La crise sanitaire que nous vivons a bouleversé beaucoup de choses, parmi lesquelles de nombreuses sorties de films au cinéma. La saga SOS Fantômes (Ghostbusters) aurait ainsi dû avoir droit, dès cette année, à un nouveau film s’inscrivant dans la lignée de ceux des années 80. Nouveau film que nous ne pourrons donc découvrir qu’en 2021.

If there’s something strange
In your neighborhood
Who you gonna call ?

LEGO a cependant décidé de ne pas retarder la sortie du set que je vais vous présenter aujourd’hui. Il s’inspire de ce film intitulé SOS Fantômes : L’Héritage (Ghostbusters: Afterlife) . Film dans lequel les petits enfants d’Egon Spengler découvrent du matériel de chasseur de fantômes dans l’ancienne maison de leur défunt grand-père. Dans la bande-annonce, ils retrouvent également la voiture des Ghostbusters – la fameuse Ecto-1 ou Ectomobile – dans une vieille grange. Cette voiture, l’une des plus iconiques de la pop-culture, est basée sur une Cadillac Miller-Meteor Futura Duplex de 1959 dans sa configuration ambulance.

LEGO s’est déjà livré plusieurs fois à l’interprétation de celle-ci. Avec le set LEGO Ideas 21108 Ghostbusters Ecto-1 en 2014, et avec le set LEGO Ghostbusters 75828 Ecto-1 & 2 en 2016. Ce second set étant basé sur le reboot de la saga sorti cette année-là.

On change clairement de dimension aujourd’hui avec un set de 2352 pièces. Mais trêve de bavardage : découvrons ensemble le set 10274 Ghostbusters Ecto-1 !

Informations principales :

Boîte et inventaire

L’imposante boîte adopte la livrée noire désormais réservée aux sets destinés à un public adulte. Dans la bande rouge, en bas, on retrouve la mention “18+”, le numéro de set et son nombre de pièces. Derrière notre Ecto-1 on observe une étrange lueur verte et bleue…

Au dos, nous découvrons la voiture vue sous un autre angle, depuis l’arrière. Deux vignettes nous montrent quelques détails, et deux autres nous présentent des images du film SOS Fantômes : L’Héritage. Sur l’une d’elles, Trevor Spengler (interprété par Finn Wolfhard) est installé sur le siège de mitrailleur de la voiture. Sur l’autre, on aperçoit la voiture dans son intégralité. Une dernière vignette nous précise les dimensions de l’engin une fois construit : 47cm de long par 22cm de haut. Il faudra donc un peu de place pour l’exposer !

A l’intérieur de la boîte, 23 sachets numérotés de 1 à 12, et un 24ème non numéroté contiennent les 2352 pièces du modèle. Chose nouvelle, plutôt qu’une pochette plastique, la notice d’instructions et la planche de stickers sont contenus dans une pochette en carton rigide. Pochette qui aura au moins le mérite d’éviter de recevoir une notice pliée en deux ou des autocollants inutilisables. Et qui s’inscrit dans la démarche de LEGO vers des emballages issus de matériaux durables.

La notice à la couverture old school compte 312 pages pour 608 étapes de construction. Elle commence par quelques pages sur l’histoire de la voiture et la présentation de son designer, accompagnées d’esquisses et autres schémas. Et la planche d’autocollants est conséquente puisque c’est pas moins de 53 stickers qu’il faudra coller. Dont la fameuse plaque d’immatriculation – et c’est dommage, c’est à mon avis une des pièces qu’il fallait impérativement tampographier. Les autocollants sont transparents. S’ils permettront d’éviter une différence de teinte avec la pièce située en dessous, il faudra être vigilant de ne pas laisser de traces de doigts lorsqu’on les collera.

