant manifestement le pont de Westminster. On aperçoit en arrière plan l’Elizabeth Tower, plus connue sous le nom de Big Ben, et on aperçoit à travers les fenêtres du bus les Houses of Parliament, le tout sur un fond bleu nuit que seuls viennent éclairer un lampadaire sur le pont et l’horloge de Big Ben. Sur le côté droit, une photo précisant les dimensions du bus, et une photo de détail sur la plateforme arrière.

A l’arrière de la boîte, quelques photos précisant les différents “fonctions” du modèle, depuis la fenêtre du chauffeur qui s’ouvre, en passant par le capot qui dévoile le moteur, ou encore le fait que le bus se sépare en trois parties. On y voit également que les publicités sont interchangeables avec une version “old school” avec des biscuits pour le thé. Enfin, on y retrouve une autre vue du bus dans son ensemble, avec la fameuse plateforme arrière et les courbes caractéristiques du bus.

A l’intérieur de la boîte, 20 sachets de pièces, numérotés de 1 à 4, un manuel d’instructions et une planche de stickers (dommage, pour un set à ce prix et de cette qualité…). 28 stickers composent cette planche.

La construction

Les sachets sont numérotés de 1 à 4, comme autant de “grandes” étapes de construction. les sachets 1 et 2 serviront à assembler la partie basse du bus, tandis que les 3 et 4 permettent de construire l’étage et le toit.

La partie basse

On démarre la construction logiquement par le châssis, essentiellement composé de briques Technic. En ce sens, il est plutôt robuste, une nécessité vu l’empattement du véhicule. De grandes plaques viennent couvrir ces pièces Technic, de sorte qu’elles ne sont plus du tout visibles une fois le modèle construit, à moins de le retourner.

On ajoute ensuite sur ce châssis des robinets (!) noirs qui vont servir de support pour les sièges. Les côtés du bus sont constitués de grands panneaux 3×4. On ajoute le moteur à côté du chauffeur, et on assemble les premiers éléments de la plateforme arrière, notamment la première marche de l’escalier en colimaçon.

On continue ensuite en assemblant la partie arrière du bus avec sa plaque d’immatriculation interchangeable, les deux banquettes qui se font face à l’arrière du bus, puis ce fameux escalier. La technique de construction, axée sur un seul stud, n’est pas nouvelle, mais elle reste du plus bel effet. On consolide l’escalier avec une barre qui vient prendre place dans des crochets laissés en attente.

Ce qui suit est peut-être l’étape la plus répétitive de la construction : l’assemblage des banquettes. Le temps de construction reste raisonnable puisque chaque banquette n’est composée que de 11 pièces, et malgré cela ces dernières sont plutôt réalistes grâce à l’emploi de pièces courbes et de clips. C’est une fois les sièges positionnés qu’on se rend compte de l’utilité des pieds, à base des fameux robinets, et il faut dire que c’est plutôt réussi. Un sticker vient prendre place sur un des sièges avec quelques griffures.

On termine l’assemblage de cette première partie du bus avec l’ajout des vitres, la construction du capot et de la cabine du chauffeur avec sa vitre coulissante, et l’ajout de tiles sur le dessus, afin de pouvoir y ajouter le 1er étage à la manière des bâtiments modulaires. La partie courbe qui ferme l’arrière du bus au niveau de l’escalier est bien trouvée, et l’assemblage en est très enrichissant techniquement parlant.

L’ajout des roues (dont le moyeu est traité différemment à l’avant et à l’arrière, plutôt joli également) met le point final au “rez-de-chaussée” du bus. Il convient de noter que ce bus permet à LEGO d’introduire un nouveau type de roues.

L’étage

On laisse de côté cette première partie terminée, pour s’attaquer à l’étage de notre bus. Au premier abord, la plaque de base que l’on assemble à l’aide d’un certain nombre d’autres plaques paraît assez fragile. Cependant, l’ajout de nombreuses plates et tiles contribuent à rigidifier l’ensemble. Des robinets noirs viennent ici aussi servir de supports aux futurs sièges. On ajoute le liseré jaune caractéristique du bus, avant d’ajouter la banquette arrière (qui paraît minimaliste au vu des autres sièges).

On ajoute ensuite les sièges (identiques à ceux de l’étage en dessous, jusqu’à la griffure sur un des sièges), et l’avant du bus avec sa tile et son sticker indiquant le terminus du bus : Brickston, ainsi que les différentes stations desservies (Yellow Brick Road, Brickadilly Circus et Twobytwo Square). Les noms sont assez rigolos et bien trouvés.

