Bonjour à toute la communauté Brickonaute,

Aujourd’hui je vous propose (encore) d’aller faire un tour dans la gamme Monkie Kid avec un petit set qui amène nos aventuriers à l’affrontement naval avec le set 80014 Sandy’s Speedboat (Le hors-bord de Sandy).

Informations principales :

  • Numéro de set : 80014

  • Année de sortie : 2020

  • Nombre de pièces : 394

  • Prix sur le [email protected] : 49,99 €

  • Nombre d’étapes de construction : 8 pour le surf, 24 pour la « caverne », 20 pour l’araignée et 97 pour le hors-bord

  • Temps de construction : 1 grosse heure

  • Difficulté : facile (quoique …)

Boite et Inventaire

La boite ici proposée respecte les critères esthétiques de la gamme Monkie Kid. Sur sa face avant, le bandeau supérieur Monkie Kid permet de l’identifier de loin parmi les autres sets d’un rayon de jouets, ce qui pour notre marché ne sert à rien puisque cette gamme est exclusive à la boutique en ligne LEGO. Les quatre protagonistes nous sont présentés en bas à droite avec presque chacun avec une couleur rappelant un détail vestimentaire (exception faite de la Reine Araignée « Spider Queen »).

En regardant la scène d’action proposée, nous constatons que celle-ci se déroule dans les égouts (avec une eau bleue tropicale). Monkie Kid saute avec son surf à l’assaut de Spider Queen juchée sur son robot araignée tandis que Pigsy est bloqué dans une toile d’araignée et que Sandy fonce et tire un peu n’importe où sauf vers la méchante. Afin de calmer tout le monde, il est précisé que tout ceci ne flotte pas.

La face arrière est partagée entre bleu et noir, c’est propre et très épuré car aucune écriture n’y est présente. Trois vignettes montrent quelques fonctionnalité, l’araignée peut s’ouvrir, l’hélice du bateau tourne et … Sandy donne du poisson bleu à un chat punk. Si on observe un peu plus, on notera les seconds visages de Monkie Kid et Spider Queen et le range « bâton croissant » de Sandy sur le côté du bateau.

À l’intérieur, ce sont trois sachets numérotés qui nous attendent ainsi qu’une planche d’une quinzaine d’autocollants, une maxi figurine de Sandy à assembler ainsi qu’une grande roue bleue.

Le superbe ensemble

Ce n’est pas moi qui le dis mais LEGO sur son site.

Le surf à réaction de Monkie Kid

Pour commencer la construction de cet ensemble, les pages jaunes du livret (caractéristiques de la gamme) nous invitent donc à construire en premier le surf que chevauche Monkie Kid. Je ne vais pas trop m’étaler dessus, c’est fait très rapidement en moins de 10 étapes et ça nous fait déjà coller deux autocollants qui sont vraiment sympathiques. L’utilisation de lance-harpons sur le côté permet de mettre un peu de relief à cette planche mais je ne vois pas trop à quoi ils peuvent servir « en vrai ». Sont-ils des antennes, des ailerons ? Aucune idée. Pour finaliser la construction, un très joli nuage stylisé est ajouté au réacteur. Dans l’ensemble le surf est déjà un bon départ.

La caverne

S’en suit la « caverne » où Pigsy s’emmêle les pattes. Comment dire … de caverne, elle n’a que le nom. Finalement nous aurons un petit décor avec une toile d’araignée au centre. Pour construire cette caverne sans profondeur, nous partons sur une plate de 2*12 qui sera agrémentée d’une angle plate pour l’amener à 3 tenons de large.

La prise de hauteur se fera assez vite avec des pièces assez grosses et détails se résumeront à quelques ronds jaunes/verts et deux crocs. Une fois les deux piliers montés, la toile ira se fixer à l’arrière pour ne pas montrer son attache.

Le robot araignée

Dernier petit élément du set, le robot araignée sera fait avec ce qu’il nous reste du premier sachet. Nous commençons donc par son ventre, le départ s’apparente presque à un montage de véhicule jusqu’au moment où les plate shaft se placent pour les futures pattes de la bête. Bien que principalement noir et gris, le robot sera agrémenté de quelques touches de couleur.

Le deuxième niveau du corps se composera du support de tête, de l’abdomen et de nouvelles plate shaft pour le reste des pattes. Nous remettons une couche qui est cette fois, exclusivement noire et supportera le bas de l’abdomen. Dernière couche pour le corps avec cette fois la finition, seulement deux tenons seront visibles pour y placer une minifig et une barre violette vient égayer le tout et servira à fixer la partie haute de l’abdomen.

Les pattes arrière sont créées à partir de « sabre » (blade) et donnent un bel effet mécanique destructeur au robot. Nous fixons ensuite une coupole qui servira de partie basse à l’abdomen où seront stockées les trois araignées d’attaque. Les pattes avant sont plus petites et fixées plus bas que celles de derrière, cela donne un relief qui est judicieux. Un sous-ensemble avec autocollant nous permet d’assembler la tête du robot. Celle-ci se montre assez plate et malgré l’autocollant, je trouve que ça se rapproche plus d’une mante religieuse avec ses gros yeux sur le côté qu’à une araignée avec ses multiples facettes. Dernier sous-ensemble avec un couvercle qui fermera l’abdomen et qui apportera le plus gros de la couleur au robot. A savoir qu’une seule position n’est possible pour bien fermer les deux parties de l’abdomen, ce qui limite un peu les mises en scène possible.