La liste des pièces n’est pas encore publiée à l’heure où j’écris ces lignes. Néanmoins la lecture de l’inventaire permet de détecter quelques pièces intéressantes dont 3 briques 1x4x3 avec le logo Ghostbusters, une tile blanche 6×6, quelques grandes pièces courbes ou encore un joli pare-brise. Je reviendrai sur ces éléments dans le chapitre suivant.

La construction

La construction commence, comme toujours avec les véhicules de ce gabarit, par le châssis réalisé à base d’éléments Technic. On y ajoute quelques plates pour le plancher, le mécanisme reliant la rotation des accessoires sur le toit avec celle des roues arrières, et le système de direction.

On ajoute alors deux grands sous-ensembles couverts de cheese slopes au niveau des bas de caisses. On prolonge l’axe de direction, et on construit le système qui permet au siège du mitrailleur de sortir par la porte arrière droite. En poussant sur un élément de carrosserie, un autre ensemble coulisse et un amortisseur (identique à ceux vus dans le set 42107 Ducati Panigale V4 R) permet la rotation du siège sur lui-même. C’est bien pensé, et ça fonctionne à merveille. Remarquez que le siège dispose d’une arme, identique à celle portée sur le dos des chasseurs de fantômes, et qui leur permet d’utiliser leur rayon (le fameux “Proton Pack”).

Dans l’étape suivante, nous nous concentrons sur l’arrière de la voiture. Après avoir ajouté quelques petits éléments directement sur la structure, nous construisons un grand sous-assemblage comprenant une structure à base d’éléments Technic, la structure des ailes arrières et des briques SNOT pour recevoir le pare-chocs. Pare-chocs que nous construisons juste après et si vous vous posez la question… la plaque d’immatriculation est malheureusement un autocollant. On termine cette étape avec les premiers éléments des empennages rouges caractéristiques de la Cadillac.

Nous continuons notre construction avec l’assemblage de la portière arrière gauche, qui n’en est pas vraiment une : elle ne s’ouvre pas. Nous nous occupons ensuite du volant et du système de direction, fonctionnelle comme sur le set 10265 Ford Mustang. Nous repassons alors à l’arrière où nous construisons le petit mécanisme qui permet d’éjecter la voiture téléguidée par une trappe située sous la voiture. Le siège arrière gauche est en effet fixé sur une “languette” qui coulisse et entraîne l’ouverture de la trappe, en tirant dessus depuis l’arrière. C’est très bien dissimulé, et très efficace. On termine cette étape avec un peu d’habillage pour dissimuler ledit mécanisme.

Nous passons ensuite aux portières, et nous commençons par l’arrière droite. Sa conception est assez simple et articulée sur deux charnières. Elle peut donc totalement s’ouvrir, et laisser sortir le siège de mitrailleur si nécessaire. Autre point commun avec le set 10265 Ford Mustang, les portières avant sont articulées sur une double charnière permettant de limiter l’ouverture. On retrouve sur les deux portières avant le logo “No Ghost” qui est heureusement tampographié. On remarquera d’ailleurs que la conception de la voiture, à cet endroit, laisse apparaître un décroché par rapport aux pièces avoisinantes courbes.

Nous continuons notre construction en ajoutant quelques appareils de chasseurs de fantômes à l’arrière de la voiture. Nous nous occupons ensuite d’assembler les deux empennages rouges. La manière d’intégrer les feux arrières est une franche réussite, les “tubes” gris étant légèrement proéminents. De grandes slopes rouges reproduisent plutôt fidèlement la forme si particulière de cette partie du véhicule.

Nous revenons à l’avant, avec pour commencer un grand sous-ensemble comprenant le pare-chocs et les anti-brouillards, et servant de support à la calandre. Il est fixé à la structure avec des pins Technic. S’ensuit la construction de la calandre, dont la grille est représentée à l’aide de 44(!) patins à roulettes (Mini Roller Skate) argentés. On assemble ensuite un moteur factice et ses courroies, puis on le cale à l’intérieur du capot. On construit les passages de roues avants avec, à l’arrière de ceux-ci, une grande pièce bombée grise. On termine cette étape avec quelques détails à l’intérieur du capot.

