C’est parti pour la review d’un autre des mini-bolides de la gamme Speed Champions, avec la voiture ayant concouru aux 24H du Mans (et les a même gagnées à 3 reprises : 2012, 2013 et 2014) : 75872 Audi R18 e-tron quattro !

Informations principales :

Un peu de culture pour commencer, avec l’introduction de l’article Wikipedia qui lui est dédié :

L’Audi R18 e-tron quattro (désormais Audi R18) est une voiture d’endurance automobile, issue de l’Audi R18 TDI, appartenant à la catégorie des Sport-prototypes et courant en championnat du monde d’endurance FIA en catégorie LMP1. Si les deux voitures peuvent sembler identique, la R18 e-tron quattro est rallongée d’une dizaine de centimètres, et accueille pour la première fois sur une Audi d’endurance, un système hybride.

Et une petite photo du bolide original, à titre de comparaison :

La boîte et son contenu

Les dimensions de la boîte sont celles qu’on a l’habitude de retrouver dans cette gamme. On retrouve sur l’avant le modèle construit, et le logo Audi, que l’on retrouve également sur l’arrière, accompagné de 3 photos du modèle, et d’une de la voiture originale. A l’intérieur, une planche de 32 (!) stickers, 4 sachets non numérotés, un flexible en light bluish gray et la notice d’instructions.

La seule pièce notable de la boîte, ce Trans-Black Windscreen 6 x 4 x 1 Curved, avec le nom de la voiture et le haut argenté.

La minifig

C’est le pilote de la voiture que nous retrouvons dans ce set, qui peut faire office de mécanicien également avec la clé plate qui lui est fournie. Un torse assez simple avec le logo Audi et le nom de la voiture, avec un second logo dans le dos, un pantalon blanc monochrome, un seul visage et un casque noir sans motifs qui vient compléter l’ensemble, rien d’exceptionnel donc pour cette minifig.

La construction

On commence par assembler ce qui semble faire l’office d’un “distributeur” de carburant, avec une petite jauge tampographiée.

On assemble ensuite logiquement la voiture. On commence par le châssis, puis l’avant et l’arrirèe de véhicule (bardés de stickers), avant de s’attaquer à la partie centrale contenant le moteur et l’aileron. Les courbes, les petites poignées de porte, le cockpit qui fait son petit effet sont dans l’ensemble bien réussis, mais l’assemblage est “entaché” par l’application de la myriade de stickers, parfois difficiles à centrer, et dont le blanc tranche avec celui des pièces LEGO ce qui est plutôt gênant.

Le modèle complet

Il faut être honnête, le modèle final est plutôt bien réussi, et la construction est intéressante comme à chaque fois avec ces petits modèles de voitures. Cependant, et comme d’habitude (malheureusement) avec cette gamme, la quantité de stickers à coller est vraiment trop importante (32…). La minifig est, quant à elle, plutôt quelconque. Un bilan en demi-teinte, donc.

Pour la retrouver sur le [email protected], ça se passe à cette adresse.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.