Le set 76139 1989 Batmobile est, pour moi, le set de l’année 2019. Presque parfait à tous points de vue, c’est même assurément l’une des (la ?) pièces maîtresses de ma collection. Vous l’aurez donc compris : mes attentes sont grandes à l’ouverture de la boîte que je vais vous présenter aujourd’hui. Le set 76161 1989 Batwing est sorti en fin d’année dernière et, tout comme sa grande soeur sur roues, il nous propose l’engin piloté par Batman dans les films de Tim Burton. Je vous propose donc de le découvrir.

Informations principales :

  • numéro de set : 76161
  • année de sortie : 2020
  • nombre de pièces : 2363
  • prix sur le [email protected] : 199,99 €
  • nombre d’étapes de construction : 547 (+31 pour le support, et 8 pour le socle des minifigs)
  • temps de construction :  6 heures
  • difficulté : difficile

Boîte et inventaire

La boîte reprend la livrée noire à laquelle LEGO nous a habitués pour les sets destinés à un public adulte. Et pour le coup, c’est plutôt adapté. Un vernis sélectif fait ressortir le Batwing sur la face avant de la boîte, où il nous est présenté vu de dessus. Au dos, il est présenté à plat, toujours à l’aide d’un vernis sélectif sur fond noir du plus bel effet. Une vignette nous précise les dimensions de l’engin sur son support (50cm de long par 23cm de haut), une autre nous dit que le Batwing peut être accroché au mur, et une troisième nous présente les minifigs livrées avec.

Dans la boîte, nous trouvons 22 sachets numérotés de 1 à 13, et 3 sachets non numérotés. Notez que LEGO a eu la bonne idée de mettre les grandes pièces transparentes dans un sachet séparé – c’est beaucoup mieux pour éviter les rayures. On trouve également une notice d’instructions de 364 pages pour 547 étapes de construction. Elle commence par quelques pages relatives à la genèse du modèle plutôt intéressante. Enfin, on trouve également une planche de 11 autocollants. La plupart étant destinés à être collés à l’intérieur de l’engin.

Malgré ses 2363 pièces, le modèle contient finalement assez peu d’éléments rares. Je les ai résumés dans le tableau ci-dessous.

nombreimagenomcouleurnombre de sets
1WALL ELEMENT CONE 3X6X6noir1
1CONE, HALF 8X4X6trans black1
4PLATE 2X6, W/1.5 PLATE 1X6, UPWARDSnoir2
2BRICK 2X8,OUTSIDE BOW,W/ CUT OUT,NO. 1noir3
2COLUMN Ø7,84noir3

Les minifigs

Batman est livré dans une version identique à celle trouvée dans le set 76139 1989 Batmobile. On pouvait s’en douter, les deux sets étant inspirés du même film. Mais il aurait pu être intéressant d’obtenir une version légèrement différente avec, par exemple, une nouvelle version de la cape / cagoule. Il n’en reste pas moins que cette minifig est absolument sublime avec cette cape rigide volant au vent, et ses deux textures différentes au niveau de la cape en elle-même et du masque. Le torse est également très joliment détaillé, et les jambes restent monochromes. Le visage en lui-même est assez “classique” mais de toute façon, on ne le voit pas.

Le Joker est pour sa part livré dans une version exclusive à ce set, dans sa tenue de mime. C’est assurément la plus belle minifig des trois, tout en noir et blanc à l’exception d’une touche de rouge au niveau des lèvres. Le pantalon est tampographié jusqu’au bout des pieds, et le Joker porte une veste “queue-de-pie” représentée dans sa partie basse par une pièce souple fixée entre le torse et les jambes. Le torse est également superbe avec un gilet sous la veste noire, une lavallière au cou et une rose blanche à la boutonnière. On regrettera comme d’habitude les blancs trop ternes lorsqu’ils sont tampogaphiés sur un fond foncé. C’est dommage – ç’aurait été du grand art.

La dernière minifig est celle de Lawrence, le boombox goon du Joker. Les traits caractéristiques du personnage sont bien reproduits à commencer par la tête, avec le crâne rasé, les lunettes de soleil et la grande moustache. La veste violette est intéressante : on y retrouve le “badge” avec un dessin du Joker, le col en fourrure et les dés au niveau du col. L’un des bras est tampographié avec 3 cartes à jouer.

La construction

Comme on pouvait s’y attendre vue la taille de l’engin, la construction commence par l’assemblage d’une structure réalisée à grands renforts de pièces Technic. Dès cette première étape, on commence à se rendre compte de la future taille de la machine. Remarquez ici les deux modes de fixation : le cadre bleu représente le centre de gravité sur lequel poser la machine sur son support d’exposition (comme dans le set 76139 1989 Batmobile). Juste au-dessus, on retrouve l’attache vue dans les sets de la gamme LEGO Art, qui permet de fixer les tableaux (et en l’occurrence ici le Batwing) au mur.

Avec le sachet portant le numéro 2, nous nous occupons de la partie inférieure du Batwing. On retourne la structure Technic assemblée à l’étape précédente et on la “pave” de plates de différentes formes et tailles. On ajoute également quelques brackets sur les côtés.