Nous restons à l’avant avec l’étape suivante, qui commence par deux sous-assemblages qui constituent la partie supérieure des ailes. On construit ensuite le tableau de bord, ses compteurs et son autoradio, puis nous nous occupons du capot. Celui-ci est articulé grâce à deux clips et vient parfaitement combler l’espace laissé vide une fois en place.  Le rendu de l’avant est vraiment satisfaisant, si l’on oublie les différences de teintes entre les pièces. La grande tile sur le capot est mate, ce qui rompt aussi avec le reste.

Nous nous occupons ensuite des différentes surfaces vitrées. Tout d’abord celles de l’arrière, fixes, puis celles des portières. Celles-ci sont constituées de la garniture de portière surmontée de la vitre, que l’on vient clipser à l’intérieur de la portière et qui permet de reproduire la forme particulière de la voiture avec ses vitres légèrement enfoncées. Nous construisons ensuite les dossiers des sièges avant. Un axe les traverse vers le gyrophare situé au-dessus. Relié à la direction, il permettra de faire tourner la voiture. Nous ajoutons alors le pare-brise (et ses deux autocollants avec les montants métalliques de part et d’autre…) puis les deux lunettes arrières. On termine cette étape avec la portière arrière, fixée par deux ball joints.

Nous continuons en construisant deux petits sous-ensembles qui sont fixés au-dessus de l’habitacle, puis nous attaquons le toit. La structure de celui-ci est à base de cadres et autres pièces Technic.  On l’habille de slopes blanches de différentes tailles / formes et nous y intégrons un petit mécanisme. On le fixe (difficilement, les ensembles de cette taille ayant souvent un peu de “jeu”) puis on complète légèrement l’avant, ce qui achève cette étape.

Dans l’étape suivante, nous assemblons tout l’attirail qui se situe sur le toit de la voiture. Les différents éléments sont fixés sur une base noire ou clipsés sur les côtés. Le mécanisme situé à l’intérieur du toit permet la mise en mouvement de l’antenne radar (qui tourne sur son axe) et du sniffer (les 2 tubes rouges) qui fait un mouvement de va-et-vient. Un axe traversant, surmonté par le gyrophare, permet d’actionner la direction.

Nous entamons alors la dernière étape, avec pour commencer l’assemblage du gyrophare avant. S’ensuit la construction des deux ailes arrières, dont la conception est très bien pensée : ce sont deux ball joints qui permettent d’obtenir cet angle si particulier. Nous continuons avec différents accessoires : l’échelle, deux gros tubes bleus et quelques câbles. On termine avec le gyrophare arrière, un petit véhicule qui vient se planquer dans la trappe située dans le coffre, et un paquet de marshmallows Stay Puft.

Verdict

Commençons, pour l’évacuer tout de suite, par LE point qui m’a le plus déconcerté, pour ne pas dire déçu : l’absence de minifigs. Pour un set tel que celui-ci, clairement destiné aux collectionneurs nostalgiques, leur absence n’est que plus notoire. Alors oui le set s’inspire, si on en croit les photos présentes sur la boîte, du prochain film Ghostbusters: Afterlife (SOS Fantômes : l’Héritage) dont la sortie est attendue l’année prochaine – et pas des films des années 80. Mais l’engin est, à quelques détails près, identique à celui des premiers opus de la saga. J’aurais donc aimé retrouver Peter Venkman et ses acolytes dans ce set. Ou, à défaut, les chasseurs de fantômes du nouvel opus.

Pour avoir les minifigs des chasseurs de fantômes, il faudra donc être l’heureux possesseur du set LEGO Ideas 21108 Ghostbusters Ecto-1 sorti en 2014, ou du gros set 75827 Firehouse Headquarters sorti 2 ans plus tard. Peter Venkman a également fait une incursion du côté de la gamme LEGO Dimensions.

