J’apprécie la gamme LEGO Speed Champions pour plusieurs raisons, la principale étant qu’elle nous propose une jolie collection de véhicules très variés pour un budget qu’on pourrait qualifier de “raisonnable”. Je vous propose de continuer notre tour d’horizon des nouveautés du 1er Juin 2021 avec un set nous proposant deux véhicules issus d’époques très différentes avec la référence 76903 Chevrolet Corvette C8.R Race Car and 1968 Chevrolet Corvette (oui, tout ça !).

Informations principales :

  • numéro de set : 76903
  • année de sortie : 2021
  • nombre de pièces : 512
  • prix sur le [email protected] : 39,99 €
  • nombre d’étapes de construction : 84 pour la Chevrolet Corvette C8.R Race Car et 77 pour la 1968 Chevrolet Corvette
  • temps de construction : 1 heure 30
  • difficulté : moyenne

Boîte et inventaire

À l’avant de la boîte, les deux voitures semblent être en pleine course sur un circuit – même s’il est peu probable que la voiture de 1968 soit capable de rivaliser avec celle de 2020. On découvre l’arrière des 2 bolides au dos de la boîte, deux vignettes de détails, et deux autres avec les photos des véritables voitures.

À l’intérieur, on trouve 4 sachets de pièces numérotés. Les deux premiers serviront à construire la Chevrolet C8.R, et les deux suivants la version Stinger de 1968. Nous avons également deux notices d’instructions (84 et 76 pages), et deux planches d’autocollants (avec 31 et 18 stickers). S’ils sont “pleins” pour la voiture de course moderne, ils sont transparents pour la Corvette de 1968. Avec 31 stickers à appliquer sur la C8.R, on a ici vraiment l’impression de voir la voiture “à plat” sur la planche d’autocollants.

Hormis les minifigs que j’évoque juste en dessous, on remarquera certains éléments rares dans l’inventaire de ce set. Je les ai résumés dans le tableau ci-dessous.

nombre image nom couleur nombre de sets
2 FLAT TILE 1X2, NO. 317 dark bluish gray 1
4 SATELLITE DISH, DIA. 16, NO. 15 light bluish gray 1
4 MUDGUARD 2X4X2, NO. 1 dark red 1
1 WINDSCREEN 6X6X1, 1/3, NO. 4 trans brown 1
3 TILE 2X6 dark red 2
2 ANGULAR PLATE 1.5 BOT. 1X2 2/2 dark red 2
1 HUB CAP, DIA. 17.7, NO. 1 noir 3

Les minifigs

LEGO nous livre ici deux minifigs, une pour chaque voiture. Et pour respecter la parité, nous avons droit à une femme et un homme. On appréciera comme toujours que LEGO nous propose une chevelure alternative en plus des deux casques. Même si celle-ci empêche la pilote de correctement prendre place au volant de la Corvette de 1968.

La tenue portée par la femme est plutôt cohérente avec le véhicule qu’elle conduit : une veste en cuir noir “Perfecto” au-dessus d’un tee-shirt blanc aux couleurs de la marque automobile. Et on imagine que le pantalon bleu qu’elle porte n’est rien d’autre qu’un blue jean.

La tampographie du tee-shirt blanc sur le torse noir est un peu terne, comme d’habitude – mais c’est moins gênant pour ce premier personnage que pour le pilote de la C8.R. L’effet “combinaison” voulu entre les jambes tampographiées et le torse est ici un peu ruiné par la différence de teinte flagrante entre les deux éléments. Cela mis à part, la tampographie du second pilote est fine et les détails sont intéressants mais malheureusement, on ne pourra pas dire que cette seconde minifig soit réussie pour autant.

La construction

Chevrolet Corvette C8.R Race Car

Sur le châssis de 6×12 tenons, on commence par ajouter les 2 essieux avant de s’intéresser plus particulièrement à l’arrière de la voiture. On assemble un micro moteur factice, puis la lunette arrière dont l’angle est trouvé grâce à des pins Technic. On ajoute deux dossiers dans l’habitacle, puis les entrées d’air avec deux slopes tronquées en vis à vis. Nous terminons cette partie avec quelques slopes et tiles pour masquer les tenons, avant une grosse étape d’application de stickers.

Nous attaquons le deuxième sachet de pièces en nous occupant de l’habitacle. Les deux côtés sont constitués de brackets et recevront l’habillage extérieur. On aménage sommairement l’intérieur avec un petit tableau de bord et un volant. On habille les deux côtés de pièces lisses couvertes d’autocollants (remarquez ici l’utilisation des boucliers Nexo Knights), puis on s’intéresse à l’avant de la voiture.