Le formidable hors-bord

Là encore je taquine le site LEGO pour ses formules de vente. Vous comprenez donc, le gros du set arrive avec les deuxième et troisième sachets. Avant d’attaquer le véhicule, en plus d’assembler Sandy, nous construisons son bâton croissant.

Comme souvent pour un véhicule assez conséquent (presque 23 cm de long), le châssis est composé de pièces technic permettant de solidifier l’ensemble. Une fois le châssis fait, le plancher donnant un peu de largeur est posé avec deux plates de 4*8. Nouvelle grande plate pour fixer le tout, nous retournons l’ensemble pour y poser … des roues. Eh oui, le bateau ne flotte pas mais il roule et pour la jouabilité, c’est très bien trouvé. La structure est ensuite agrémentée, de huit éléments d’angle qui supporteront les flotteurs latéraux.

Avant de construire ces flotteurs, nous continuons sur le corps principal du hors-bord. À l’avant, s’ajoute de quoi tenir le futur capot et permettre un peu de hauteur et à l’arrière un premier support latéral pour le fusil rapide.

En parlant de fusil, nous mettons de côté ce que nous avons fait pour assembler le support de ce dernier. Pour se faire, deux bearing element seront encapsulés par des pièces technic et un drapeau blanc (plate holder) viendra recouvrir le tout, tout en servant de support au fusil. Ce sous-ensemble fait, il rejoint le corps principal en se fixant sur le support latéral.

Un deuxième support latéral viendra consolider le tout.

Nouveau sous-ensemble avec l’hélice. Celle-ci est sur le modèle des hovercrafts comme on peut en croiser dans le Bayou et utilisera l’énorme roue bleue et deux jantes pour se fixer au corps principal.

Avant de ne faire que des sous-ensembles, retour sur l’avant du hors-bord pour y installer les futurs supports technic du capot. Voilà, tout le reste n’est que du sous-ensemble et le corps principal ne sera plus du tout modifié.

Nous commençons donc tous ces petits bouts par le capot. Celui-ci cartonnera en autocollants, pas moins de quatre seront utiles et donneront un aspect final très joli. La construction est très limitée, une méta-pièce et quatre autres. Nous pouvons donc le fixer au corps principal et avec (encore) un sous-ensemble, nous construisons le guidon en détournant des antennes radios.

Les deux flotteurs et le fusil se feront avec l’ensemble du dernier sachet.

Ces flotteurs ne se différencieront que par un autocollant et la construction est donc symétriquement la même. Nous commençons par coller un grand autocollant sur une bow angle. La suite étant en dessous la pièce, et là c’est une profusion de couleurs, on aura le droit à du vert, bleu, orange car tout ceci sera caché à la fin.

La mise en place de plate snap inversées nous laisse supposer qu’il faudra fixer tout ça sur le corps principal via des technic qui arriveront la page suivante. L’extrémité arrière est faite à partir de jantes orange qui peuvent faire penser à l’utilisation de turbines en plus de l’énorme hélice ou simplement à des bidons flotteurs.

Comme vous pouvez le voir sur les photos, la couche de pièces technic est bien là et l’orange est à l’honneur. Enfin, sur la partie arrière visible, un toit (qui aurait fait les grandes heures des Classic Space et autres) recouvre la jante orange. Quand il n’y en a plus, il y en a encore, nouvelle pièce technic ajoutée suivie de la construction du phare bleu qui se retrouvera vers le centre du hors-bord. Afin de fermer un peu tout ça pour le visuel, un petit sous-ensemble noir et blanc est construit et donne un peu de volume sur le bas des flotteurs.

LEGO nous promettait de la longueur et elle arrive avec l’ajout à l’avant du flotteur d’un autre sous-ensemble construit à partir d’un support de chariot comme j’ai pu connaître avec la gamme Castle. L’extension est fixée grâce à un (promis c’est le dernier) sous-ensemble qui en plus de maintenir le tout donnera aussi du volume. Pour terminer ce flotteur, nous ajoutons sur l’arrière une prise d’air et deux flat tile angle dont une aura le droit à un autocollant.

Voilà, il ne reste plus qu’à fixer les quatre éléments technic à notre flotteur et c’est là que je mets une difficulté « facile quoique ». Ce n’est pas hyper évident et pour un enfant de 8 ans minimum, je pense qu’un adulte va vite venir l’aider car s’il force de façon trop prononcée d’un côté, quelques pièces se décrocheront.

Après avoir fait et fixé nos deux flotteurs, il ne reste plus que le fusil. Suite à autant de longueur, revenir à si petit est presque frustrant, heureusement le cube difforme que nous montons deviens assez vite ludique. L’empilage de petites pièces est terminé, les capots latéraux (avec un autocollant pour l’un) donnent vite un aspect robuste à l’ensemble.