L’expérience de construction proposée par cette boîte est à la hauteur de ce qu’on peut attendre de ce type de sets destiné à un public adulte. On notera, tout au long du modèle, de nombreuses astuces intéressantes et toujours plus de pièces détournées de leur utilisation première. Le seul reproche que je ferai sur cette expérience de construction, c’est le trop grand nombre de stickers. Ils ne sont pas spécialement difficiles à coller et consistent, pour l’essentiel, en des tâches de rouille à appliquer sur la carrosserie. Et ils sont transparents, donc pas de problèmes de différence de teinte avec les pièces LEGO. Mais il y en a beaucoup trop (53) et certaines pièces auraient plus que d’autres mérité d’être tampographiées, comme les deux plaques d’immatriculation et le logo Cadillac du capot.

En termes de design, c’est presque du tout bon. Les véhicules de cette époque ayant l’avantage d’être plus aisés (de par leur forme) que les voitures modernes à reproduire en LEGO. Les proportions sont bonnes et les formes sont justes, jusqu’aux empennages rouges de l’arrière et leurs feux si particuliers parfaitement intégrés. La plupart des détails extérieurs sont présents, mais les chromes manquent comme toujours à l’appel et sont remplacés par des pièces grises moins convaincantes. Au rang des défauts récurrents, on notera aussi la différence de teinte entre le blanc des différentes pièces.

Sur le toit, la voiture dispose de tout l’attirail nécessaire à la chasse aux fantômes. Remarquez ici que la disposition des accessoires est fidèle à celui aperçu dans les trailers du prochain opus des Ghostbusters. La principale différence avec celle vue dans les premiers films de la saga étant la position de l’échelle, ici à gauche.

Côté intérieur, c’est également soigné. On notera un joli tableau de bord, avec côté chauffeur un volant et ses compteurs et côté passager quelques accessoires et détecteurs en tous genres. Les sièges sont simples mais bien réalisés, aussi bien à l’avant qu’à l’arrière. A l’arrière, l’aménagement intérieur est tout aussi riche et les détails nombreux. Enfin, le moteur factice sous le capot est plutôt convaincant.

Si le design est réussi, c’est également le cas des différentes fonctionnalités, et il y en a beaucoup. Les portières et le coffre s’ouvrent, avec pour les portières avant une double charnière déjà vue dans le set 10265 Ford Mustang (réalisé par le même designer LEGO, Mike Psiaki). En enfonçant un élément de carrosserie, on déploie le siège de mitrailleur qui se retourne en même temps pour faire face à la route, grâce au ressort d’un amortisseur situé en-dessous.

La direction est fonctionnelle, avec le volant et un report sur le toit au niveau du gyrophare. La rotation des roues arrières entraîne celle du radar sur le toit, et permet le va-et-vient du sniffer (les deux tubes rouges accolés). Enfin, en tirant sur une glissière dissimulée à l’arrière, on ouvre une trappe qui libère un petit engin télécommandé. Toutes ces fonctionnalités sont très bien intégrées et ne nuisent pas au design général du modèle comme cela peut parfois être le cas, un grand bravo au designer pour cela.

Pour résumer : les collectionneurs fans de la saga Ghostbusters trouveront dans ce set une représentation très convaincante de l’Ecto-1, une des voitures les plus iconiques de la pop-culture. Réussie tant au niveau du design, des fonctionnalités, que de l’expérience de construction proposée, son seul défaut réside dans l’absence criante de minifigs. “Who you gonna call ?” – et bien pas grand monde du coup, et c’est dommage…

Voilà, j’espère que vous aurez trouvé dans cet article de quoi vous faire une opinion sur ce modèle. Vous le trouverez sur le [email protected], à cette adresse. Elle sera disponible dès le 15 Novembre prochain. N’hésitez pas à partager votre point de vue, en intervenant dans les commentaires un peu plus bas !