On attaque ensuite (déjà) la dernière série de sachets de pièces. On commence tout d’abord par ajouter les vitres, et les tiles qui courent sous ces dernières tout le long du bus. Puis vient l’un des moments les plus intéressants de la construction : l’ajout des curved slopes et des 5×5 round corner bricks, qui apparaissent ici pour la première fois en rouge. On les a trouvées précédemment uniquement en dark azure, notamment dans un autre véhicule de la gamme Creator Expert : 10252 – Volkswagen Beetle. Le designer du bus, Morten Graff-Wang, a d’ailleurs confirmé que la conception même du bus avait été orientée autour de ces fameuses pièces. L’avant du set a droit à son pare-brise, flanqué d’un sticker en plein milieu…

On ajoute ensuite les publicités, en fait des stickers qui viennent prendre place sur de grands drapeaux en dark blue. On rappelle ici qu’elles sont réversibles, un côté moderne et un côté années 50. Ces drapeaux se fixent dans les clips laissés en attente sur les côtés. On termine notre modèle avec le toit, composé notamment de belles tiles 6×6 rouges, pour le moment exclusives à ce set. La structure du toit est composée de grandes briques blanches et de plates qui les relient, apportant une grande rigidité.

Voilà donc notre étage, et par conséquent notre bus, terminé.

Le modèle terminé

Le bus une fois construit mesure 34cm de long pour 18 de haut. Le descriptif du modèle sur le [email protected] dit notamment : “Ce modèle est à l’échelle pour être exposé avec les autres modèles de la série de véhicules LEGO® Creator Expert.” Force est de constater, photo à l’appui, que ce n’est pas tout à fait le cas. Il suffit simplement de regarder la taille des sièges pour se rendre compte de la différence. A la décharge de LEGO, assembler un bus à impériale à l’échelle de cette 10242 – Mini Cooper aurait demandé un bien plus gros (et bien plus cher) modèle.

Autre critique qu’on a pu rencontrer sur les réseaux sociaux notamment : la tile en light bluish gray au milieu de la grille du radiateur semble un peu disproportionnée. Le fait que le contour complet ne soit pas traité de cette couleur est également plutôt bizarre.

Enfin, dernière chose que je trouve gênante sur des sets de cette qualité : les stickers. Parfois difficiles à appliquer et impossibles à replacer en cas d’erreur, ils sont souvent la source de bien des tracas.

Passés ces petits écueils, notre London Bus a quand même de nombreux atouts, à commencer par son moteur, qui est plutôt fidèle à l’original qui équipe le vrai bus, un moteur diesel de 9,6 litres créé par AEC. Des lingots en light blusih gray tiennent lieu de têtes de cylindre, et les tuyauteries sont représentées par des barres de cette même couleur.

La cabine du chauffeur est très détaillée : on retrouve bien évidemment le siège et le volant, mais également un frein à main ou encore une fenêtre coulissante.Hormis la grille de radiateur dont nous parlions plus haut, l’avant du bus est très détaillé, entre le grand pare-brise, le numéro du bus ou encore les stations desservies.

Les roues sont très réussies, avec le moyeu en dark red. Les publicités sont sympa, et apportent un peu d’autres couleurs dans cet ensemble. On choisira suivant les goûts les fragment de l’Union Jack avec la mention Explore London au centre avec le London Eye, ou bien la pub rétro pour les biscuits “High Tea Requires Quality Biscuits” et ses deux biscuits empilés sur fond ocre. Petit détail très intéressant également, des plaques d’immatriculation anciennes jaune pour l’arrière, et blanche pour l’avant, sont fournies en remplacement des plaques modernes noires pour coller avec l’époque retenue.

Comme nous l’expliquions dans la description de la construction, des rangées de tiles apparaissent juste sous les fenêtres des deux étages. Ils sont en fait plus “pratiques” qu’esthétiques, et servent à masquer une partie des plus grandes fenêtres afin qu’elles soient toutes de la même hauteur. Malin.

C’est sans nul doute l’arrière du véhicule qui présent le plus d’intérêt. On y retrouve tout un tas de petits détails : les barres savamment accrochées, la boîte servant à récupérer les tickets usagés (avec 2 tickets tampographiés), l’extincteur avec un rack à bagages en dessous, le porte parapluie avec un parapluie dedans, l’escalier en colimaçon, les courbures derrière ce dernier, et enfin ce fameux étage courbé sur l’arrière qui, il est utile de le répéter, est vraiment superbe.

Beaucoup d’autres petits détails viennent égayer l’intérieur, depuis le journal tampographié jusqu’à la round plate 1×1 rose planquée sous un des sièges de l’étage, censée représenter un chewing gum négligemment jeté à cet endroit, bref le genre de petits détails qu’on aime trouver dans cette gamme Creator Expert.

Conclusion

Courez vite chercher ce set dans votre LEGO Store favori, ou ruez-vous sur le [email protected] si vous êtes adepte de cette gamme Creator Expert car malgré les petits défauts recensés plus haut (la grille du radiateur, le “problème” d’échelle qui n’en est pas tout à fait un, et les stickers), il faut bien avouer que ce modèle est une franche réussite. Les techniques de construction sont intéressantes, et un certain nombre de pièces sont présentes ici pour la première fois. De plus, le budget demandé (129,99 €) par LEGO est plutôt raisonnable au vu du gabarit du modèle et du nombre de pièces.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.