La finition se fera par le placement d’une antenne qui (dans l’histoire) sert pour tirer, Mo le chat et son poisson sont aussi placés. Enfin la construction s’achève avec le fusil 6 tenons qui sera décoré de l’ultime autocollant du set.

Les minifigs

Un des très gros points fort de cette gamme est clairement la qualité apportée aux minifigs. Nous avons ici de très belles tampographies. Seul Pigsy n’a pas les jambes décorées, elles sont noires, petites mais articulées. En revanche son torse est joliment fait avec un chiffon crado à souhait et un dos au dessin bien réalisé. Spider Queen a un trait très fin, brillant et le violet sur le noir rend très bien. Peut-être que la jonction haut de la robe avec le bas est un peu aléatoire mais ça ne choque pas. Son casque « mou » est aussi bien réalisé et laisse voir un peu de chevelure à l’arrière.

Monkie Kid est très détaillé autant sur le torse que dans le dos, sur le pantalon et même sur les côtés de celui-ci. Gros défaut classique, si son t-shirt est censé être blanc, il ne l’est pas du tout et tourne au jaunâtre. Un peu à part, Sandy et Mo (le chat) sont moins détaillés mais les couleurs sont bien criardes et Mo arrive même à tirer la langue sans que celle-ci ne fasse trop tâche au bout du museau. Enfin, seuls Monkie Kid et Spider Queen peuvent avoir droit à un second visage et ils en ont un. L’un est content de lui ou énervé, l’autre est aussi contente d’elle ou circonspecte.

Alors superbe ensemble ou pas ?

Sans aller jusque-là, oui c’est un bon ensemble de jeu. La construction est plaisante malgré l’assemblage des flotteurs qui peut se révéler périlleuse mais les premiers éléments du set peuvent se faire sans l’aide d’un adulte. Ce set est aussi visuellement très réussi, la couleur qui en ressort donne envie de jouer et le hors-bord est assez conséquent. L’apposition d’autant d’autocollants peut être un peu agaçant mais ils apportent énormément de détails et donc un attrait visuel non négligeable. J’adore particulièrement ce capot malgré ce rapport de quatre autocollants pour cinq pièces.

Avec quatre personnages, une histoire est très vite amenée même si on peut se dire qu’avec trois gentils pour une méchante, le rapport de force est un peu déloyal. Surtout que Queen Spider ne peut qu’envoyer trois araignées, juchée sur son petit robot alors que Monkie Kid tourne comme un foufou sur son surf pendant que Sandy lui tire dessus à grands coups de sulfateuse. Je ne compte pas Pigsy qui va se coincer dans l’immense toile de la toute petite caverne.

49,99€ est la somme qu’il faut débourser pour cette boîte exclusive à la boutique en ligne et par son aspect fun, son esthétisme pop et son mélange des genres, je pense que ça vaut le coup. Bien sûr, nous sommes loin de la légende et elle ne sert qu’en trame de fond pour vendre mais est-ce qu’il est nécessaire d’être calé dans le sujet pour apprécier ce jouet, à mon avis non.

Merci de m’avoir lu, j’espère que vous aurez trouvé dans cet article de quoi vous faire une opinion sur ce modèle. Vous ne le trouverez que sur le [email protected], à cette adresse. N’hésitez pas à partager votre point de vue, en intervenant dans les commentaires un peu plus bas !

Merci à LEGO pour la fourniture du set pour cette review. La fourniture d’un set ne garantit en rien une review positive, et tout ce que vous avez pu lire dans cet article est l’expression de ma propre opinion.

RÉSULTATS
Design
Expérience de construction
Minifigs
Jouabilité
Bonne affaire
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

8 Commentaires
plus récent
plus ancien Le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Le Tonyz

Merci pour ta review Cuzion ! C’est un joli set, j’aime bien le design de ce hors-bord, assez futuriste et coloré ! Les minifigs sont sympa également. La partie caverne fait un peu pauvre, juste de quoi donner un peu plus de contenu à la Spider Queen.

Thomas Lego

Merci pour cette review très détaillée !

Je ne suis pas un habituer de la gamme “monkie kid”. Ta review va peut-être me faire changer d’avis ! Comme tu le dis, ce set a un esthétisme pop et un mélange des genres qui est assez intéressant. J’aime bien les figurines. Intéressant !

Elvis

Merci pour cette belle review détaillée
Les minifigs ont l’air très sympa (d’ailleurs ta notation ne serait-elle pas un peu “dure” ? 😉)
Il y a quelques jolies métapièces et l’imposante figurine Sandy mais pas de licence à payer, donc le prix me semble à moi aussi un peu appuyé…

Mephisto

“Sandy donne du poisson bleu à un chat punk”
Cette phrase m’a fait esquisser un petit sourire 😀
Merci pour cet avis éclairé sur ce set ! C’est vrai que la caverne fait un peu cheap, mais globalement ça semble plutôt pas mal quand même. Pour une gamme “maison” de chez LEGO, je trouve par contre qu’ils se font plaisir sur le prix.