Merci à LEGO pour la fourniture du set pour cette review. La fourniture d’un set ne garantit en rien une review positive, et tout ce que vous avez pu lire dans cet article est l’expression de ma propre opinion.

S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

14 Commentaires
plus récent
plus ancien Le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Kemosabe

Je la trouve magnifique, les fonctionnalités et gadget sont top, il est vrai que la partie stickers m’a l’air d’être gonflante, peut être est-ce volontaire de la part de Lego afin que chacun puisse mettre ces tâches de rouille où bon lui semble ???
Par contre très déçu pour les minifigs….
Quoi qu’il en soit, superbe review et très belles photos !!!

Cuzion

Merci pour cette grande review! Comme tout le monde ici, je trouve cet set très réussi et je reste perplexe avec ces nombreux autocollants. Je me dis que le set est pour le nouveau film donc pourquoi pas. Même si je n’aime pas les coller, je les mettrai sûrement car cette Ecto-1 est celle de 2021, j’ai la version Ideas et celle du reboot féminin donc avoir cette version en plus avec sa rouille me va aussi. Idem, j’ai déjà les minifigs mais pour ceux les ayant loupés, un petit rappel et l’ajout de nouvelles (Finn a déjà sa version… Lire la suite »

Thomas Lego

Superbe review !
Ta review est très bien faite.
Ce véhicule est très intéressant. Dommage, il n’y a pas de figurine. Le véhicule est bien réalisé. Moi non plus, je n’aime pas trop les autocollants.

GuiK56

Merci pour cette superbe review! Je pense franchement la montée sans ses tâches de rouilles que je trouve loupées, le designer à réussi un beau modèle et le/la graphiste nous rajoute de tâches dégueux… et pas qu’une seule en plus… Toujours pas de chromes… ni de lumières… playmobil arrive à le faire et pas LEGO… certains sets des années 90 avaient son et lumières (et pas un bouton que tu dois laisser appuyer) et là c’est LE set qui méritait quelques leds et cette fameuse sirène si reconnaissable. Même si j’aurai préféré une version des premiers films avec des minifigs,… Lire la suite »

Le Tonyz

Merci pour ta review en détail ! J’étais déjà conquis par les premiers visuels officiels, et de voir la qualité de construction et des détails, l’Ecto-1 va vite se retrouver sous le sapin de Noël ! J’aurais préféré le véhicule dans sa version du premier opus de 1984, et donc avoir aussi les minifigs et l’absence de rouille. Heureuseument j’ai aussi la version Ideas et je me passerai également de coller les trop nombreux stickers de rouille. Dommage aussi pour les plaques qui étaient tampographiées dans les petites versions… J’espère que le nouveau film permettra de ressortir de nouveaux sets… Lire la suite »

Elvis

Encore une grosse review ! Merci 😉
Très belle réalisation que cette Ecto
Comme Disneybrick, je ne mettrai surement pas ces autocollants de “rouille” pas franchement terrible…
Pour les minifigs je suis moins déçu que vous car je les ai via la 1ère version et le QG 🙂

Elvis

On est bien d’accord…

Disneybrick

Chouette review que j’ai un peu lu en diagonal histoire de ne pas me spoiler tout le montage ;). Pour le coup je m’attendais à un set purement décoratif, lego à pensé à inclure de nombreuses fonctionnalités qui aiguayent un peu le set et c’est une très bonne chose. Dommage pour le nombre de stickers (je vais me dispenser des taches de rouilles perso) et dommage pour les figurines qui auraient été un argument supplémentaire pour acheter le set. J’attend de voir les customs qui seront fait de ce set, avec un jeu de led et quelques moteurs il y… Lire la suite »

Julien

Belle revue bien détaillée.
Dommage pour les minifigs absentes et le trop grand nombre de stickers mais ça n’empêchera pas les collectionneurs et Afols de se l’approprier…
Tout le reste est top je trouve, bravo au designer.