En ce jour de sortie de la grosse nouveauté du moment, le set 75978 Diagon Alley (5544 pièces – 399,99 €) petit détour par une gamme d’un calibre nettement plus réduit, qu’il s’agisse du nombre de pièces ou du prix que LEGO en demande : les têtes au carré de la gamme LEGO BrickHeadz.

Universal Monsters est une série de films d’horreur et de science-fiction produits par la société américaine Universal Pictures entre 1923 et 1960. Et le petit set dont je vais vous parler aujourd’hui nous propose une reproduction de l’un des monstres de ces films : découvrons ensemble le set 40422 Frankenstein. Sa sortie est prévue pour le 15 Septembre prochain, au prix habituel de 9,99 €.

Informations principales :

Boîte et inventaire

La petite boîte reprend les codes habituels de la gamme LEGO BrickHeadz. Sur l’avant, Frankenstein nous est présenté sans son socle d’exposition, sur un fond orange zébré de quelques éclairs. Il porte le numéro 111 dans la collection des têtes au carré. Sur le côté, un dessin du monstre surplombe le logo Universal Monsters et au dos, le personnage nous est présenté de trois-quarts au-dessus de son socle d’exposition.

A l’intérieur de la boîte, nous trouvons 3 sachets de pièces non numérotés, une plate noire de 6×6 tenons et une notice d’instructions de 36 pages pour 40 étapes de construction. Si l’inventaire du set n’est pas publié à l’heure où j’écris ces lignes, on notera tout de même la présence de certains éléments intéressants dans cette petite boîte :

  • les deux yeux en forme de demi-cercle tampographiés (Flat tile 1×1 1/2 circle)
  • le front tampographié sur une tile 2×4
  • le torse tampographié sur une brick 1x2x2

La construction

Alors que j’arrivais au bout du compte des pièces (108 au total), je me suis immédiatement fait la réflexion : cette construction ne devait pas être compliquée en regard de la relative pauvreté de l’inventaire. Et je ne me suis pas trompé : si vous êtes un adepte de la gamme LEGO BrickHeadz vous retrouverez dans l’assemblage de ce monstre tout ce à quoi LEGO nous a habitué avec cette gamme. Enfin presque.

Nous commençons donc par le torse, sur lequel les deux bras sont fixés sur des briques SNOT et sont composés des 3 éléments habituels, avec des clips en guise de mains. La structure interne de la tête est différente de l’anatomie habituelle des têtes au carré : ici, plutôt que les 12 briques SNOT grises habituelles, il s’agit d’une superposition de plus petites pièces (12 Plate 2X2X2/3 W. 2. Hor. Knob, 4 Brick 1X4 W. 4 Knobs, et 4 Brick 1X2 W. 2 Knobs). Au milieu, on retrouve le “cerveau” rose habituel.

On décore ensuite une à une chacune des faces du visage, avec pour la face les deux superbes yeux en mode “valise”, tampographiés sur des Flat tile 1×1 1/2 circle. Le front est immense et composé pour l’essentiel d’une grande tile tampographiée de pièces métalliques. La frange bien droite est constituée de “dents” (Plate 1X1 M. 1 Lod. Tand). Les deux côtés du visage sont identiques à la symétrie près. On y retrouve l’électrode caractéristique du personnage sous la forme d’un tenon argenté. L’arrière est très simple.

Il ne reste qu’à construire les jambes et le socle d’exposition, et à observer le résultat.

Verdict

Lorsque j’ai ouvert le colis et découvert le personnage, je me suis immédiatement fait une réflexion : quel étrange choix de couleurs ! Le monstre de Frankenstein a en effet plutôt tendance à être représenté avec une peau verte. Puis, à la réflexion, je trouve que cette représentation en noir et blanc est finalement bien choisie, pour rendre un hommage aux films des années 1930.

Je trouve également que le design (que certains qualifieront de caricatural) des BrickHeadz se prête plutôt bien à la représentation de ce type de personnages de fiction. L’immense front du monstre est ici exacerbé, de même que sa coiffure “plate” et sa frange bien régulière. Seul petit regret, les deux round plates qui constituent les électrodes situées dans le cou du personnage sont positionnées un peu haut, au niveau des joues. Même si les BrickHeadz n’ont pas vraiment de cou, il aurait été judicieux de les placer un peu plus bas.

Comme je vous l’expliquais au paragraphe précédent, la construction reste ici très simple. N’espérez pas apprendre de techniques révolutionnaires. Seule la structure interne de la tête est légèrement différente des autres BrickHeadz, mais la conception reste rigoureusement identique : des briques SNOT pour la tête, qu’on vient ensuite “habiller”.

Si je ne connais pas formellement le prix de ce set à l’heure où j’écris ces lignes, je suppose qu’il se situera dans la droite lignée des autres sets de la gamme : 9,99 € pour les BrickHeadz à l’unité. Un prix correct, même si ici l’inventaire est plutôt réduit avec 108 pièces au compteur.

LEGO nous livre donc ici un set rigolo, représentant plutôt bien le célèbre monstre. Au rang des monstres, on pourra l’exposer aux côtés des références 41630 Jack Skellington & Sally, ou encore 41594 Captain Armando Salazar.

Voilà, j’espère que vous aurez trouvé dans cet article de quoi vous faire une opinion sur ce modèle. Vous le trouverez sur le [email protected], à cette adresse. Il sera mis en vente dès le 15 septembre prochain. N’hésitez pas à partager votre point de vue, en intervenant dans les commentaires un peu plus bas !

Merci à LEGO pour la fourniture du set pour cette review. La fourniture d’un set ne garantit en rien une review positive, et tout ce que vous avez pu lire dans cet article est l’expression de ma propre opinion.

S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

6 Commentaires
plus récent
plus ancien Le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Kemosabe

Pas trop fan des brickheadz mais celui-ci pour une petite déco 🎃 pourquoi pas….

Cuzion

Comme d’habitude, je trouve cette gamme majoritairement réussie vu l’esthétisme imposé et pour la créature du Dr. Frankenstein, c’est bien fait.
D’ailleurs sur la boite, il est “juste” écrit Frankenstein (si je vois bien), est-ce qu’il est mentionné quelque part que c’est la créature qui est ici représentée?

Elvis

“It’s alive ! It’s alive !”
😛