Nous nous occupons ensuite de la partie supérieure. On commence par “remplir” les cadres Technic avec des briques colorées, avant de recouvrir l’ensemble de plates et tiles noires et grises. Entre le “corps” et les ailes, on dispose des brackets sur la tranche qu’on finit par couvrir d’une grande plate afin de solidariser l’ensemble.

Dans l’étape suivante, nous allons commencer à “affiner” la forme du Batwing en construisant différents sous-ensembles. 4 viennent se fixer entre le “corps” et les ailes, et deux autres viennent prolonger la partie avant des ailes (en bas sur la dernière photo).

Nous nous occupons alors de la tranche des ailes, et pour cela nous commençons par un grand sous-assemblage dont les éléments sont assemblés entre eux à l’aide de double charnières pour assurer une meilleure rigidité. Côté intérieur, on trouve différents dispositifs de fixation à la structure du Batwing : des élastiques, un clip ou encore une tige de plate 1×1 round w/ horizontal 3.2 shaft venant s’enficher dans le trou d’une angular brick 1×1. Cet assemblage est plutôt ingénieux et permet de donner à l’aile gauche sa forme (presque) définitive.

On reproduit dans l’étape suivante les étapes vues juste au-dessus pour constituer la tranche de l’aile droite de l’engin.

Nous continuons notre construction en commençant par l’aile gauche que nous décorons de tiles et de grilles. On passe alors sur la partie centrale où l’on ajoute les premiers éléments du cockpit (et les premiers stickers) ainsi que la queue de l’engin. Les deux ailes, à proximité immédiate du cockpit, sont alors décorées de quelques éléments avant de reproduire sur l’aile droite le schéma réalisé sur l’aile gauche un peu plus tôt.

Dans l’étape suivante, nous construisons deux sous-ensembles composés de wedges superposées, avec un écart d’une plate d’épaisseur. On les fixe à l’arrière de la machine pour en élargir la queue. Nous travaillons ensuite la partie avant du cockpit dont la forme triangulaire commence à prendre forme. Nous installons également sur les côtés de ce cockpit des slopes arrondies et des quarts de dôme qui viennent adoucir la silhouette.

On assemble ensuite deux grands sous-ensembles essentiellement composés de briques SNOT surmontés d’une aile fixée sur des charnières. Ces sous-ensembles prennent place au dessous du Batwing. Deux autres petits ensembles ovoïdes viennent se fixer sous les ailes, servant de support (ou de train d’atterrissage) à la machine lorsqu’elle est posée sur une surface plane.

Nous travaillons alors sur l’avant de la machine avec la construction de quatre sous-ensembles reproduisant les deux mandibules situées à cet endroit. 6 grandes slopes viennent compléter l’espace entre ces deux pointes.

Dans l’étape suivante nous allons essentiellement nous concentrer sur le cockpit, avec quelques poignées mais surtout le grand fauteuil gris dont le dos est articulé sur des clips. On note également quelques écrans et témoins lumineux représentés sur des stickers. On complète ensuite la queue de l’appareil pour lui donner sa forme (presque) définitive, puis on ajoute les grands volets gris sur les ailes, fixés sur des clips.

Nous continuons notre construction en assemblant les deux canons situés sur les côtés du cockpit, et leur aspect est plutôt convaincant. On les fixe sur des hinges. On construit alors les deux “ailes” supérieures. Il s’agit d’un assemblage assez simple de slopes et plates noires. On complète les côtés du cockpit avec deux lance-missiles puis on ajoute un grand demi-dôme noir à l’arrière de celui-ci. La verrière est assemblée à part, et est constituée pour l’essentiel de pièces couleur trans black superposées. Le fait de les avoir conditionnées dans un sachet séparé n’a pas empêché les rayures, malheureusement. Cette verrière est simplement posée sur le Batwing.

Il ne manque alors qu’un seul élément pour exposer dignement notre Batwing : son support d’exposition. Il se compose pour l’essentiel de pièces Technic mais n’en reste pas moins sobre et réussi. On y fixe la grande tile type “UCS” avec quelques infos sur l’engin, avec ce grand autocollant toujours difficile à appliquer correctement. On assemble enfin un support pour exposer les minifigs, identique à celui trouvé dans le set 76139 1989 Batmobile avec ses deux gargouilles et son pan de mur. La notice d’instructions se termine avec quelques instructions concernant la fixation du Batwing au mur, si on préfère faire ainsi.

Verdict

Ce qui “choque” au premier abord, c’est la taille imposante de l’engin. Avec ses 58cm d’envergure, il est même plus large que l’énorme set 75192 Millennium Falcon ! Pour une raison assez simple : l’engin a été réalisé à la même échelle que le set 76139 1989 Batmobile. Ils disposent d’ailleurs d’éléments communs, le plus remarquable étant le fauteuil du pilote identique dans les deux engins.