La conception du bouclier est intéressante avec 3 sous-assemblages, qui ne reproduisent malheureusement pas la forme “pointue” caractéristique des Corvette. Nous décorons les bas de caisse avec de grands autocollants, puis nous ajoutons le pare-brise / toit et les petits rétroviseurs. On termine la construction avec un sous-assemblage intéressant à l’arrière, même si les phares auraient mérité une solution brick built. Ne manque que l’aileron fixé sur des clips, et les 4 roues avec leurs pneus taille basse.

1968 Chevrolet Corvette

On attaque la seconde voiture de la même manière que la première : en fixant les essieux au châssis. On habille les bas de caisse de quelques slopes, puis on s’intéresse à l’arrière de la machine. La conception est ici très intéressante et fait appel à des PLATE 1X1 ROUND W/ HORIZONTAL 3.2 SHAFT pour obtenir le décalage désiré. Deux tiles grises viennent s’inscrire dans la structure pour constituer le pare-choc chromé caractéristique de la voiture.

Deux petits sous-assemblages fixés sur des briques SNOT sont ajoutés pour les feux arrières, et c’est plutôt convaincant. On termine l’arrière en le “pavant” de tiles – c’est un peu plat mais pour le coup, c’est presque cohérent avec le véhicule d’origine. On assemble un petit tableau de bord, puis on se lance dans le 4ème et dernier sachet de pièces. (et oui, j’avais oublié une petite pièce au niveau des feux sur la première photo ci-dessous – oubli corrigé sur la photo suivante)

Nous terminons l’arrière de la voiture avec deux slopes et une brique transparente en guise de lunette arrière. Côté intérieur, on ajoute les dossiers des sièges et les appuie-têtes. On achève les deux côtés avec quelques slopes bardées d’autocollants, puis on continue avec l’avant. La conception du capot est simple : quelques plates et tiles superposées.

Le bouclier est nettement plus intéressant et est décomposé en deux éléments : un premier sous-assemblage fixé sur des éléments SNOT en partie basse, et un second solidaire du capot reproduisant la forme pointue caractéristique de la voiture. On achève la construction avec quelques slopes, le pare-brise et les 4 roues. Observez ici les superbes dishs tampographiés en guise de jantes.

Verdict

Pour juger de la qualité du design, je vous propose ci-dessous un petit comparatif entre les modèles LEGO et leurs homologues réels. Avec pour commencer la Chevrolet Corvette “Stinger” de 1968 – même si je n’ai pas réussi à trouver une photo avec les bonnes jantes 🤔

Et globalement, je trouve que le designer s’en tire honorablement pour cette première voiture. Les proportions sont globalement justes, les jantes sont très sympas et la couleur dark red est bien choisie. On appréciera également les feux brick built et l’inclusion de pièces grises pour reproduire les pare-chocs chromés, il aurait été bien que ce soit également le cas des bas de caisse dont les chromes sont ici repris par des autocollants un peu grossiers. Mais mon principal regret reste ici l’utilisation d’un pare-brise standard dont la jonction avec le capot est plus que douteuse.

Place maintenant à la Chevrolet C8.R Race Car, et c’est là que ça se gâte quelque peu.

La faute en partie à la limitation imposée par le format et les éléments LEGO existants. Les tenons apparents sur le capot sont particulièrement moches, et l’ensemble est beaucoup trop anguleux par rapport au modèle de référence. Le pare-brise utilisé est identique à celui retrouvé dans bon nombre de sets de la gamme LEGO Speed Champions et n’est pas spécialement adapté. Et j’aurais aimé retrouver la “pointe” caractéristique de la forme du capot des Corvette – qui est d’ailleurs reproduit sur le modèle de 1968.

Tout n’est pas à jeter, et heureusement. L’introduction des nouvelles roues avec pneus taille basse intégrés est une des très bonnes idées de ce cru 2021 de la gamme LEGO Speed Champions. La manière de réaliser les entrées d’air est également intéressante, à base de slopes tronquées disposées en vis-à-vis. On appréciera également l’effort d’intégrer des rétroviseurs, le petit moteur factice visible sous la lunette arrière et le profil “rasant” de la voiture, plutôt bien rendu même si les grands autocollants des bas de caisse ne font pas illusion.

Contrairement à ce que j’aurais pensé au premier abord, j’ai trouvé la Corvette “Stinger” de 1968 plus intéressante à construire que son homologue moderne. C’est d’ailleurs assez récurrent dans cette gamme : le format contraint des voitures oblige les designers à rivaliser d’ingéniosité dans la conception des véhicules. La Corvette C8.R n’est pas inintéressante pour autant, mais reste un peu plus classique.

