Retour aujourd’hui vers la gamme LEGO Star Wars et un playset qui a attiré mon attention dès qu’on a pu en découvrir les premières images. Il nous promet en effet une reconstitution d’un des moments les plus cultes de la saga Star Wars en mettant en scène Luke Skywalker, Dark Vador et l’Empereur Palpatine dans l’Etoile de la Mort. Découvrons ensemble le set 75291 Death Star Final Duel (ou Duel Final sur l’Etoile de la Mort en VF).

Informations principales :

Boîte et inventaire

Sur la face avant de la boîte, Luke Skywalker est aux prises avec son père, sous les yeux de l’Empereur Palpatine qui s’apprête à employer les grands moyens. Deux gardes impériaux sont stationnés devant la porte principale. Au dos, nous découvrons un second visuel du playset dans son ensemble, vu d’un peu plus haut. Quelques vignettes nous précisent les principales fonctionnalités, je reviendrai sur celles-ci un peu plus loin. Enfin, une mention nous précise qu’il est possible, grâce à un code contenu dans la boîte, de débloquer un personnage du jeu vidéo LEGO Star Wars The Skywalker Saga, attendu pour le 2ème trimestre 2021.

A l’intérieur, nous trouvons 7 sachets de pièces numérotés de 1 à 6, une plate grise, une notice d’instructions de 140 pages pour 258 étapes de construction et une planche de 12 autocollants.

On notera assez peu d’éléments rares dans l’inventaire, je les ai résumés dans le tableau ci-dessous.

nombreimagenomcouleurnombre de sets
2Brick With Bow 1X5X4 Inv.light bluish gray1
2Plate 4X4, W/ Archdark red1
3Cockpit DiA. 47.7, W/ Shaft, No. 3trans black3
2Flat Tile 1X2, No. 276dark bluish gray3

Les minifigs

Avec “seulement” 5 minifigs dans une boîte vendue plus de 100 €, LEGO n’a pas été spécialement généreux avec ce set. Néanmoins, difficile d’en ajouter d’autres : les différents protagonistes de cette scène culte sont bel et bien présents.

Luke Skywalker est identique à la version de 2015 de ce set, sorti sous la référence 75093 Death Star Final Duel. Sa tenue noire a déjà été vue à plusieurs reprises. Simple dans la réalisation, elle n’en reste pas moins ficèle à la tenue portée par le personnage à cet instant du film.

Dark Vador apparaît ici dans une nouvelle tenue, que l’on retrouve également dans le set en édition limitée 75294 Bespin Duel. La tampographie est fine et précise, jusque sur les bras aux reflets argentés. On retrouve le casque en deux parties utilisé en 2015 – jolie manière pour les fans de reproduire l’instant où Luke découvre le visage de son père.

L’Empereur Palpatine est plus commun dans sa réalisation, avec un torse et une tête déjà vus dans cinq références. La tampographie est ici aussi bien réalisée, et particulièrement au niveau du visage avec les rides du personnage et le sourire narquois qu’il arbore lorsqu’il s’en prend à Luke. On remarquera ici l’utilisation de la nouvelle capuche introduite en 2019 dans le set 75256 Kylo Ren’s Shuttle.

Enfin, nous trouvons deux gardes impériaux dans leur tenue rouge. Le casque est un vieil élément, qu’on retrouve dans une dizaine de sets depuis 2001. Le torse est plus récent (2014) et n’apparaît que dans cinq références. C’est simple, mais il n’y avait certainement pas mieux à faire. La cape est double-face : rouge d’un côté, dark red de l’autre.

La construction

Avec le 1er sachet de pièces, nous commençons la construction par la partie centrale du modèle. De chaque côté, une charnière recevra par la suite sa portion de décor. Des rails sont disposés à l’intérieur de cette base. On y glisse le cheminement menant à l’escalier, qu’on bloque au-dessous par une plate afin qu’il ne soit pas possible de le sortir complètement de son logement. Tous ces petits mécanismes permettront au set de se “replier” et d’occuper ainsi une surface nettement plus compacte.

Nous restons sur cette partie centrale avec le deuxième sachet de pièces. On commence par construire les deux supports qui recevront plus tard le trône de l’Empereur. Puis nous nous occupons du mécanisme qui, à l’aide d’un petit levier, permettra de faire sauter deux marches de l’escalier. Escalier que nous ajoutons juste après : il s’agit d’un escalier “standard”, surmonté de sous-assemblages plus larges. Les deux marches du milieu sont légèrement différentes dans leur conception : elles doivent pouvoir sauter facilement. Le support de la partie centrale du modèle est également construit dans cette étape et est conçu de manière à pouvoir se retirer facilement, pour accéder à l’espace situé en dessous.

Avec le troisième sachet de pièces, nous attaquons le “module” situé à droite. Sur la base, on assemble un “tremplin” (articulé sur deux pins) qui permet d’envoyer voltiger une minifig et ainsi simuler un “saut de Force”. Nous construisons ensuite deux pylônes qui supportent le hublot, joliment tampographié. On attache notre module à la partie centrale, avant de construire la seconde fonctionnalité qu’il embarque : une passerelle instable, qu’il est possible de faire tomber en poussant sur la colonne qui le retient. Celle-ci est en effet seulement posée sur un “anti-tenon”.

