Une fois n’est pas coutume, j’ai décidé de vous parler aujourd’hui du jeu vidéo sorti à l’occasion du film, en salles depuis mercredi 11 Octobre dernier : LEGO Ninjago le Film – Le Jeu Vidéo (on dira plus tard dans l’article LNLFLJV, ça fera moins long !). Avant toute chose, soyez rassurés : vous ne verrez dans cet article que des captures d’écran de la première heure de jeu, afin de ne pas vous spoiler l’intrigue d’un jeu qui retrace à sa manière l’histoire du film.

Vous pouvez le trouver un peu partout, et notamment sur FNAC.com ou Amazon pour un peu moins de 55€ (pour le moment !), dans sa version Day One avec une minifig de Lloyd (malheureusement, je ne peux pas vous donner mon avis sur cette dernière, j’ai acheté une version standard :D)

Pour information, j’ai testé la version PS4. A noter que le jeu est également disponible sur Xbox One, et à paraître sur Nintendo Switch la semaine prochaine, le 18 octobre.

Préambule

J’ai joué dans le passé à quelques autres jeux LEGO, de qualité plutôt inégale, je ne savais donc pas trop à quoi m’attendre en acquérant ce petit dernier. En effet, après le mémorable LEGO Marvel Super Heroes (dont j’attends avec impatience le prochain volet à venir en fin d’année) et le beaucoup moins mémorable La Grande Aventure LEGO, il y avait de quoi être méfiant.

Le descriptif à retrouver sur la boîte est plutôt succinct : quatre screenshots, une photo de nos ninjas autour de Maître Wu avec garmadon en arrière plan, et quelques phrases grandiloquentes comme “Explore huit lieux bourrés d’action, proposant chacun son propre dojo des défis” ou “Déchaîne les pouvoirs élémentaires du Spinjitzu des ninjas” : tout un programme.

Pour résumer l’intrigue (très) succinctement, nos ninjas vont devoir unir leurs forces afin de sauver la ville de Ninjago mais ça, vous l’aviez deviné si vous avez regardé les diverses bandes annonces à retrouver un peu partout sur internet.

C’est dans les vieux pots…

Bon, là, on peut dire que Tt Games a choisi de ne pas prendre trop de risques. On retrouve tous les classiques qui ont fait le succès des opus précédents.

L’histoire se déroule en 13 chapitres (et un chapitre bonus), pour environ autant d’heures de jeu. Comme d’habitude, chaque niveau en “mode histoire” est à parcourir avec un ensemble de personnages prédéfini, mais libre à vous une fois ce niveau terminé de revenir le jouer en “mode libre” afin de déverrouiller les différents secrets qu’il contient.

Une partie de la carte du jeu

Concernant les secrets à dénicher, là encore, c’est plutôt classique. A commencer par les fameuses briques dorées : au nombre de 220, elles permettent l’accès à certaines zones “cachées” qui en nécessitent un certain nombre afin d’être ouvertes. Pour les récolter, la méthode ne change pas : des constructions à payer, des quêtes à réaliser, ou des objets particuliers à détruire.

En guise de “minikits” ou de “briques rouges”, comme on a pu les nommer dans les autres jeux, nous avons droit ici à des “parchemins antiques”. Ces derniers permettent de débloquer des fonctionnalités de “triche” comme l’affichage des objets à collectionner, ou la possibilité de construire plus rapidement. Ils sont au nombre de 10. Enfin, 101 personnages différents sont à trouver dans des sachets disséminés dans les différents niveaux.

L’écran de fin de niveau, avec le récapitulatif des objets à collectionner

…qu’on fait les meilleures soupes !

Mais, après cette description plutôt peu enthousiasmante, il est bon de noter un grand nombre de nouveautés qui apportent un vrai sentiment de fraîcheur.

L’environnement : bien qu’assez inégal dans la réalisation, globalement ce jeu vous en mettra plein les yeux, avec des environnements vraiment très variés, entre la gigantesque ville de Ninjago, la jungle ou encore les sommets enneigés menant au “Temple de l’Arme ultime Suprême”. Pas désagréable non plus, la musique qui vous accompagnera tout au long de votre aventure vous plongera dans cette ambiance “films de kung-fu à l’ancienne” très  sympathique.

L’immense ville de Ninjago, parcourue sur le dos du Dragon de Lloyd

Le système de combat : chacun de nos ninjas dispose de son propre arsenal, en termes d’armes et de mouvements disponibles. Lors des combats, un peu à la manière d’un beat them all, un compteur de “combo” se met en route, et permet d’augmenter un multiplicateur de pièces, augmentant significativement la récolte de ces dernières. Celles-ci permettent par la suite d’augmenter votre “niveau de véritable ninja”, qui n’a d’autre intérêt que de vous donner une brique dorée pour chaque niveau passé. Maître Wu, au début de votre aventure, vous dévoile les différentes “voies” du ninja, en vous apprenant diverses techniques de combat.