La construction rime parfois presque avec le modélisme. Plutôt que d’appliquer les autocollants une étape sur deux, LEGO a regroupé les phases d’application dans des étapes dédiées. Ce n’est pas une mauvaise idée en soi : la construction est moins “hachée”, et l’alignement des stickers entre eux est plus facile. J’aurais en revanche aimé que LEGO fasse au moins l’effort de tampographier l’emblème de la marque sur le capot de la voiture.

Si les autocollants transparents évitent les différences de teinte avec les pièces qu’ils recouvrent, ils posent un autre problème : on y aperçoit les traces de colle au travers. Et, si vous n’avez pas été précautionneux, les traces de doigts… Pour les autocollants “pleins” utilisés pour la C8.R, la différence de teinte entre les autocollants et les pièces est malheureusement plutôt visible. Surtout sur le capot de la voiture, asymétrique, où un côté est couvert et l’autre non. Et plutôt que de nous proposer des autocollants pour les optiques, il y avait certainement des solutions plus élégantes à base d’éléments LEGO…

Je vous le disais dans le chapitre qui leur est dédié : les minifigs sont malheureusement loin d’être à la hauteur de ce qu’une marque comme LEGO devrait pouvoir nous proposer. La faute à une tampographie trop terne des couleurs claires sur des pièces foncées. Dommage, car la combinaison du pilote aurait pu être très sympa dans le cas contraire. La pilote de la Corvette de 1968 est à mon avis plus intéressante malgré ce même défaut, avec un joli blouson de cuir.

Je terminerai comme d’habitude mon test avec une considération “financière”. Si ce set est proposé pour 29,99 $ outre-Atlantique, il faudra bien s’acquitter du prix “habituel” d’une vingtaine d’euros par voiture ici avec un tarif européen fixé à 39,99 €. Tarif qui reste malgré tout plutôt raisonnable étant donné l’inventaire de 512 pièces dont des éléments intéressants comme les pièces couleur dark red ou les jantes tampographiées.

Voilà, j’espère que vous aurez trouvé dans cet article de quoi vous faire une opinion sur ce modèle. Vous le trouverez sur le [email protected], à cette adresse, ou encore chez Amazon ou à la Fnac. N’hésitez pas à partager votre point de vue, en intervenant dans les commentaires un peu plus bas !

Merci à LEGO pour la fourniture du set pour cette review. La fourniture d’un set ne garantit en rien une review positive, et tout ce que vous avez pu lire dans cet article est l’expression de ma propre opinion.

S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

11 Commentaires
plus récent
plus ancien Le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Cuzion

Merci pour cette review.
On arrive effectivement aux limites du concept avec la version moderne de la Corvette sans non plus être catastrophique. J’aime beaucoup celle de 68 qui propose une interprétation honnête.
Quant à la minifig masculine, le choix de couleur jaune étant aussi celle de “peau” des minifigs, on dirait qu’il lui manque la moitié des fringues. Pour le torse, qu’est-ce que ce grisou est crado …

Julien

Je l’ai monté hier, et j’ai bien aimé. Comme tu le disais, la fig pilote est vraiment dégueulasse avec sa tampographie bas de gamme. Pour la fille de la corvette 68 ça passe car il n’y a pas de liaison blanche sur sont pantalon donc on y fait pas forcément attention. La corvette moderne se heurte aux limites des briques carrées pour une voiture ultra profilée et on ne reviendra pas sur la verrière générique, bien que le fait qu’elle soit tampographiée est quand même un plus. La corvette 68 a pour moi 2 défauts : Le pare brise qui… Lire la suite »

Le Tonyz

Merci pour ta review, c’est presque dommage de ne pas voir vendu la Corvette de 68 seule, elle est vraiment réussie, juste le toit un peu trop carré, et j’aime son choix de couleur. Je suis un peu moins enthousiaste pour l’autre, entre le grand nombre d’autocollants et sa minifigs un peu moins réussie.

nyko

hello all,

question qu n’a rien à voir ,à t’ont des rumeurs sur les nouveaux sets 2022 que lego compte sortir ??

nyko

ok , merci 🙂

Thomas Lego

Merci pour cette revue Speed Champions !

Il y a deux beaux véhicule dans cet ensemble ! Je ne sais pas si je vais acheter ce set, mais ce n’est pas impossible !
Les véhicules sont superbes et en plus tu les mets bien en valeur !
Il est vrai que LEGO aurait pu faire un effort pour les figurines !

Elvis

Merci pour cette nouvelle review dans la gamme Speed Champions.
Les deux modèles sont sympas et viendront probablement compléter ma collection.
Concernant la combinaison du pilote, il semble d’accord avec toi vu la tête qu’il tire 😁

Kiltoli

J’ai tellement l’impression que la figurine masculine est en slip…. haha