Les proportions sont globalement bonnes, certains jugeront peut-être que le Batwing est un peu plat. À titre personnel je ne trouve pas cela gênant, cela lui apporte même un aspect un peu plus agressif que son alter-ego cinématographique. Le seul “vrai” défaut selon moi reste la forme de la verrière, bien trop cylindrique. La création d’une pièce spéciale pour lui donner une forme bombée aurait peut-être été une bonne idée. On remarquera également les ‘découpes’ du bord d’attaque des ailes mais il était compliqué de faire beaucoup mieux pour reproduire l’arrondi.

En termes de détails, comme on pouvait s’y attendre, c’est également du tout bon. L’extérieur est très joliment détaillé, de l’habillage des ailes à l’armement. La face inférieure du Batwing reste très simple mais on remarquera tout de même deux petites ailettes qu’il est possible de déployer, si on n’a pas choisi d’exposer l’engin contre un mur.

Car oui, LEGO nous offre cette possibilité, grâce à un crochet situé sous la machine. Il s’agit de la pièce déjà vue pour accrocher les cadres de la gamme LEGO Art, ici enfichée dans la structure Technic de la machine. Veillez cependant à prévoir une fixation solide, l’engin pèse son poids ! Autre possibilité d’exposition, le socle fourni permet de positionner le Batwing dans deux positions différentes suivant la dynamique qu’on souhaite.

Le cockpit n’est pas en reste et est également très joliment travaillé avec un superbe fauteuil, deux manettes et un habillage essentiellement réalisé à base de stickers pour les différents écrans / diodes / jauges présents. Les stickers se situent d’ailleurs essentiellement à l’intérieur du cockpit. Un seul est à l’extérieur, au niveau de la trappe “moteur” qui ne s’ouvre, malheureusement, sur rien du tout. N’oublions pas également l’immense autocollant type “UCS” situé sur le socle, qui personnellement me fait transpirer dès qu’il s’agit de l’appliquer !

Le socle est d’ailleurs joliment travaillé et nous change des supports noirs qu’on peut notamment voir dans la gamme LEGO Star Wars, sa structure étant habillée de tiles. On assemble également un support d’exposition pour les 3 minifigs sous la forme d’un pan de mur et de deux gargouilles identique à celui vu dans le set 76139 1989 Batmobile.

Chose un peu dommage, la minifig de Batman est rigoureusement identique à celle du set 76139. Elle est certes sublime, avec sa cape rigide volant au vent, mais ce nouveau set aurait pu permettre par exemple d’introduire une nouvelle version de cette jolie cape. Le Joker est bien réalisé mais souffre du sempiternel défaut des minifigs LEGO : le blanc, tampographié sur une pièce noire, est excessivement terne. La dernière minifig représente Lawrence, le boombox goon du Joker. Si on peut s’interroger sur le choix du personnage, la version proposée ici est vraiment fidèle au personnage vu à l’écran.

L’expérience de construction est plaisante et peu répétitive malgré la symétrie de la machine. Elle reste cependant assez “simple” dans les techniques employées et il faut rester honnête, je me suis moins amusé qu’avec le set 76139 1989 Batmobile. Il faut dire que celui-ci met la barre très haut et compte aussi nettement plus de pièces.

Je terminerai comme d’habitude par le volet “financier” et il me semble qu’à 199,99 € pour 2363 pièces c’est plutôt honnête. Surtout lorsqu’on termine la construction et qu’on s’aperçoit de la taille du modèle. Si je peux donc me permettre un dernier conseil : prévoyez un peu de place pour exposer dignement ce joli modèle, il en vaut la peine.

Voilà, j’espère que vous aurez trouvé dans cet article de quoi vous faire une opinion sur ce modèle. Vous le trouverez sur le [email protected], à cette adresse ou encore chez Amazon ou à la FNAC. N’hésitez pas à partager votre point de vue, en intervenant dans les commentaires un peu plus bas !

Merci à LEGO pour la fourniture du set pour cette review. La fourniture d’un set ne garantit en rien une review positive, et tout ce que vous avez pu lire dans cet article est l’expression de ma propre opinion.

RÉSULTATS
Design
Expérience de construction
Minifigs
Bonne affaire
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

5 Commentaires
plus récent
plus ancien Le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Cuzion

Le Batwing est (comme ) dans ma liste de souhaits. J’étais déjà convaincu à l’ajouter à la Batmobile et ta review ajoute une pièce dans la machine.
J’ai revu le Batman de Burton récemment et je comprends mieux pourquoi choisir Lawrence. Finalement, il n’y a pas tant de personnages avec une “gueule reconnaissable” dans ce film, peut être qu’Alfred aurait pu le remplacer.

Le Tonyz

Merci pour ta review, c’est vraiment une belle réussite après la Batmobile ! Pour avoir ce dernier en vrai en boutique, le Batwing est très impressionnant. D’ailleurs, vas-tu le laisser sur son support ou l’accrocher au mur ? 🙂

Je me tâte toujours sur ces sets, comme j’apprécie beaucoup l’univers. Mais entre manque de place et budget, je pencherai plutôt sur la Batmobile à choisir.

Elvis

Très belle review extrêmement détaillée comme d’habitude
Le set était déjà dans ma liste de souhaits, et j’en suis conforté à la lecture de ton test