Le système de combat et son multiplicateur de combos

Les jetons d’ingéniosité de ninja : ces jetons sont en fait des compétences que vous débloquerez tout au long de votre parcours, à répartir dans un “arbre” vous permettant d’améliorer vos techniques de combat dans chacune des différentes “branches” : l’Abeille Piqueuse, le Sanglier Ruant, etc… Ces compétences permettent par exemple d’augmenter le nombre de pièces obtenu, la vitesse d’augmentation du multiplicateur, ou encore le rayon d’impact de certaines capacités. Un petit plus sympathique.

Les jetons d’ingéniosité de ninja

Les dojos des défis : chacune des huit zones principales dispose de son propre dojo des défis. Le principe est simple, et est en corrélation avec le nouveau système de combat : il vous faudra, au cours de 3 vagues d’ennemis et du combat contre un boss final, accumuler un nombre de pièces donné afin de débloquer une médaille (de bronze, d’argent ou d’or) sachant que seule la médaille d’or vous permet de débloquer l’ensemble de objets à obtenir : une brique dorée, et trois nouveaux personnages.

L’écran d’entrée dans un dojo des défis

La récolte des éléments à collectionner : sans être une révolution, il va falloir parfois se creuser la tête afin de retrouver l’ensemble des objets. Certains resteront inaccessibles jusqu’à ce que vous ayez à votre disposition le personnage adéquat, sachant que si vous vous bornez à terminer “simplement” le jeu sans trop fouiller, les personnages “de base” ne vous suffiront pas à tout débloquer. En effet, un grand nombre de compétences sont exclusives aux personnages secondaires à récolter au long de votre parcours. Le nombre important de ces objets à collectionner allonge de manière conséquente la durée de vie du titre, plutôt bonne.

Il faut parfois être acrobate pour tout récupérer !

Les cinématiques : le jeu est ponctué très régulièrement de chouettes cinématiques, tirées du film (enfin je crois, je ne l’ai pas encore vu !), avec les répliques qui vont bien, et l’humour caractéristique des films LEGO.

GARMADON !

Le créateur de personnages : sans être une réelle nouveauté, on s’amuse ici à assembler différentes parties de personnages différents, comme on le ferait avec des minifigs “physiques” : le pantalon, le torse, la tête, la chevelure ou le couvre-chef et les accessoires pour créer le personnage de vos rêves. A noter que c’est l’arme choisie qui détermine les capacités en jeu de celui-ci.

Un bien étrange personnage…

Quelques soucis techniques…

Là encore, c’est malheureux à dire mais c’est un problème récurrent dans les jeux LEGO.

Les temps de chargement : ça devient une maladie avec les jeux récents, et ce n’est pas propre aux jeux LEGO : les temps de chargement, pour entrer dans une mission de l’histoire, ou dans un niveau en jeu libre, sont interminables.

Le pathfinding : Il n’est pas rare, lors du passage d’un personnage à un autre parce qu’on a besoin des compétences de ce dernier lors d’un passage particulier, de se retrouver avec celui-ci de l’autre côté du ravin que vous vous êtes évertué à traverser.

Les petits bugs : un objet déjà détruit précédemment qui réapparaît comme par magie, ou encore un personnage coincé dans le décor qu’il faudra débloquer en changeant de protagoniste

Les plus gros bugs : et c’est là que le bât blesse… je vais simplement vous présenter l’exemple dont j’ai été “victime” : les “jetons d’ingéniosité de ninja”, dont nous parlions plus haut, sont censés se débloquer à l’avancée dans le jeu, et tous doivent être disponibles une fois l’aventure terminée. Ils sont de plus nécessaires à la complétion du jeu à 100%, et à l’obtention des “trophées” de la version PS4. Et bien une fois la fin du jeu arrivée, il m’en manque un : je suis obligé de tout recommencer si je souhaite terminer le jeu à 100%, sans garantie que le problème ne se reproduise pas… D’autres joueurs font également mention d’une brique dorée inatteignable dans la jungle, bloquant le compteur de complétion à 99,7%…

Verdict

Malgré ce dernier paragraphe peu réjouissant, et ce bug extrêmement gênant que je vous présentais juste au dessus, je peux tout de même dire que je me suis vraiment amusé avec ce jeu.

J’ai réellement pris du plaisir à découvrir les différentes zones, vraiment variées, mais également les personnages et leurs personnalités bien marquées, malgré une réutilisation de mécaniques vues et revues dans les jeux LEGO.

Il s’adresse aussi bien aux plus jeunes, car soyons honnête les combats sont plutôt faciles, et la progression dans l’histoire bien balisée, qu’aux “moins jeunes” par son ambiance, son humour potache et ses énigmes quelques fois retorses. Je ne doute pas que certains parents prendront un malin plaisir à jouer en coopération avec leur progéniture 😉

Galerie de captures

Vous pouvez donc le trouver un peu partout, et notamment sur FNAC.com ou Amazon.

PS : Et si cet article vous a plu, n’hésitez pas à le faire savoir dans les commentaires ou en le partageant sur Facebook, et lors de votre prochain achat sur le [email protected], sur Amazon ou encore à la Fnac (même pour autre chose que des LEGO) à passer par un des liens proposés sur le site afin de soutenir mon travail (qui n’en est pas tout à fait un, mais qui prend un peu de temps quand même) – Merci à vous !😉

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.