Nous passons alors logiquement au deuxième module, qui pour sa part reproduit le réacteur de l’Etoile de la Mort. La forme de sa base est similaire à celle du premier module. Au-dessus, nous construisons un tube constitué de 4 quarts de cylindre, à l’intérieur desquels on vient appliquer quelques autocollants. Ils ne sont d’ailleurs pas spécialement faciles à coller, étant donnée la forme convexe de la chose. Et ils ne sont pas non plus très visibles, d’ailleurs. On assemble ensuite une base octogonale avec le hublot et quelques rambardes, qu’on fixe au-dessus de notre cylindre, ce qui achève cette quatrième étape.

Nous continuons l’assemblage avec la partie centrale. Au milieu, une turntable reçoit le trône de l’Empereur. Sur les deux côtés, articulés grâce à des charnières, on retrouve deux sous-ensembles avec des écrans de contrôle qui font appel à quelques “techniques” SNOT intéressantes. Enfin, derrière le trône, nous retrouvons un hublot similaire aux deux autres précédemment assembles.

Nous ouvrons alors le dernier sachet de pièces, qui commence avec un peu de déco’ de part et d’autre du trône. On ajoute ensuite au niveau de l’entrée deux pylônes. Nous construisons alors un sous-ensemble au sol couleur dark red et comportant, lui aussi, deux pylônes et une arche. On fixe ce sous-ensemble au reste de la construction avec deux pins Technic, avant de construire deux portes coulissantes qui s’insèrent entre les pylônes. On termine l’ensemble avec quelques petits détails, et notre construction est achevée.

Verdict

Plus qu’un ensemble créé pour les collectionneurs, ce set est clairement un playset destiné aux plus jeunes, tant il intègre de fonctionnalités : la passerelle qui s’écroule, le “saut de Force”, le réacteur pour y jeter l’Empereur… bref, il y a de quoi s’amuser et à ce titre c’est plutôt réussi.

On appréciera également la possibilité de replier complètement l’ensemble, ce qui permettra de le ranger sans prendre trop de place. Tout est prévu, jusqu’aux clips qui permettent de maintenir l’ensemble fermé.

C’est en revanche plus approximatif en termes de design même si le designer a fait l’effort d’intégrer quelques références qui devraient “parler” aux fans. L’arrière du modèle est malheureusement négligé, on évitera donc de l’exposer dans ce sens.

Les minifigs sont de très bonne facture. Elles sont par contre peu nombreuses : cinq, dont deux identiques, dans une boîte proposée à un prix dépassant la centaine d’euros. C’est un mal pour un bien : plutôt que d’avoir des minifigs n’ayant rien à voir avec la scène représentée, ici chacun des personnages trouvera sa place. J’ai une préférence personnelle pour la minifig de Dark Vador, avec son casque en deux parties et son visage tampographié des deux côtés – c’est superbement réalisé.

Les deux heures de construction sont globalement intéressantes avec quelques “techniques” bien senties, notamment dans la réalisation de la passerelle ou des portes coulissantes. Si ce n’est pas à proprement parler révolutionnaire, on ne s’ennuiera pas et c’est bien là l’essentiel. Seul point noir, les quelques autocollants à appliquer à l’intérieur du réacteur, pas spécialement faciles à coller – et peu visibles une fois la construction terminée.

Avec 775 pièces pour 109,99 €, ce set est un digne représentant de la gamme LEGO Star Wars et de ses prix souvent trop élevés. Notre set ne fera malheureusement pas exception à la règle, et ce ne sont pas les quelques pièces “rares” ou les cinq minifigs qui expliqueront un tel positionnement tarifaire.

En bref, LEGO nous propose ici surtout un bon playset destiné aux plus jeunes, qu’on attendra de trouver à un prix plus abordable chez les revendeurs habituels. Il est relativement similaire à son prédécesseur de 2015 (réf. 75093 Death Star Final Duel). Si vous ne possédez pas ce dernier, cette nouveauté est un bon moyen de recréer quelques unes des scènes les plus cultes de la saga Star Wars.

Voilà, j’espère que vous aurez trouvé dans cet article de quoi vous faire une opinion sur ce modèle. Vous le trouverez sur le [email protected], à cette adresse ou encore chez Amazon ou à la FNAC. N’hésitez pas à partager votre point de vue, en intervenant dans les commentaires un peu plus bas !

Merci à LEGO pour la fourniture du set pour cette review. La fourniture d’un set ne garantit en rien une review positive, et tout ce que vous avez pu lire dans cet article est l’expression de ma propre opinion.

RÉSULTATS
Design
Expérience de construction
Jouabilité
Minifigs
Bonne affaire
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

3 Commentaires
plus récent
plus ancien Le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Weevy

Scène culte avec des personnages essentiels ! Si on fait abstraction du prix et qu’il s’agit d’une réédition, il s’agit pour moi d’un “must have” pour tout fan de star wars.

Elvis

Le prix est clairement un frein.
Trop facile le prétexte de Lego concernant la franchise Star Wars, surtout quand le set ne contient pas vraiment d’éléments rares.

Weevy

Complètement d’accord et encore plus quand il s’agit d’une réédition presque à l’identique. D’ailleurs on trouve encore des boites scellées du set précèdent à des prix inférieurs.